Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Macron aux Français de Washington DC : "J'ai besoin de vous"

Le président Emmanuel Macron à l'ambassade de France, à Washington D.C., le 24 avril 2018. (VOA/Nastasia Peteuil)

Lors de son marathon de mardi entre la Maison Blanche, le département d'Etat et le cimetière d'Arlington, le président français Emmanuel Macron est passé voir les expatriés français à l'ambassade de France pour faire passer un message.

La foule était au rendez-vous mardi après midi à l'ambassade de France de Washington D.C.. Militants et sympathisants, en famille ou entre amis, se sont retrouvés pour écouter le président français de passage dans la capitale américaine pour trois jours.

Alain Tamdem, un Franco-Camerounais et son épouse à l'ambassade de France, le 24 avril 2018. (VOA/Nastasia Peteuil)
Alain Tamdem, un Franco-Camerounais et son épouse à l'ambassade de France, le 24 avril 2018. (VOA/Nastasia Peteuil)

Alain Tamdem, un Franco-Camerounais qui vit aux Etats-Unis depuis 2009, a apprécié le message d'Emmanuel Macron aux Français expatriés.

"Il a vraiment contribué à nous rassurer, car quand Donald Trump a été élu, il avait un discours radical", se rappelle-t-il. "Il essaie de se couper du reste du monde", alors qu'Alain, qui a de la famille en France et au Cameroun, ne voit pas la politique de cette manière.

Dans son discours, le président a appelé les Français à "l'aider" dans sa mission de faire de la France un pays "fort, envié et attractif" aux yeux du monde. "J'ai besoin de vous", a-t-il lancé au millier de personnes présent.

Mardi matin à la Maison Blanche, les présidents Donald Trump et Emmanuel Macron avaient eu un entretien d'une demi-heure en tête-à-tête, puis élargi pendant une heure à leurs proches collaborateurs.

Le président américain Donald Trump a fustigé l'accord nucléaire iranien en présence d'Emmanuel Macron, qualifiant de "désastre"cet accord qui vise à empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire.

>> Lire aussi : L'heure de vérité pour l'amitié Macron-Trump

"Les gens connaissent ma position sur l'accord iranien, c'est un accord horrible", a déclaré M. Trump au début d'un séance de travail dans le bureau ovale avec le président français qui espère au cours de sa visite d'Etat à Washington convaincre son homologue américain de ne pas sortir de cet accord signé en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) après dix ans de négociations.

Devant les Français de l'ambassade, le président a réitéré sa position sur la possibilité d'un nouvel accord. "Nous avons besoin de stabilité au proche et moyen orient", a-t-il martelé.

Toutes les actualités

USA : Bernie Sanders dénonce les attaques homophobes visant Pete Buttigieg

Pete Buttigieg, ancien maire de South Bend (Indiana), candidat à la présidence des États-Unis, s'adresse à ses partisans lors des primaires au Nashua Community College, le 11 février 2020. (Joseph Prezioso / AFP)

Le sénateur Bernie Sanders a dénoncé vendredi les attaques homophobes "scandaleuses" visant son rival démocrate Pete Buttigieg prononcées par un célèbre animateur de radio proche de Donald Trump.

Figure de la sphère conservatrice américaine, Rush Limbaugh s'est moqué mercredi de l'ancien maire de South Bend (Indiana), "ce type gay de 37 ans qui embrasse son mari sur scène". M. Buttigieg a en fait 38 ans.

Ces propos ont pris un relief particulier car ils sont intervenus quelques jours après un hommage appuyé rendu par Donald Trump à l'animateur.

Lors de son discours sur l'état de l'Union devant le Congrès réuni au grand complet, le président américain lui a décerné la "médaille de liberté", plus haute décoration civile des Etats-Unis, et l'a remercié pour "des décennies de dévouement à notre pays".

"En tant que candidats, nous avons des désaccords, mais des attaques personnelles comme celles-ci sont inacceptables", a réagi Bernie Sanders.

"Les commentaires homophobes de Rush Limbaugh concernant Pete Buttigieg sont scandaleux et offensants. Ensemble, nous mettrons fin aux divisions et à la haine semées par Donald Trump", a-t-il ajouté.

Interrogé jeudi sur le fait de savoir s'il pensait que les Américains pourraient élire un président homosexuel, le président américain a répondu: "Je pense que oui".

"Je pense que certains ne le feraient pas. Mais je ne ferais pas partie de ce groupe pour être honnête", a-t-il ajouté dans l'émission de radio de Geraldo Rivera.

Pete Buttigieg n'a lui pas directement répondu aux attaques de l'animateur conservateur.

"Je suis fier de mon mariage, je suis fier de mon mari", a-t-il simplement déclaré jeudi soir lors d'une rencontre avec des électeurs à Las Vegas.

Deux ans après la fusillade de Parkland, les familles se souviennent

Deux ans après la fusillade de Parkland, les familles se souviennent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Etats-Unis : Trump « rend mon travail difficile», dit le ministre de la justice

Etats-Unis : Trump « rend mon travail difficile», dit le ministre de la justice
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Des Washingtoniens partagent leurs projets pour la Saint-Valentin

Des Washingtoniens partagent leurs projets pour la Saint-Valentin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:15 0:00

Des millions de personnes célèbrent la Saint-Valentin

Des millions de personnes célèbrent la Saint-Valentin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG