Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Lutte contre les groupes terroristes : les FAMa réajustent leur dispositif

IBK à Gao, le 9 novembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)

Les Maliens sont en colère depuis l'attaque terroriste contre le camp des forces armées maliennes FAMa à indelimane. Une attaque qui a 54 morts côté malien.

Des marches ont été organisées à Bamako et Kati. Sur le théâtre des opérations, les FAMa sont en train de réajuster leurs positions en réunissant les unités isolées.

Situé dans la région de Gao, Indelimane se trouve à 200 km au nord d'Ansongo, sur la route de Ménaka.

Les populations en colère depuis l'attaque d’Indelimane
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00


Basé là-bas depuis 2018, le poste mixte des forces armées maliennes (Fama) a été attaqué le vendredi, 1er novembre 2019. " Face à une attaque, on avait besoin d'une réponse urgente et forte. Sur la sécurisation des camps, sur l'équipement des camps, il n'est pas normal que des soldats soient cantonnés sans eau et sans électricité", souligne Maître Mountaga Tall, membre de l'opposition.

"Nous sommes en guerre. Les comportements doivent changer, les postures doivent changer. Ils guettent et la moindre erreur est exploitée contre nous", a déclaré le président malien IBK, qui s'est rendu à Gao le 7 novembre dernier. Il étyait dans le camp Firhoun des FAMa.

La colère des Maliens

Pour le chef de file d'opposition Souamaïla Cissé, "la responsabilité du président de la République est engagée dans les différentes attaques contre l'armée malienne". Selon lui, IBK "a banalisé la mort des civils et militaires, en caché le nombre réel, est incapable d'avoir une couverture aérienne et le minimum d'équipement pour nos troupes, cela engage la responsabilité du chef suprême des armées".

Certains parents des soldats victimes ont protesté dans la ville garnison de Kati. Comme Traoré Lalya Bah, qui explique : ''Nous savons qu'il y a une trahison, il y a comme une force obscure, mais la vérité va se savoir. Nous sommes révoltés contre Barkhane et la Minusma. Nos enfants, Papas, et frères meurent sans raison".

À Bamako, le boulevard de l'Indépendance a été investit par des jeunes et femmes en soutien aux FAMa, selon Amadou Cissé, un manifestant. Ils sont sortis pour soutenir les FAMa "et dire que trop, c'est trop, nous soutenons nos soldats, parce que nous ne pouvons que compter sur nos forces d'abord".

Changement de stratégie des FAMa

Sur le théâtre des opérations, les FAMa réajustent leur dispositif. C'est ce qui ressort d'un communiqué du chef d'Etat-major général des armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly.

"C'est ainsi que les postes d'Anderaboukane et d'Indelimane ont replié sur Ménaka, ce 9 novembre 2019. Le poste de Labbezanga a replié sur Ansongo", explique Abdoulaye Coulibaly.

"Dans ce choix opérationnel, d'autres unités seront également concernées. Cette décision s'inscrit dans l'exécution d'un nouveau concept d'opération qui vise à mieux adapter la stratégie à la menace des terroristes et autres narcotrafiquants. Il n'est nullement question d'abandonner les populations".

Toutes les actualités

Au moins trois soldats tués dans l'attaque d'un camp militaire près de Tombouctou

Des fumées et des flammes montent d'un véhicule blindé de l'armée malienne à Gao, au nord-ouest du Mali, suite à une explosion le 1er juillet 2018. (AFP)

Au moins trois soldats maliens ont été tués et cinq blessés dimanche lors de l'attaque d'un camp de l'armée dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, par de présumés jihadistes, a indiqué l'armée malienne.

Le poste des Forces armées maliennes (FAMa) de Bambara Maoudé, à une centaine de km au sud de Tombouctou, a "fait l'objet aux environs de 05H00 (GMT et locales) d'une attaque terroriste", a indiqué l'armée sur Twitter.

"Au cours de cette attaque, les FAMa déplorent un bilan provisoire de 3 morts, 5 blessés et des dégâts matériels. Les blessés ont été héliportés sur Sevaré (centre). Les vecteurs aériens ont été dépêchés sur zone. Le poste est sous contrôle FAMa", selon la même source.

"Trois de nos hommes sont tombés au front dimanche lors d'une attaque jihadiste à Bambara Maoudé", avait auparavant déclaré à l'AFP un responsable de l'armée à Tombouctou, contacté par téléphone.

"Au moins trois militaires ont été tués, deux autres n'ont pas été retrouvés pour le moment, on ne sait pas s'ils sont morts ou pas", a pour sa part déclaré un élu de la localité.

Selon un autre élu local, "les terroristes sont partis avec des véhicules et du matériel militaire", mais aussi "avec des corps de leur camarades tués".

Un renfort de l'armée malienne est arrivé sur les lieux après l'attaque, selon une source militaire étrangère.

Une cinquantaine de jihadistes "neutralisés" dans le centre du Mali, selon la France

Une cinquantaine de jihadistes "neutralisés" dans le centre du Mali, selon la France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Le déploiement des bataillons de l'armée reconstituée continue

Le déploiement des bataillons de l'armée reconstituée continue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Présence d'hommes armés dans la région malienne de Mopti

Présence d'hommes armés dans la région malienne de Mopti
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Un bataillon de l'armée malienne a pris ses quartiers à Tombouctou

Un bataillon de l'armée malienne a pris ses quartiers à Tombouctou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG