Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Premier cas de nouveau coronavirus dans un camp de réfugiés palestiniens au Liban


Une femme porte un masque avec les motifs du Kaffiyeh, symbole de la lutte des Palestiniens, dans le camp de réfugiés de Burj el-Barajneh, au sud de Beyrouth au Liban le 27 mars 2020.

Un premier cas de nouveau coronavirus a été enregistré dans un camp de réfugiés palestiniens dans l'est du Liban, où des tests de dépistage ont été menés mercredi parmi la population locale placée en confinement.

La patiente a été transférée à l'hôpital public Rafic Hariri dans la capitale Beyrouth, a précisé tard mardi l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), qui n'a pas fourni d'indications sur son âge ou son état de santé.

La patiente vit dans le camp de Wavel, près de la ville de Baalbek, dans la vallée de la Bekaa, qui a été bouclé par les factions palestiniennes en charge de sa sécurité. Ces dernières ont "interdit les entrées et les sorties" en coordination avec les forces de l'ordre libanaises, selon l'agence de presse officielle ANI.

Mercredi, des volontaires en combinaison ont désinfecté les rues du camp, plus communément appelé en arabe "camp de Galilée", a constaté un vidéaste de l'AFP.

Les magasins sont restés fermés. Dans une clinique, le personnel médical, masque sur la bouche et lunettes de protection sur les yeux, a reçu plusieurs habitants et effectué des prélèvements qui serviront pour les tests de dépistage de la maladie Covid-19, selon la même source.

La famille de la patiente et les personnes l'ayant fréquentée ont été soumis au dépistage, selon ANI. Les tests concernent aussi un échantillon de plus de 50 personnes sélectionnées de manière aléatoire "dans le camp et ses environs", d'après la même source.

La patiente est une réfugiée palestinienne installée au Liban après avoir quitté la Syrie voisine, ravagée depuis près d'une décennie par un conflit meurtrier, selon l'Unrwa.

L'agence onusienne a indiqué qu'elle prendrait en charge ses frais de santé et ferait le nécessaire pour "aider la famille de la malade à s'isoler dans leur domicile".

Selon ANI, des véhicules ont circulé dans le camp pour appeler par hauts-parleurs la population à rester confinée et à éviter tout rassemblement.

Plus de 2.000 personnes vivent dans ce camp, d'après un recensement réalisé fin 2017 par le gouvernement libanais en coopération avec les Palestiniens. Mais selon l'Unrwa, le nombre d'inscrits auprès de l'agence onusienne est bien plus élevé.

Le Liban a officiellement recensé 682 personnes atteintes du nouveau coronavirus, dont 22 décès, à travers le pays.

Début avril, l'Unrwa avait indiqué qu'un réfugié palestinien ne vivant pas dans les camps avait été contaminé par le virus et s'était isolé à son domicile.

La propagation du virus parmi les réfugiés syriens ou palestiniens vivant au Liban est une source d'inquiétude pour les ONG, qui pointent du doigt la densité de population élevée dans les camps, où les familles s'entassent dans des espaces exigus.

Le Liban, petit pays de 4,5 millions d'habitants, accueille plus de 174.000 réfugiés palestiniens, selon un recensement officiel. Un chiffre en deçà des estimations, qui vont jusqu'à 500.000.

Le pays dit également accueillir 1,5 million de Syriens, dont près d'un million de réfugiés inscrits auprès de l'ONU.

XS
SM
MD
LG