Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les Reds de Liverpool face Spartak en Ligue des champions


Philippe Coutinho de Liverpool, assis sur la pelouse, à gauche, tient la main de son coéquipier, Alberto Moreno, lors d’un match à Hong Kong, Chine, 22 juillet 2017.

Faites vos jeux ! Liverpool reçoit mercredi avec une légère hésitation le Spartak Moscou qui peut toujours rêver d'une place en 8e de finale de la Ligue des champions: doit-il tout donner pour sécuriser sa place de leader du groupe E, ou faut-il aussi garder des forces pour l'exigeante Premier League ?

A Anfield, l'Egyptien Mohamed Salah, le Sénégalais Sadio Mané, et le duo brésilien Firmino-Coutinho forment le "Fab Four" du moment. Mais face aux Moscovites, les quatre artistes pourraient ne pas évoluer ensemble sur la scène selon les arbitrages du chef d'orchestre Jürgen Klopp.

D'un côté, les Reds, leaders de leur poule avec neuf points, sont en effet à un match nul d'une 1re qualification en 8e de finale de C1 depuis 2009 et l'hiver venant il n'est peut-être pas indispensable de sortir l'artillerie lourde. Surtout qu'après son carton à Brighton (5-1) samedi, l'une des équipes en forme en Angleterre, invaincue depuis huit matches toutes compétitions confondues, vient de retrouver un "Big Four" qui se dérobait à elle depuis août.

Mais de l'autre, Séville résonne encore dans sa tête et il est temps de remettre les pendules à l'heure. Les Espagnols, qui avaient déjà ramené un bon nul 2-2 d'Anfield à la fin de l'été, ont remis ça au retour chez eux et Liverpool, qui menait 3-0 avant d'être rejoint en fin de match (3-3), sait désormais que la migraine guette si la fête commence trop tôt. Surtout, une victoire est synonyme de 1re place et donc de tirage au sort théoriquement moins relevé en 8e de finale.

Jürgen Klopp ne pavoise d'ailleurs pas à la veille de ce match.

"Nous nous sommes mis dans une situation assez confortable, et je sais que beaucoup de gens pensent déjà que nous sommes qualifiés, mais ça n'est pas comme ça que ça marche dans la vie, avec des "si" ou des "quand", tout se décidera sur le moment (du match), a déclaré l'entraîneur allemand des Reds.

Le Spartak, unique club russe à s'être imposé dans le nord de l'Angleterre (2-0 en novembre 1992), lui a pourtant tenu la dragée haute à Moscou le 26 septembre (1-1). En vertu de ce nul à l'aller, l'équipe de Massimo Carrera, actuellement 3e à trois points, célèbrera même son premier 8e de finale de C1 depuis 2001 si elle s'impose.

Un scenario qui relève toutefois de l'exploit car le Spartak, privé de son latéral Dimitri Kombarov, n'est plus revenu vainqueur d'un déplacement continental depuis l'hiver 2011...

En face, le Camerounais Joël Matip est encore forfait pour un mois et Dejan Lovren est incertain même si l'Allemand Emre Can se tient prêt à suppléer le Croate en défense.

Même si son quatuor offensif a fait décoller une équipe qui vient d'inscrire 33 buts en dix sorties, c'est d'ailleurs derrière que Liverpool, réputé instable et déséquilibré, a le plus progressé ces derniers temps.

En championnat, après avoir craqué 13 fois en six matches en septembre-octobre, les Reds se sont repris et Mignolet a ensuite été battu à trois reprises seulement dans le même intervalle.

Tout serait donc parfait si Séville n'avait pas rappelé que le naturel peut parfois revenir au galop au mauvais moment. Avant la relâche européenne, Liverpool en est là: vaincre le signe indien.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG