Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Les Américains votent en nombre pour ou contre Trump

Le président Donald Trump arrive pour prendre la parole lors d'un rassemblement au Show Me Center, le 5 novembre 2018, à Cape Girardeau, dans le Missouri.

Des dizaines de millions d'Américains votaient mardi aux élections de mi-mandat pour élire un nouveau Congrès, l'opposition démocrate pariant sur un vote sanction contre le président Donald Trump, deux ans après sa victoire.

Les bureaux de vote ont ouvert dès six ou sept heures du matin selon les Etats. Des électeurs ont fait la queue parfois très tôt pour remplir leurs longs bulletins de vote, en ce premier mardi suivant le premier lundi de novembre, selon la tradition pour les élections nationales aux Etats-Unis.

La totalité de la chambre basse du Congrès, la Chambre des représentants (435 élus), sera renouvelée ainsi qu'un tiers du Sénat (35 sièges sur 100) mais aussi 36 des 50 gouverneurs, et des milliers d'élus locaux à divers niveaux. Les républicains ont actuellement la majorité au Congrès.

"Je veux envoyer un message pour dire que je ne suis pas d'accord avec la voie choisie par ce président", dit à Chicago Rory Mabin, une démocrate de 34 ans, confiant avoir "honte" d'être Américaine lorsqu'elle se rend à l'étranger.

Le président américain a fait campagne jusqu'au dernier moment, enchaînant les rassemblements "Make America Great Again".

"La sécurité et la prospérité sont en jeu dans cette élection!", a-t-il lancé lundi soir tard lors de son ultime meeting, à Cap-Girardeau dans le Missouri, où il était accompagné de sa fille Ivanka.

"Il se passe quelque chose et cela me rappelle l'atmosphère d'il y a deux ans", a-t-il lancé, portant sa célèbre cravate rouge.

"J'ai entendu dire que les démocrates voulaient donner le droit de vote aux immigrés clandestins", disait mardi Jerry, 64 ans, premier à voter avant l'aube dans un bureau de vote de Chicago... pour les candidats républicains.

Sondages favorables aux démocrates

Les démocrates sont donnés favoris par les sondages pour emporter la majorité à la Chambre, tandis que les républicains devraient conserver le contrôle du Sénat.

Mais l'incertitude est réelle. Et les enquêtes sont trop serrées dans une vingtaine de circonscriptions pour pouvoir dire avec certitude qui sera le vainqueur, mettent en garde les sondeurs, échaudés par la "surprise" Trump en 2016.

Signe du grand intérêt suscité par ces élections: plus de 38 millions d'électeurs ont voté de façon anticipée, soit 40% de plus qu'aux dernières élections de mi-mandat, en 2014, selon l'expert de référence Michael McDonald à l'université de Floride.

Depuis deux ans, "les gens ont manifesté, ils se sont mobilisés, mais c'est leur première occasion de s'exprimer", dit Diane Vogel, qui a voté démocrate mardi à Arlington, près de Washington.

Les élections de mi-mandat sont traditionnellement délicates pour le président en place. Deux ans après l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche, les démocrates avaient ainsi subi une cuisante défaite, payant en particulier les âpres débats autour de la réforme du système de santé.

Mais la perte de la Chambre, en dépit des excellents chiffres de l'économie américaine, serait un revers personnel pour Donald Trump, tant il a fait de ce rendez-vous électoral un test sur sa popularité.

Elections américaines de mi-mandats: les New-Yorkais aux urnes (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:40 0:00

​"Invasion" de migrants

Le magnat de l'immobilier, qui avait démarré sa campagne présidentielle en traitant les immigrés mexicains de "violeurs", a de nouveau opté cette année pour un message anxiogène sur l'immigration.

"C'est une invasion", martèle-t-il depuis plusieurs semaines à propos des migrants d'Amérique centrale qui traversent actuellement, en groupe, le Mexique vers la frontière américaine.

Les démocrates ont fait campagne sur la défense du système de santé. Mais ils parient aussi sur le rejet de Donald Trump, qu'ils sont nombreux à qualifier ouvertement de menteur et de catalyseur des violences racistes et antisémites récentes.

Selon le dernier sondage réalisé par SSRS pour CNN, M. Trump a notamment de quoi s'inquiéter du vote des femmes: 62% d'entre elles soutiennent les démocrates.

Semblant anticiper une possible défaite à la Chambre, il affirme depuis quelques jours qu'il s'est essentiellement concentré sur le Sénat.

La carte électorale sénatoriale joue, cette année, en faveur des républicains: le renouvellement par tiers concerne cette année des Etats majoritairement conservateurs.

Des soldats américains construisent des tentes à la frontière (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Sur les 35 sièges en jeu, les sénateurs sortants les plus en difficulté sont des démocrates élus dans le Dakota du Nord, l'Indiana, le Montana et le Missouri.

Les Etats-Unis pourraient donc se retrouver, le 3 janvier 2019, avec un 116e Congrès divisé. Ce qui pourrait paralyser le programme du 45e président des Etats-Unis, jusqu'aux prochaines élections de 2020.

Au coeur de l'un des duels les plus suivis de ces élections, le candidat démocrate pour le Sénat au Texas Beto O'Rourke, qui défie le républicain sortant Ted Cruz.

"Nous sommes un Etat d'immigrés, de demandeurs d'asile et de réfugiés. C'est notre force. Personne ne pourra générer une paranoïa ou des peurs capables de changer cela", a-t-il dit mardi avant de voter à El Paso.

A la veille du scrutin, les agences de renseignement ont mis en garde les Américains contre les acteurs étrangers, "la Russie en particulier", qui continuent d'essayer d'influencer l'opinion publique.

Et Facebook a annoncé avoir bloqué environ 30 comptes, ainsi que 85 comptes sur le réseau de partage de photos Instagram qu'il détient, qui pourraient être liés à des entités étrangères et servir à des ingérences dans les élections américaines.

Toutes les actualités

L'administration Trump lance officiellement le processus de transition

Le président américain élu Joe Biden au théâtre qui lui sert de quartier général de transition à Wilmington, dans le Delaware, aux États-Unis, le 10 novembre 2020.

Lundi, l'administration Trump a officiellement reconnu que Joe Biden avait remporté les élections et qu'il avait donc le droit d'accéder aux ressources prévues pour la période de transition jusqu'au 20 janvier, date à laquelle le président élu est censé prêter serment.

Dans une lettre adressée à l'ancien vice-président, la responsable de l'Administration des services généraux (GSA), Emily Murphy, a écrit : "J'ai déterminé que vous pouvez accéder aux ressources et services post-électoraux".

Plus précisément, écrit-elle, M. Biden pourront disposer de 6,3 millions de dollars, plus 1 million pour l'orientation et l'intégration de l'équipe entrante.

Cette décision ouvre la voie au début de la transition et permet à M. Biden de coordonner avec les agences fédérales les plans de gestion des affaires courantes jusqu’à la passation du pouvoir.

En plus d'avoir accès aux fonds alloués pour la transition, l'équipe Biden peut désormais demander des enquêtes de moralité pour les personnes qui sont envisagées pour des postes clés.

Covid-19: La CDC autorise le recours à un traitement expérimental aux anticorps

Covid-19: La CDC autorise le recours à un traitement expérimental aux anticorps
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Plainte contre une appli accusée d'avoir permis à l'armée américaine de collecter des données

Géolocalisation via les applications de smartphone.

L'application de prières Muslim Pro, qui revendique 95 millions d'utilisateurs, est visée par une plainte à Paris de dizaines d'utilisateurs français, qui l'accusent d'avoir vendu des données personnelles à une société renseignant in fine l'armée américaine, a-t-on appris auprès de leurs avocats.

Ces utilisateurs, dont la plainte a été dévoilée par la radio RTL et doit être déposée mardi à Paris, réclament une enquête pour "atteinte aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques", "abus de confiance", "mise en danger de la vie d’autrui" et "complicité d’assassinat".

Cette action judiciaire fait suite à la publication le 16 novembre d'une enquête du média en ligne Vice, affirmant que des services de l’armée américaine achètent les données de géolocalisation d’utilisateurs d’applications privées à travers le monde.

Dans le cas de Muslim Pro, dont l'option de géolocalisation permet de déterminer l'heure de la prière, des données ont été vendues à "une société appelée X-Mode, qui obtient les données de localisation directement des applications, puis vend ces données à des sous-traitants et, par extension, à l'armée", explique Vice.

"Le commandement des opérations spéciales des États-Unis (USSOCOM) a acheté un accès aux données de Locate X pour aider aux opérations des forces spéciales à l'étranger", affirme Vice. Le média soulève la question d'un possible usage de ces données par les Etats-Unis pour mener des exécutions extrajudiciaires contre des suspects de "terrorisme" via des frappes de drone, précisant n'en avoir pas eu connaissance à ce jour.

Dans un communiqué le 17 novembre, Muslim Pro a annoncé sa décision "de mettre fin à (ses) relations avec tous les partenaires de données, y compris X-Mode", leur partenaire depuis quatre semaines.

L'entreprise, fondée par un Français et basée à Singapour, affirme avoir "lancé une enquête interne (...) pour confirmer que toutes les données des utilisateurs ont été traitées conformément à toutes les exigences existantes".

Les avocats des plaignants, Xavier Nogueras, Vincent Brengarth et William Bourdon, sollicitent "une enquête sur des faits d’une gravité certaine qui, s’ils sont établis, apparaissent clairement être un cas d’école de l’instrumentalisation pouvant être faite de données personnelles des utilisateurs".

"Des logiques économiques pulvérisent l'impératif de protection de la vie privée", dénoncent-ils dans une déclaration à l'AFP.

Menacé de sanctions, Western Union ferme ses bureaux à Cuba

Un bureau de Western Union à La Havane, le 28 décembre 2010 (Reuters)

Le groupe américain de transfert d'argent Western Union a fermé lundi ses bureaux à Cuba sous la pression de Washington, empêchant des milliers de Cubains de recevoir de l'argent envoyé par leurs familles installées à l'étranger.

"Le gouvernement des Etats-Unis: unique responsable de la fin ce jour (lundi) des envois (d'argent) par Western Union", a réagi sur Twitter le président cubain Miguel Diaz-Canel.

La fin des activités de Western Union, qui possède plus de 400 agences dans tout le pays, met un coup d'arrêt aux "circuits officiels et sûrs pour l'envoi d'argent" de l'étranger et notamment des Etats-Unis et incite à "l'illégalité" pour effectuer ces transferts, a ajouté le quotidien d'Etat Granma.

La fermeture du groupe américain fait suite à une décision de Washington d'inclure Fincimex, le partenaire local de Western Union, dans une liste du département du Trésor de plus de 200 entreprises cubaines, toutes gérées par les militaires selon le gouvernement américain, et avec lesquelles aucune entreprise américaine ne peut faire des affaires.

Précieux soutien au quotidien de nombreuses familles sur l'île, les "remesas" - envois d'argent de Cubains à l'étranger vers leurs proches restés au pays - étaient estimées en 2017 par l'économiste Carlos Mesa-Lago à 3,5 milliards de dollars par an, soit plus que le tourisme.

Mais l'embargo de Washington, en vigueur depuis 1962, n'a cessé d'être renforcé sous le mandat du président américain Donald Trump, compliquant notamment les transferts d'argent vers Cuba.

Les Cubains espéraient toutefois lundi que la suspension des activités de Western Union sur l'île serait temporaire après les déclarations du président-élu Joe Biden.

Ce dernier a annoncé que ses premières mesures vis-à-vis de l'île socialiste seraient le rétablissement des "remesas" ainsi que des voyages des Américains à Cuba.

Transition américaine: les démocrates de plus en plus frustrés

Transition américaine: les démocrates de plus en plus frustrés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:01 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG