Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée Équatoriale

Les parlementaires de Guinée équatoriale interdits de voyager sans autorisation

Le fils du président et vice-président, Teodorin Nguema Obiang, parle aux journalistes à Malabo, le 23 décembre 2014.

Les députés et sénateurs de Guinée équatoriale sont interdits depuis fin juillet de voyager à l'étranger sans autorisation du vice-président, Teodorin Nguema Obiang.

"Pour l'intérêt national", les parlementaires équato-guinéens doivent soumettre leur demande de déplacement à l'étranger au président de l'Assemblée nationale ou du Sénat, "avec l'accord du vice-président de la République", indique la note de la présidence datée du 27 juillet.

En juin, une décision similaire avait frappé les fonctionnaires de Guinée.

Selon des sources concordantes, ces mesures font suite à la présumée tentative de "coup d'Etat" en janvier que Malabo a affirmé avoir déjouée. Certains commanditaires accusés par le pouvoir de cette tentative étaient des fonctionnaires qui avaient voyagé en Europe fin 2017.

L'ex-ambassadeur de Guinée équatoriale au Tchad, Enrique Nsue Anguesomo, ainsi que d'autres fonctionnaires ont été arrêtés début 2018 et sont depuis détenus, sans procès à ce jour.

Plusieurs ressortissants étrangers ont également été accusés d'avoir fomenté le "coup", dont plusieurs Français.

Teodorin Nguema Obiang, fils du président Teodoro Obiang Nguema, a fêté en grande pompe son 49ème anniversaire à Malabo fin juin. Il est vice-président de son pays, un petit Etat pétrolier, depuis 2016.

Celui qui pourrait succéder à son père à la tête de la Guinée a été condamné par la justice française fin 2017 à 3 ans de prison avec sursis et 30 millions d'amende pour blanchiment d'abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption.

Avec AFP

Toutes les actualités

Nouvelle taxe pour les opérateurs de télécommunications en RDC; condamnation de Comercial Santy

Nouvelle taxe pour les opérateurs de télécommunications en RDC; condamnation de Comercial Santy
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Lourde amende pour une entreprise équato-guinéenne après un scandale sanitaire

Vue sur la capitale économique, Bata, en Guinée équatoriale.

La justice équato-guinéenne a condamné l'entreprise Comercial Santy après un scandale sanitaire pour avoir notamment changé les dates de péremption des produits alimentaires, a annoncé mardi la télévision d’État.

Comercial Santy, une entreprise d'import-export installée en Guinée équatoriale depuis les années 60, a été condamnée par le tribunal de Bata, capitale économique de ce pays d'Afrique centrale, pour "délit contre la santé publique" après avoir vendu des produits pharmaceutiques non autorisés. L'entreprise devra payer une amende de 411 millions de francs CFA, environ 625.000 euros, selon la TVGE, la télévision d’État.

Le tribunal de Bata a également ordonné la confiscation des machines servant à changer les dates de péremption et la destruction de tous les produits confisqués par les autorités dont les dates ont été altérées.

Plusieurs employés et responsables de Comercial Santy, de nationalité espagnole, indienne et colombienne, arrêtés en mars, ont également été reconnus coupables et condamnés à verser conjointement l'amende.

Comercial Santy est l'une des principales chaînes de supermarchés et de vente de produits pharmaceutiques de Guinée équatoriale. Elle emploie majoritairement des Sud-américains.

En 2006, des produits congelés avariés et destinés à être vendus par Comercial Santy avaient été saisis par les autorités équato-guinéennes.

La Guinée équatoriale est dirigée sans partage depuis plus de 42 ans par Teodoro Obiang Nguema, qui vient d'avoir 80 ans. Riche en gaz et pétrole, ce pays d'Afrique centrale hispanophone a la grande majorité de ses 1,3 million d'habitants qui vit sous le seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale.

Des victimes présumées veulent que l’ex-président Jammeh soit jugé

Des victimes présumées veulent que l’ex-président Jammeh soit jugé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Le Conseil de sécurité de l'ONU examine la piraterie dans le golfe de Guinée

Le Conseil de sécurité des Nations Unies tient une réunion d'urgence au siège des Nations Unies, au milieu de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, au siège des Nations Unies à New York, États-Unis, le 13 mai 2022.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mardi à l'unanimité une résolution pour intensifier la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée, point noir des armateurs et qui coûterait près de deux milliards de dollars par an à la région.

Rédigée par la Norvège et le Ghana, membres non permanents du Conseil, la résolution "condamne fermement la piraterie et les vols à main armée en mer, y compris les actes de meurtre, les enlèvements et les prises d'otages, dans le golfe de Guinée".

Après un vote favorable des 15 membres du Conseil de sécurité, Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice à l'ONU des Etats-Unis, qui président le Conseil en mai, a annoncé que la résolution "2634 (2022) avait été adoptée à l'unanimité".

Le texte exhorte "les Etats membres de la région du golfe de Guinée à agir rapidement, aux niveaux national et régional, avec l'appui de la communauté internationale (...), pour développer et mettre en oeuvre des stratégies de sécurité maritime".

La résolution demande aux "Etats membres de la région de criminaliser la piraterie et les vols à main armée en mer dans le cadre de leur législation nationale".

Pour l'ambassadrice de Norvège à l'ONU, Mona Juul, avec "plus de 1.000 navires qui traversent chaque jour les eaux du golfe de Guinée", la piraterie concerne aussi les "dizaines de pays qui investissent en Afrique centrale et méridionale".

"Deux milliards de dollars par an"

Citant des chiffres de l'ONU, Mme Juul a évalué à "deux milliards de dollars par an" le coût de la piraterie dans le golfe de Guinée.

"Au-delà des eaux territoriales, il faut absolument une coopération en haute mer" où les pirates s'aventurent de plus en plus, avait indiqué à l'AFP, avant le vote, un responsable de l'ONU, soulignant les "faibles capacités militaires" des régimes africains.

Le golfe de Guinée, dont les eaux riches en hydrocarbures et ressources halieutiques bordent une vingtaine de pays, s'étend sur 5.700 km du Sénégal à l'Angola. Quelque 99% des marins enlevés par des pirates en 2020 travaillaient dans le golfe de Guinée, selon un rapport de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et de l'institut de recherche Stable Seas.

Les groupes de pirates concentrés dans le delta du Niger qui donne sur le golfe de Guinée "gagnent peut-être cinq millions de dollars de revenus directs par an grâce au vol et à la prise d'otages", indique ce rapport.

Mais "le coût total de la piraterie pour les Etats côtiers du golfe de Guinée (représente) au moins 1,925 milliard par an" en pertes directes et indirectes, précise le document.

La région a enregistré 52 attaques de pirates en 2021, contre 115 en 2020, selon le Maritime Information Cooperation & Awareness Center, qui souligne les actions déjà engagées contre l'insécurité en mer.

A Malabo, l'UA appelle à une levée des sanctions contre le Zimbabwe

A Malabo, l'UA appelle à une levée des sanctions contre le Zimbabwe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:01 0:00

De nombreux chefs d’Etats et de gouvernement sont réunis depuis ce vendredi à Malabo en Guinée Équatoriale pour deux sommets extraordinaires de l’Union africaine. Au menu : crises humanitaires, terrorisme et changements inconstitutionnels de gouvernement.

Voir plus

XS
SM
MD
LG