Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Les musulmans du Sri Lanka dans la peur après les attentats de Pâques

Anusha Kumari, au centre, pleure pendant l'inhumation massive pour son mari, ses deux enfants et ses trois frères et sœurs, tous victimes des attentats à la bombe du dimanche de Pâques, à Negombo, au Sri Lanka, le 24 avril 2019.

Musulman du Sri Lanka, Mohamed Hasan est à peine sorti de chez lui depuis les attentats djihadistes qui ont fait près de 360 morts dans l'île lors du dimanche de Pâques, par peur de représailles.

Malgré son emploi à l'extérieur dans une imprimerie, la famille de ce Sri-Lankais de 41 ans le supplie de rester dans leur maison de Colombo, capitale d'une nation sous le choc.

"Ils sont inquiets que si je sors, est-ce que j'en reviendrai vivant ?", déclare-t-il à l'AFP lors d'une rare escapade pour aller prier à la mosquée Jumma du quartier de Dematagoda.

Des kamikazes ont provoqué un carnage dimanche matin dans trois hôtels de luxe et trois églises, en pleine messe de Pâques, à Colombo et ailleurs dans l'île d'Asie du Sud. Les attaques, perpétrées selon les autorités par un mouvement islamiste local, ont été revendiquées par le groupe djihadiste État islamique (EI).

Le bain de sang a horrifié les Sri-Lankais et la communauté internationale. Les organisations musulmanes du pays ont condamné ces attaques, mais nombre de musulmans sri-lankais craignent désormais d'être victimes de vengeance pour ces violences commises au nom d'une interprétation radicale de l'islam.

Zareena Begum, 60 ans, n'a presque pas dormi depuis le week-end. "Je sais que les gens sont en colère contre les musulmans", dit-elle devant la mosquée, en larmes.

"Des bébés portés dans les bras de leur mère ont été tués."

"Je n'aurais jamais imaginé une telle haine dans le coeur des djihadistes. La haine va maintenant semer la haine", confie cette femme vêtue d'une robe noire et d'un foulard, ajoutant : "nous nous terrons à la maison. Nous avons peur de sortir."

Le Sri Lanka est une mosaïque d'ethnies et de religions, à majorité de cinghalais bouddhistes. Les musulmans représentent 10% des 21 millions d'habitants, deuxième minorité la plus importante après les hindous. Les chrétiens constituent 7% de la population.

- "Pas vos ennemis !" -

Le pays est traversé de tensions religieuses et ethniques. Il pense encore les plaies de la guerre civile qui a fait rage pendant quatre décennies entre la majorité cinghalaise et la rébellion indépendantiste tamoule, et qui s'est achevée il y a seulement dix ans.

Des moines bouddhistes radicaux ont mené des campagnes contre la communauté musulmane. En 2013 et 2018, des commerces musulmans ont été attaqués.

Des rumeurs dans la communauté cinghalaise affirmaient même alors que porter un sous-vêtement ou consommer de la nourriture achetés dans un commerce tenu par des musulmans pouvait rendre stérile.

À la suite du massacre, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a appelé au calme et à l'unité du pays.

"La vaste majorité des musulmans condamnent cela et ils sont aussi en colère que les tamouls ou les cinghalais à propos de ce qu'il s'est passé", a-t-il déclaré mardi.

Malgré cela, Hilmy Ahamed, vice-président de l'influent Conseil musulman du Sri Lanka, nourrit des craintes.

"Des centaines de personnes sont enterrées, donc il va y avoir un débordement émotionnel qui pourrait être en partie justifiable", dit-il.

"Nous avons demandé au gouvernement de s'assurer que la sécurité est maintenue. (Ces attentats) n'ont pas été perpétrés par la communauté musulmane mais par quelques éléments marginaux", affirme-t-il.

Avec plusieurs autres responsables musulmans, il a signalé aux autorités locales il y a trois ans leurs inquiétudes quant au leader du mouvement islamiste local National Thowheeth Jama'ath (NTJ), groupe accusé par Colombo d'avoir perpétré les attentats de Pâques.

"Cette personne était un marginal et a radicalisé des jeunes gens sous prétexte de leur enseigner le Coran", explique-t-il. "Mais personne ne pensait ces gens capable de perpétrer une attaque de cette magnitude."

Les musulmans du Sri Lanka veulent seulement la sécurité, demande R.F. Ameer à la mosquée.

"Nous vivons dans une peur constante, car si quelqu'un nous voit portant la calotte ils vont nous percevoir comme leurs ennemis", déplore-t-il.

"Mais nous voulons dire à tout le monde : +Nous ne sommes pas vos ennemis !+. Ceci est notre terre natale, c'est connu comme la perle de l'Asie. Nous voulons que cela reste ainsi."

Toutes les actualités

La Chine promet la tolérance zéro pour les "séparatistes" de Taïwan

"Toute tentative de s'opposer par la force armée (...) à la réunification" est "vouée à l'échec", a adéclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

La Chine a promis mercredi de ne laisser "aucune marge de manoeuvre" aux partisans d'une indépendance de Taïwan, soulignant que "l'usage de la force" pour reconquérir l'île restait sur la table "en dernier recours".

Ce nouvel avertissement intervient après de vastes exercices militaires chinois effectués ces derniers jours autour de l'île, en réplique à la visite à Taipei de la numéro trois américaine Nancy Pelosi. Le séjour de la présidente de la Chambre des représentants a été perçu par Pékin comme une provocation, les États-Unis s'étant engagés à n'avoir aucune relation officielle avec le territoire insulaire revendiqué par la Chine.

Le Bureau des affaires de Taïwan, un organisme du gouvernement chinois, a publié mercredi un "livre blanc" détaillant la manière dont Pékin envisage de reprendre possession de l'île, notamment via des incitations économiques. "Nous sommes disposés à créer un vaste espace (de coopération) afin de parvenir à une réunification pacifique", indique le document, en forme de main tendue aux autorités taïwanaises. "Mais nous ne laisserons aucune marge de manoeuvre aux actions séparatistes ayant pour objectif une pseudo-indépendance de Taïwan, et cela, sous quelque forme que ce soit."

La Chine estime que Taïwan, peuplée d'environ 23 millions d'habitants, est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise (1949).

"Lignes rouges"

En sept décennies, l'armée communiste n'a jamais pu conquérir l'île, laquelle est restée sous le contrôle de la République de Chine – le régime qui gouvernait jadis la Chine continentale et ne gouverne plus aujourd'hui que Taïwan.

"Nous ne nous engageons pas à renoncer à l'usage de la force", souligne mercredi le livre blanc de Pékin, le premier sur ce thème depuis 2000, avant de nuancer son propos. "La force serait utilisée en dernier recours, dans le cas de circonstances impérieuses. Nous serions contraints de prendre des mesures drastiques face aux provocations des séparatistes ou de forces extérieures, si ceux-ci venaient à franchir nos lignes rouges."

Le livre blanc fait également miroiter la prospérité économique après la "réunification". La Chine propose ainsi de renforcer les liens culturels, en matière de sécurité sociale, de santé ou encore de promouvoir une meilleure "intégration" économique via notamment des "politiques préférentielles". "Avec une patrie forte sur laquelle s'appuyer, les compatriotes taïwanais seront plus forts, plus confiants, plus en sécurité et seront davantage respectés sur la scène internationale", promet le texte.

À partir des années 1980, le régime politique à Taïwan, jadis très autoritaire, a évolué vers la démocratie. Les jeunes de Taïwan, notamment ces dernières années, commencent à développer une identité différente de celle de la Chine continentale. Un phénomène encouragé par le Parti démocratique progressiste (PDP, pro-indépendance) de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, arrivée au pouvoir en 2016.

Avions de chasse

Contrairement au gouvernement précédent, Mme Tsai refuse de considérer que Taïwan et la Chine continentale font partie d'une "Chine unique". Une position qui a fortement tendu les relations avec Pékin. La Chine considère comme "séparatiste" le parti de la présidente taïwanaise, mais également toute personne militant publiquement pour l'indépendance ou pour la dilution de l'identité chinoise des Taïwanais.

L'armée communiste de Pékin a conduit ces derniers jours ses plus importants exercices militaires jamais organisés autour de Taïwan. Elle s'est notamment entraînée à un blocus de l'île avec avions, navires et tirs de missiles balistiques.

Ces manœuvres devaient se terminer dimanche, mais elles se sont poursuivies lundi et mardi. Aucun organisme chinois ou taïwanais n'a annoncé leur conclusion. L'armée chinoise a publié mercredi des photos et vidéos des opérations menées la veille. Elles montrent notamment des avions de chasse décoller, filmer le littoral taïwanais ou encore être ravitaillés en vol.

Du côté de Taïwan, l'armée a mené ses propres exercices mardi afin de s'entraîner à l'attaque de l'île. "Toute tentative de s'opposer par la force armée (...) à la réunification" est "vouée à l'échec", avait répondu devant la presse Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Taïwan organise des exercices militaires et accuse Pékin de préparer une invasion

Les exercices taïwanais interviennent après que la Chine a prolongé lundi ses propres manœuvres maritimes et aériennes conjointes autour de l'île.

L'armée de Taïwan a mené mardi un exercice d'artillerie à balles réelles simulant la défense de l'île contre une invasion chinoise que l'île accuse Pékin de préparer.

Un journaliste de l'AFP sur place a constaté le début des opérations dans le comté de Pingtung (sud) peu après 00h40 GMT, avec des tirs de fusées éclairantes et d'artillerie. Les manœuvres se sont terminées vers 01h30 GMT, a indiqué Lou Woei-jye, porte-parole du huitième corps d'armée de Taïwan. Plusieurs centaines de soldats ont été déployés, ainsi qu'une quarantaine d'obusiers, a indiqué l'armée. Un nouvel exercice est prévu jeudi.

La Chine avait lancé la semaine dernière ses plus importantes manœuvres militaires aériennes et maritimes autour de Taïwan, en réponse à la visite de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, la plus haute responsable américaine à se rendre sur l'île autonome depuis des décennies.

Pékin "a utilisé les exercices et sa feuille de route militaire pour préparer l'invasion de Taïwan", a accusé le chef de la diplomatie de Taïwan, Joseph Wu, lors d'une conférence de presse à Taipei après les manœuvres taïwanaises. "La véritable intention de la Chine est d'altérer le statu quo dans le détroit de Taïwan et dans toute la région", a-t-il ajouté.

"Elle mène des exercices militaires et des tirs de missiles à grande échelle, ainsi que des cyberattaques, une campagne de désinformation et une coercition économique afin d'affaiblir le moral de la population à Taïwan", a-t-il poursuivi.

La Chine estime que Taïwan, qui compte environ 23 millions d'habitants, est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise (1949).

Lou Woei-jye avait assuré lundi que les exercices taïwanais étaient déjà programmés et qu'il ne s'agissait pas d'une réponse aux manœuvres chinoises en cours. L'île organise régulièrement des exercices militaires simulant une invasion chinoise.

Biden "pas inquiet"

Les exercices taïwanais interviennent après que la Chine a prolongé lundi ses propres manœuvres maritimes et aériennes conjointes autour de l'île. L'armée chinoise a confirmé que les exercices continuaient mardi, impliquant des unités aériennes et maritimes. Le commandement du théâtre oriental de l'Armée populaire de libération a déclaré dans un communiqué qu'il effectuait des exercices d'entraînement autour de l'île, "en se concentrant sur les opérations conjointes de blocus et de soutien".

Pour Washington, le risque d'escalade de la part de Pékin est faible. "Je ne suis pas inquiet, mais je suis préoccupé par le fait qu'ils s'agitent autant. Mais je ne crois pas qu'ils fassent davantage que ce qu'ils sont en train de faire", a déclaré le président Joe Biden aux journalistes.

Joseph Wu n'a pas manqué de remercier ses alliés occidentaux lors de sa conférence de presse, dont Nancy Pelosi, pour avoir tenu tête à la Chine. "Cela envoie également un message clair au monde que la démocratie ne cèdera pas face à l'intimidation de l'autoritarisme", a-t-il dit.

Aucun avion de guerre ou navire chinois n'a pénétré dans les eaux territoriales de Taïwan – à moins de 12 milles nautiques de la terre – pendant les exercices de Pékin, a souligné Taïwan. La semaine dernière, l'armée chinoise a tout de même publié une vidéo d'un pilote de l'armée de l'air filmant la côte et les montagnes de l'île depuis son cockpit, montrant à quel point il s'était approché des côtes taïwanaises.

Des missiles balistiques ont aussi été tirés au-dessus de la capitale taïwanaise, Taipei, lors des exercices de la semaine dernière, selon les médias d'Etat chinois. Le commandement du théâtre oriental de l'Armée populaire de libération a annoncé que des avions de patrouille maritime, de chasse, des hélicoptères et un destroyer s'étaient entraînés à localiser et à attaquer des cibles dans les eaux au large de Taïwan.

L'ampleur et l'intensité des exercices de la Chine, ainsi que son retrait des négociations internationales autour du climat et de la défense, ont suscité l'indignation des Etats-Unis et d'autres pays occidentaux. Mais Pékin a défendu lundi son comportement, le qualifiant de "ferme, énergique et approprié" face à la provocation américaine.

"(Nous) ne faisons que lancer un avertissement aux responsables" de cette crise, a fait valoir le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, lors d'un point de presse, promettant que la Chine "briserait fermement l'illusion des autorités taïwanaises d'obtenir l'indépendance par l'intermédiaire des Etats-Unis".

En visite en Corée, Nancy Pelosi attendue à la zone démilitarisée

La présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi ici avec son homologue sud-coréen Kim Jin-pyo en août 2022.

Après sa visite très médiatisée à Taïwan, Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, doit se rendre jeudi à la frontière ultra-fortifiée qui sépare la Corée du Sud de son voisin du nord, a indiqué un représentant des autorités à l'AFP.

Mme Pelosi, arrivée à Séoul mercredi soir, doit visiter la "zone démilitarisée" (DMZ), a indiqué un responsable sud-coréen. Elle serait ainsi le plus haut responsable américain à se rendre dans le village frontalier de Panmunjom depuis Donald Trump. En 2019, le président américain de l'époque y avait rencontré le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Lors d'une rencontre avec le le président de l'Assemblée nationale sud-coréenne, Kim Jin-pyo, Mme Pelosi a évoqué les programmes d'armes nucléaires de la Corée du Nord. Ils ont "exprimé leurs inquiétudes quant à aux menaces grandissantes que fait peser la Corée du Nord", selon une déclaration commune à l'issue de leur rencontre.

La Corée du Nord a réalisé cette année un nombre record d'essais d'armes. Les deux parlementaires ont appelé à une "dissuasion forte et étendue contre la Corée du Nord", et affirmé qu'ils soutiendraient les efforts de leurs dirigeants pour amener Pyongyang à se dénucléariser.

Mme Pelosi doit s'entretenir par téléphone avec le président sud-coréen Yoon Suk-yeol, en vacances cette semaine, selon des responsables. Les médias locaux ont critiqué l'attitude de M. Yoon vis à vis de Mme Pelosi, soulignant qu'il ne la rencontrera pas en personne et que son administration n'a pas envoyé de délégation pour l'accueillir à l'aéroport.

M. Yoon a pris ses fonctions en mai et s'est engagé à renforcer les liens avec les États-Unis, notamment en intensifiant les manœuvres militaires conjointes qui suscitent l'ire de Pyongyang. Ces exercices, suspendus en raison notamment de la pandémie de Covid-19, débuteront à la fin du mois.

Lors d'une brève conférence de presse à Séoul, lors de laquelle elle n'a répondu à aucune question, Mme Pelosi a salué la relation "spéciale" entre Séoul et Washington – mais n'a pas évoqué sa visite à Taipei.

Le déplacement de Mme Pelosi, la plus haute responsable américaine élue à se rendre, depuis 25 ans, sur ce territoire revendiqué par la Chine, a déclenché la fureur de Pékin. Pékin a démarré jeudi les plus importantes manœuvres militaires de son histoire autour de Taïwan.

La Chine est l'alliée de longue date et le principal soutien économique de la Corée du Nord. Mercredi, Pyongyang a qualifié cette visite d'"ingérence impudente" dans les affaires intérieures de la Chine et assuré Pékin de son "soutien total".

update

La Chine a tiré des missiles balistiques autour de Taïwan

Des touristes qui se trouvaient en bord de mer, sur l'île de Pingtan, ont assisté aux tirs chinois.

La Chine a tiré jeudi des missiles et déployé chasseurs et navires dans les eaux entourant Taïwan, au premier jour d'exercices militaires d'une ampleur inédite autour de l'île en réponse à la visite de la présidente de la chambre des représentants des Etats-Uni Nancy Pelosi à Taipei.

Malgré les fermes avertissements de Pékin, qui considère Taïwan comme une de ses provinces, Mme Pelosi, une des plus hautes responsables américaines, a séjourné mardi et mercredi sur l'île. L'initiative de Mme Pelosi est considérée par la Chine comme une provocation, un soutien aux partisans de l'indépendance de Taïwan et un reniement de la promesse des États-Unis de ne pas avoir de relations officielles avec l'île.

En réponse, l'armée chinoise a lancé une série d'exercices militaires dans six zones maritimes tout autour de Taïwan, au niveau de routes commerciales très fréquentées et parfois à seulement 20 kilomètres des côtes taïwanaises. Les manœuvres, qui ont débuté jeudi à midi (04H00 GMT), incluaient notamment "des tirs de missiles conventionnels" vers les eaux au large de la côte est de Taïwan, a indiqué Shi Yi, un porte-parole des forces militaires chinoises.

A Taipei, Nancy Pelosi fait l'éloge de la démocratie taïwanaise
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

"Tous les missiles ont atteint leur cible avec précision, testant les capacités de frappe de précision et de déni d'accès" à la zone, a-t-il souligné dans un communiqué. Condamnant des "actions irrationnelles qui minent la paix régionale", le ministère taïwanais de la Défense a confirmé que l'armée chinoise avait tiré "11 missiles" balistiques de type Dongfeng "entre 13H56 et 16H00 dans les eaux au nord, au sud et à l'est de Taïwan". Il n'a pas précisé s'ils avaient ou non survolé l'île.

Tir et détonation

A Pingtan, une île chinoise située non loin des manœuvres en cours, des journalistes de l'AFP ont assisté jeudi après-midi au tir de plusieurs projectiles, qui se sont envolés dans le ciel après des détonations, laissant derrière eux des panaches de fumée blanche.

A cet endroit de Chine continentale qui est le plus proche de Taïwan, les reporters ont également aperçu cinq hélicoptères militaires volant à basse altitude près d'un site touristique en bord de mer. Les exercices militaires chinois doivent s'achever dimanche à midi.

Nancy Pelosi en visite à Taïwan, malgré les avertissements de Pékin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Selon le journal chinois Global Times, qui cite des analystes militaires, ces manœuvres sont d'une ampleur "sans précédent" et des missiles devraient survoler Taïwan pour la première fois.

"Si les forces taïwanaises viennent volontairement au contact de (l'armée chinoise) et viennent à tirer accidentellement un coup de feu, (l'armée chinoise) répliquera avec vigueur et ce sera à la partie taïwanaise d'en assumer toutes les conséquences", a indiqué à l'AFP une source militaire anonyme au sein de l'armée chinoise.

Les autorités de l'île ont condamné les exercices militaires, "un acte irrationnel visant à défier l'ordre international", selon elles. Pour Pékin, ces manœuvres – ainsi que d'autres, plus limitées, démarrées ces derniers jours – sont "une mesure nécessaire et légitime" après la visite de Mme Pelosi.

"Face à des provocations malveillantes qui enfreignent de manière aussi flagrante la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, nos contre-mesures sont justifiées", a déclaré jeudi devant la presse Hua Chunying, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Les exercices visent à simuler un "blocus" de l'île et incluent "l'assaut de cibles en mer, la frappe de cibles au sol et le contrôle de l'espace aérien", selon l'agence officielle Chine nouvelle.

Tensions récurrentes

Les principaux sites internet du gouvernement taïwanais ont été temporairement inaccessibles durant la visite de Nancy Pelosi, affirment les autorités de Taïwan, qui mettent cela sur le compte de cyberattaques qui seraient liées à la Chine et à la Russie.

Si l'hypothèse d'une invasion de Taïwan, peuplée de 23 millions d'habitants, reste peu probable, elle s'est amplifiée depuis l'élection en 2016 de l'actuelle présidente Tsai Ing-wen.

Issue d'un parti indépendantiste, Mme Tsai refuse, contrairement au gouvernement précédent, de reconnaître que l'île et le continent font partie "d'une même Chine". Les visites de responsables et parlementaires étrangers se sont également multipliées ces dernières années, provoquant l'ire de Pékin.

En réponse, la Chine du président Xi Jinping, qui se veut intraitable sur les questions de souveraineté, cherche à isoler diplomatiquement Taïwan et exerce une pression militaire croissante sur l'île. La Chine n'a toutefois aucune envie que la situation actuelle dégénère, déclarent des experts à l'AFP.

"Une guerre accidentelle" provoquée par un incident "est la dernière chose que souhaite Xi Jinping" avant le congrès du PCC, estime Titus Chen, professeur de sciences politiques à l'université nationale Sun Yat-Sen à Taïwan.

Amanda Hsiao, analyste Chine au cabinet de réflexion International Crisis Group, note toutefois que ces exercices "représentent une nette escalade par rapport à la norme des activités militaires chinoises autour de Taïwan et à la dernière crise du détroit de Taïwan en 1995-1996". Et "en agissant ainsi, Pékin indique qu'il rejette toute souveraineté" des autorités taïwanaises sur l'île, souligne-t-elle.

Fin de la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, premières représailles de Pékin

Fin de la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, premières représailles de Pékin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00

La présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, a quitté Taïwan au terme d'une visite historique et controversée à laquelle Pékin a répondu par des menaces et des annonces d'exercices militaires.

Voir plus

XS
SM
MD
LG