Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Médias

Les journalistes tchadiens menacent de cesser leurs activités face aux violences policières

L'une des principales rues de N'Djamena, le 6 janvier 2020. (VOA/André Kodmadjingar)

Au Tchad, la population de N’Djamena vit au rythme du confinement pour contenir la propagation du Covid 19. Les journalistes menacent de cesser toute activité si les autorités ne prennent pas un acte pour les protéger des bavures policières.

Depuis le 1er janvier 2021 à minuit, le décret portant confinement de la ville de N’Djamena et instaurant le couvre-feu de 18 heures à 5 heures du matin est entré en vigueur.

La présence massive des éléments de forces de l’ordre dans les ronds-points et grandes artères suscite un certain nombre d’interrogations.

Ces éléments empêchent, quasiment par tous les moyens dont la violence, les citoyens de sortir, y compris ceux qui veulent exercer des activités informelles pour assurer leur survie. Plusieurs journalistes ont également été brutalisés.

Le président de l’Union des Journalistes tchadiens, Abbas Mahamoud Tahir, appelle au bon sens du gouvernement et invite les autorités à permettre aux journalistes de vaquer à leurs occupations pendant cette période d’exception. Sans quoi, dit-il, il sera "dans l’obligation d’appeler tous les journalistes, les communicateurs et les techniciens à rester chez eux jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée".

Le ministre de la santé publique, Abdoulaye Sabre Fadoul, tente de calmer le jeu. Pour lui, le décret fait mention plutôt de confinement de la ville et non de la population.

"Quand vous dites aux gens de ne pas aller au travail, quand vous dites aux étudiants et aux élèves de ne pas aller à l’école, quand vous dites aux gens de fermer leur boutique, de ne pas voyager, quand vous fermez les frontières terrestres et aérienne etc, ce n’est pas un confinement?", s’interroge Dr Sitack Yombatina Beni, professeur d'université.

Pour lui, la mise en application du décret doit être suspendue.

Toutes les actualités

Des détenus s'essayent à la radio dans une prison du Colorado

Des détenus s'essayent à la radio dans une prison du Colorado
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:10 0:00

Le Colorado tente d’offrir des possibilités d’apprentissage aux détenus, notamment dans cette prison où ceux-ci peuvent s'essayer à la radio.

Les journalistes éthiopiens se disent harcelés par les autorités

Les journalistes éthiopiens se disent harcelés par les autorités
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Au cours du mois dernier, la police éthiopienne a arrêté au moins 19 journalistes et les maintient dans des centres de détention sans inculpation. Des groupes de défense des droits humains affirment que le gouvernement cible intentionnellement les journalistes.

En Éthiopie, des journalistes détenus sans inculpation

En Éthiopie, des journalistes détenus sans inculpation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Au cours du mois dernier, la police éthiopienne a arrêté au moins 19 journalistes et les maintient dans des centres de détention sans inculpation.

Face aux étudiants, Blinken dit défendre la liberté de la presse

Face aux étudiants, Blinken dit défendre la liberté de la presse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

Des étudiants en journalisme ont demandé au secrétaire d'État américain Antony Blinken pourquoi les États-Unis traitent avec des pays qui auraient tué des journalistes, comme l'Arabie saoudite, tout en condamnant d'autres comme Cuba, pour avoir menacé la liberté de la presse.

Six mois de prison pour un patron de presse algérien

L'Algérie figure à la 146e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF.

Le directeur de la station algérienne Radio M et du site d'information Maghreb Emergent, Ihsane El Kadi, poursuivi pour un article de presse, a été condamné mardi à six mois de prison ferme.

"Ihsane El Kadi a été condamné aujourd'hui par le tribunal Sidi M'hamed à Alger à six mois ferme et 50.000 dinars (322 euros) d'amende", a déclaré à l'AFP Said Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH). M. Salhi a précisé que le verdict n'a pas été assorti d'un mandat de dépôt et que M. El Kadi reste en liberté.

"Une condamnation de trop alors que nous avons déjà plusieurs journalistes en prison ou sous le coup de poursuites judiciaires. Pourtant, le délit de presse a été abrogé", s'est insurgé M. Salhi. "Le pouvoir doit changer de cap, le journalisme n'est ni un délit, ni encore un crime", a ajouté ce militant des droits de l'Homme.

M. El Kadi a confirmé cette peine sur Twitter, regrettant d'avoir été condamné "pour un article d'analyse sur plainte du ministre de la communication Amar Belhimer sur des chefs d'accusation pour lesquels il n a pas qualité de plaignant".​ "Sentiment de colère et de tristesse. Contraint d'aller en appel", a-t-il ajouté.

Le journaliste a en effet été jugé à la suite d'une plainte de l'ancien ministre de la Communication Amar Belhimer pour un article publié sur le site de Radio M sur le mouvement islamiste Rachad et les protestations pro-démocratie du Hirak. Basé à l'étranger, le mouvement Rachad est classé comme organisation terroriste depuis mai 2021 par les autorités algériennes.

Selon les médias locaux, M. El Kadi était accusé de "diffusion de fausses informations à même de porter atteinte à l'unité nationale", et "réouverture du dossier de la tragédie nationale" des années 1990. Ce dernier chef d'accusation est passible de jusqu'à cinq ans de prison en vertu de la "Charte pour la paix et la réconciliation", censée tourner la page de la guerre civile de la "décennie noire" (1992-2002).

L'Algérie figure à la 134e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2022 établi par RSF.

Voir plus

XS
SM
MD
LG