Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

Les foyers sénégalais en passe de recevoir leurs premiers kWh de l'éolien

A Dakar, les riverains, les voitures et les moutons cohabitent, Sénégal, le 10 août 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Le Sénégal recevra sous peu ses premiers mégawatts produits grâce au vent de manière industrielle, faisant un pas vers l'objectif de fournir l'électricité à tous et de diversifier son mix au profit des énergies renouvelables, ont indiqué les promoteurs du projet.

Le parc éolien de Taïba Ndiaye (ouest), premier projet d'énergie éolienne à l'échelle industrielle au Sénégal, sera connecté au réseau dans la deuxième semaine de décembre, ont indiqué sur place les responsables de l'entreprise britannique Lekela, qui conduit le chantier.

Cinquante mégawatts seront injectés grâce à 16 éoliennes dans le réseau de la Senelec, la compagnie nationale, dans une première phase, a dit à des journalistes le directeur général de Lekela Senegal, Massaer Cissé.

A terme, en 2020, 158 mégawatts seront livrés par 46 turbines s'élevant jusqu'à 180 mètres de haut, l'équivalent d'un immeuble de 60 étages, dans cette zone rurale proche de l'Atlantique, a-t-il dit.

La centrale va "satisfaire un besoin urgent". "Ce parc va couvrir en capacité installée 15% de la production nationale. Concrètement, on peut servir des millions de personnes", a-t-il ajouté, sur un total de 15 millions de Sénégalais.

Le développement énergétique est un chapitre capital du Plan Sénégal Emergent (PSE) élaboré par le pouvoir et qui vise à transformer l'économie du pays en croissance pour le mettre sur la voie de l'émergence d'ici à 2025.

Dans un pays où la pauvreté affecte environ 40% de la population, la part de ceux qui ont accès à l'électricité est chiffrée à plus de 60%, mais avec une forte disparité aux dépens des campagnes. Le pouvoir compte élargir l'accès à une électricité bon marché, augmenter les capacités de production et rééquilibrer le mix, où le pétrole et le charbon importés prédominent lourdement.

Avec son ensoleillement et plus de 500 km de côte, le Sénégal dispose d'un potentiel d'énergie propre appréciable. La part des énergies renouvelables est estimée à environ 20% grâce au solaire et à la construction récente de plusieurs centrales photovoltaïques.

Un défi majeur auquel est confronté le Sénégal consiste dans l'état de ses installations. Le directeur général de Lekela Senegal se dit "très serein" quant à la capacité d'absorption du réseau: "C'est le premier parc éolien en Afrique de l'Ouest, un réseau qui n'en a jamais eu va forcément avoir des soucis, mais on est en capacité, en partenariat avec la Senelec, de les gérer".

Le parc, qui s'étend sur une quarantaine d'hectares, aura coûté 340 millions d'euros.

Lekela a des projets éoliens en opération ou en construction en Afrique du Sud, et d'autres au stade du développement en Egypte et au Ghana.

Il revendique une forte implication sociale en faveur des populations locales, comme la création d'emplois et de routes pour les agriculteurs, et en faveur de la biodiversité par le reboisement.

Toutes les actualités

Ballon d'Or 2019, déception à Dakar de la 4ème place attribuée à Sadio Mané

Ballon d'Or 2019, déception à Dakar de la 4ème place attribuée à Sadio Mané
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:22 0:00

Verdict/ école coranique : la réaction du journaliste Alassane Samba Diop

Verdict/ école coranique : la réaction du journaliste Alassane Samba Diop
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:14 0:00

L'UEMOA promet 100 millions de dollars pour lutter contre le terrorisme

L'UEMOA promet 100 millions de dollars pour lutter contre le terrorisme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Verdict école coranique : les partisans du marabout célèbrent le sursis

Verdict école coranique : les partisans du marabout célèbrent le sursis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:43 0:00

L'UEMOA promet 100 millions de dollars pour lutter contre le terrorisme

Sommet extraordinaire des chefs d’États de l’UEMOA à Dakar, le 3 décembre 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Un sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a eu lieu mardi au Centre Internationale de Conférence Abdou Diouf de Diamniadio, à 30 km de Dakar, en présence de six des huit leaders de cet espace communautaire.

Ce sommet extraordinaire de l'UEMOA revêt une importance capitale pour les Etats membres, en témoigne la présence des présidents burkinabè Roch Kaboré, nigérien Mahamadou Issoufou, ivoirien Alassane Dramane Ouattara, togolais Faure Gnassingbé, béninois Patrice Talon et de leur homologue sénégalais Macky Sall.

Dans son intervention, Macky Sall a insisté sur la nécessité de s'unir afin de renforcer les acquis par "un financement durable de nos économies afin de préserver la qualité et la soutenabilité de notre dette" et surtout veiller au maintien de la paix et de la sécurité indispensable au développement de l'espace communautaire.

L'UEMOA promet 100 millions de dollars pour lutter contre le terrorisme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00


"Des financements alternatifs et durables"

Pour le président sénégalais, il s'agit de questions stratégiques qui requièrent des solutions concertées et immédiates. Il a ainsi appelé ses pairs à unir leurs forces pour atteindre les objectifs d'émergence et améliorer les conditions de vie des populations.

Son avis est partagé par le chef de l'État ivoirien et président en exercice de la conférence des chefs d'états de l'UEMOA, Alassane Dramane Ouattara. Pour lui, la situation que traversent les pays de l'UEMOA rappelle plus que jamais l'importance de la solidarité pour consolider "les initiatives prises qui concourent à rendre opérationnel le G5 Sahel".

Le président Ouattara estime que des avancées sont absolument nécessaires pour faire face aux menaces afin de permettre de relever ensemble "le défi de la stabilité de la paix et de la sécurité dans notre union".

Toutefois, le chef de l'État ivoirien affirme que la pratique de ces initiatives reste confrontée aux problèmes de financement. Pour terminer, il suggère de trouver des moyens de "financements alternatifs et durables" afin de faire face à ses défis.

Six des huit présidents de l’espace UEMOA étaient présents à Dakar, le 3 décembre 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)
Six des huit présidents de l’espace UEMOA étaient présents à Dakar, le 3 décembre 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Une contribution de 100 millions d'euros

Joignant l'acte à la parole, les chefs d'états de l'UEMOA ont décidé d'agir de manière efficace et urgente en appuyant financièrement les pays membres engagés dans la lutte contre le terrorisme.

Abdallah Boureima, président de la commission de l'UEMOA annonce une contribution urgente au "financement de la lutte contre le terrorisme" dans l'espace communautaire. Ainsi donc, la conférence des chefs d'États a décidé de donner une "contribution immédiate de 100 millions de dollars aux trois membres de la ligne de front du G5 Sahel".

Pour le président de la commission de l'UEMOA, cette contribution s'inscrit dans le cadre de l'engagement pris par l'Union pour "participer à hauteur de 500 millions de dollars aux financements du plan d’actions de la Cédéao pour lutter contre le terrorisme" dans l’espace Cédéao sur la période 2020-2024.

Les États membres de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine ont profité du sommet extraordinaire de Dakar pour réaffirmer leur engagement à lutter ensemble contre le terrorisme et l'insécurité afin d'atteindre les objectifs de développement.

Voir plus

XS
SM
MD
LG