Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les exportations record font reculer le déficit commercial en mars aux USA


Le président américain Donald Trump lors d’une réunion de son cabinet à la Maison Blanche, à Washington le 10 avril 2018.

Le déficit commercial des Etats-Unis a diminué en mars, pour la première fois en sept mois, sous l'effet d'exportations record, notamment vers la Chine, combiné à un recul des importations, de quoi satisfaire l'administration Trump qui en a fait une priorité.

Au moment où de hauts responsables américains, dont le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le secrétaire au Commerce Wilbur Ross, entament à Pékin des pourparlers pour diminuer le déséquilibre commercial avec le géant asiatique, le département du Commerce a fait état jeudi d'une nette baisse du solde des échanges de biens et services des Etats-Unis avec le reste du monde.

En diminution de 15,2% à 48,956 milliards, il s'agit du plus fort recul en deux ans après un déficit record enregistré en février. En mars, les exportations des biens et services ont augmenté de 4,2 milliards, à 208,5 milliards, quand les importations ont diminué de 4,6 milliards, à 257,5 milliards.

Dans le détail, le seul déficit des biens, point particulièrement épineux pour Washington avec ses partenaires commerciaux, a reculé de 9,7%, la plus forte chute également depuis deux ans.

En revanche, pour le Mexique, une des cibles privilégiées par l'administration Trump, le déficit a poursuivi son ascension (+6,4%).

>> Lire aussi : Le gratin de la politique commerciale américaine en route pour Pékin

S'agissant des échanges avec la Chine, autre sujet de contentieux pour le président américain, le déficit des seules marchandises baisse de 11,5% sur une base de données non corrigées des variations saisonnières mais il augmente de 2% en données corrigées des variations saisonnières.

Pour autant, dans les deux cas, les exportations de biens américains vers le géant asiatique se sont inscrites en forte hausse (+15% sur une base corrigée des variations saisonnières).

En outre, les exportations de biens vers l'Europe (29,8 mds), la Corée du Sud (5,1 mds) et le Japon (6,5 mds) constituent des records. Celles vers le Canada sont par ailleurs les plus élevées depuis octobre 2014 (28,4 mds).

- Bond des exportations de soja -

Par types de biens, les exportations de "produits technologiques avancés" (34,9 mds) établissent également un record.

Les exportations de soja, qui pourraient être prochainement visées par des mesures de rétorsions chinoises, ont bondi de 38,9%. La Chine absorbe 61% des exportations de soja totales américaines et plus de 30% de la production américaine.

>> Lire aussi : La Chine prête à payer n'importe quel prix dans la "guerre commerciale"

Toujours en mars, les importations d'automobiles, à 31,3 milliards, se sont de leurs côtés établies à un nouveau niveau record.

Malgré cette baisse mensuelle, le déficit de la balance commerciale continue de se creuser sur un an (+18,5%), avec des exportations certes en hausse de 6,8% mais des importations en plus forte augmentation encore (+9,1%).

- "Un grand défi" -

Ces données sont publiées alors que les pourparlers ont commencé jeudi à Pékin pour tenter de désamorcer une guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques du monde. Le président américain, Donald Trump, exige de Pékin une réduction du déficit de 100 milliards de dollars. En 2017, il a atteint 375 milliards de dollars.

L'enjeu est de taille puisque la visite des hauts responsables américains intervient alors que la Chine est sous la menace, qui pourrait se concrétiser dès le 22 mai, de droits de douane sur quelque 50 milliards de dollars de produits exportés vers les Etats-Unis.

>> Lire aussi : Le déficit commercial américain atteint encore un sommet en février

Les discussions se déroulent à huis clos et pour l'heure, rien n’a filtré.

Jusqu'à présent, les deux parties n'ont affiché qu'un optimisme extrêmement circonspect sur l'issue des négociations.

"C'est une étape constructive, pour peu que les Etats-Unis soient sincères (...) mais il n'est pas réaliste d'imaginer résoudre tous les contentieux avec (cette seule séquence) de négociations", a ainsi averti mercredi Hua Chunying, porte-parole de la diplomatie chinoise.

"La liste des choses qui posent problème est très longue", avait, lui, reconnu le représentant américain au Commerce (USTR) Robert Lighthizer avant son envol pour Pékin. "C'est un grand, grand défi", avait-il ajouté, estimant que la propriété intellectuelle était le point le plus épineux.

Donald Trump se montre plus enthousiaste : "Notre formidable équipe financière est en Chine pour négocier un terrain équitable pour le commerce !", a-t-il tweeté jeudi. "J'ai hâte de rencontrer le président Xi dans un avenir proche, nous aurons toujours une bonne relation !".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG