Liens d'accessibilité

Les Etats-Unis prolongent l'allègement des sanctions contre l'Iran

  • VOA Afrique

Le président iranien Hassan Rouhani à Téhéran, en Iran, le 6 décembre 2016.

Les Etats-Unis ont décidé de prolonger l'allègement des sanctions envers l'Iran prévu par l'accord nucléaire de 2015, en dépit des critiques de Donald Trump sur ce texte signé par l'administration de Barack Obama, a indiqué mercredi le département d'Etat.

Le Trésor américain a en revanche annoncé au même moment l'imposition de nouvelles sanctions ciblées à l'encontre de plusieurs responsables militaires iraniens et de compagnies chinoises liés au programme balistique de l'Iran.

L'exécutif américain a informé le Congrès que "les Etats-Unis allaient continuer d'alléger les sanctions comme l'exigent les engagements américains de lever ces sanctions liées au Joint Comprehensive of Action (JCPOA)", l'acronyme de l'accord sur le nucléaire iranien scellé le 14 juillet 2015 et mis en oeuvre depuis le 16 janvier 2016 entre l'Iran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).

Cette décision de l'administration Trump sur l'Iran, qui prolonge la politique de l'administration Obama qu'elle avait pourtant décriée, intervient deux jours avant l'élection présidentielle iranienne où le président modéré Hassan Rohani, favorable à l'accord sur le nucléaire, brigue un second mandat.

L'accord de juillet 2015 prévoit un contrôle international du programme nucléaire iranien, pour garantir qu'il a des objectifs purement civils, en échange d'une levée des santions.

"Alors que nous poursuivons notre surveillance des engagements de l'Iran à l'égard du JCPOA (...) nous allons continuer à tenir l'Iran responsable de ses atteintes aux droits de l'homme", a toutefois averti le département d'Etat.

La diplomatie américaine a également réaffirmé sa "détermination à contrecarrer les activités déstabilisatrices de l'Iran dans la région, qu'il s'agisse de son soutien au régime (syrien du président Bachar) al-Assad ou à des organisations terroristes comme le Hezbollah" chiite libanais.

Simultanément, le Trésor a annoncé des sanctions supplémentaires contre "des responsables de la Défense iranienne, une entité iranienne et réseau basé en Chine" en raison de leurs liens présumés avec le programme de missiles balistiques de la puissance chiite.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG