Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Les Etats-Unis opposés au projet "hypocrite" sino-russe de traité sur l'espace

Le vice-président Mike Pence tient un discours pour annoncer la création d'une force spatiale américaine, au Pentagone, le 9 août 2018.

Les Etats-Unis ont exprimé mardi leur ferme opposition au traité proposé par la Russie et la Chine pour empêcher une course à l'armement dans l'espace, en le qualifiant de "creux et hypocrite".

Une responsable américaine a déclaré devant la Conférence de l'ONU sur le Désarmement à Genève que Washington n'avait aucune confiance dans le projet sino-russe de "Traité sur la Prévention du placement d'armes dans l'espace et de la menace ou de l'usage de la force contre des objets dans l'espace", connu sous l'acronyme PPWT.

La secrétaire d'Etat adjointe américaine pour le Contrôle des armements, Yleem D. S Poblete, a affirmé que les Etats-Unis étaient déterminés à renforcer la sécurité, la stabilité et la durabilité de l'espace.

Mais elle a insisté sur le fait que, selon elle, "le projet de traité PPWT n'est pas le mécanisme approprié pour y parvenir".

"Des efforts creux et hypocrites ne sont pas la réponse", a-t-elle dit, en soulignant que le PPWT, qui avait été présenté pour la première fois par la Russie et la Chine en 2008 et révisé 6 ans plus tard, était "un document imparfait".

>> Lire aussi : Russie et Chine bloquent une tentative américaine de nouvelles sanctions contre Pyongyang

Cette accusation survient alors que les Etats-Unis envisagent de créer une Force de l'espace, souhaitée par le président Donald Trump qui veut ainsi s'assurer que son pays "domine l'espace".

Le représentant de la Russie à la Conférence sur le désarmement a insinué que les critiques de Mme Poblete pourraient bien être un écran de fumée pour détourner l'attention de ce projet.

"A chaque fois qu'ils veulent cacher leurs intentions, les diplomates attirent l'attention sur autre chose", a-t-il dit.

Le représentant russe et son homologue chinois ont tous deux enjoint Washington de s'engager de façon constructive afin de produire un document sur lequel tout le monde pourrait s'accorder.

L'ambassadeur américain auprès de l'ONU, Robert Wood, a toutefois insisté sur le caractère "extrêmement imparfait" et irréparable du PPWT.

Mme Poblete a pour sa part accusé Moscou "de poursuivre activement le développement et le déploiement d'armes antisatellites" et a dénoncé "le comportement très anormal" d'un "objet spatial" déployé par la Russie en octobre 2017.

>> Lire aussi : Les marchés russes chutent suite aux sanctions américaines

"Ce que la Russie nous déclare de façon diplomatique et publique risque d'être l'opposé de ce qu'elle a l'intention de faire avec ce satellite", a-t-elle ajouté.

La création d'une Force de l'espace américaine, annoncée en juin, n'est toutefois pas assurée car elle doit d'abord être approuvée par le Congrès. Or, de nombreux élus et hauts responsables du Pentagone s'inquiètent du coût représenté par le projet, notamment parce qu'il implique la création de centaines de postes administratifs.

Le vice-président Mike Pence a précisé que le processus se ferait par étapes, d'ici 2020, fin du mandat de M. Trump.

Avec AFP

Toutes les actualités

Affaire ukrainienne: un ambassadeur dit avoir "suivi les ordres" de Trump

L'ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, devant la commission du renseignement de la Chambre des représentants, à Washington, le 20 novembre 2019.

Gordon Sondland, un diplomate proche de Donald Trump, a directement impliqué mercredi le président des Etats-Unis dans l'affaire ukrainienne, renforçant encore un peu les soupçons qui lui valent une procédure explosive de destitution.

Les démocrates ont estimé que l'audition publique au Congrès de l'ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union européenne était à ce jour la plus accablante dans leur enquête pour mettre en accusation le locataire de la Maison Blanche.

Gordon Sondland a en effet déclaré que le milliardaire républicain avait bien conditionné une rencontre avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky au lancement, par Kiev, d'enquêtes contre les démocrates américains.

Et il a assuré avoir acquis la conviction qu'une aide militaire cruciale à l'Ukraine dépendait également de ces enquêtes.

Mais les républicains n'ont retenu qu'un bref passage de ce témoignage très attendu: quand Gordon Sondland a reconnu que Donald Trump ne lui avait "jamais" dit personnellement que l'aide était liée aux investigations.

"C'était fantastique", a lancé le président américain, après avoir dans un premier temps tenté de minimiser sa proximité avec l'ambassadeur. "Je pense qu'ils doivent mettre fin maintenant" à cette "chasse aux sorcières", a-t-il martelé.

- "Complètement blanchi" -

La Maison Blanche a même estimé que Gordon Sondland avait "complètement blanchi le président Trump".

En réalité, cet homme d'affaires nommé ambassadeur après avoir financé la campagne Trump, devenu un acteur central de l'affaire ukrainienne, a clairement expliqué que le 45e président des Etats-Unis était à l'origine des pressions sur l'Ukraine.

"Nous avons suivi les ordres du président", a dit Gordon Sondland, qui s'est entretenu directement avec lui une demi-douzaine de fois du dossier ukrainien entre fin mai et début septembre. Il a assuré que c'était à sa "demande expresse" que les diplomates chargés du dossier ukrainien avaient accepté, malgré leurs réserves, de travailler avec son avocat personnel Rudy Giuliani.

Or, l'avocat a d'emblée fait pression pour que Kiev enquête sur les démocrates américains et sur le groupe gazier Burisma, qui avait alors, dans son conseil d'administration, Hunter Biden, fils de Joe Biden, bien placé pour affronter Donald Trump à la présidentielle de 2020. Des demandes ensuite formulées par le président dans son coup de fil controversé du 25 juillet avec son homologue ukrainien.

Pendant la soirée, lors d'un débat entre prétendants à la nomination démocrate, l'ancien vice-président Biden n'a pas répondu clairement à une question sur les intérêts de son fils, mais a assuré: "Donald Trump ne veut pas que je devienne le candidat".

L'opposition tente de prouver que l'ex-magnat de l'immobilier a abusé de son pouvoir pour exercer un chantage sur l'Ukraine en conditionnant une invitation au président Zelensky et l'aide militaire au lancement de ces enquêtes, avec des arrières-pensées électoralistes.

"Y a-t-il eu un +donnant-donnant+?", a demandé Gordon Sondland devant des élus de la Chambre des représentants. S'agissant d'une rencontre Trump-Zelensky à la Maison Blanche, "la réponse est oui", a-t-il affirmé sans détours.

- "2+2=4" -

S'agissant d'une importante aide militaire suspendue par la présidence contre l'avis unanime de tous les diplomates, l'ambassadeur a aussi reconnu avoir dit à des responsables ukrainiens que son dégel était conditionné à l'ouverture de ces enquêtes chères à Donald Trump.

"En l'absence d'explication crédible pour sa suspension, je suis parvenu à la conclusion que la reprise de l'aide sécuritaire n'interviendrait pas tant qu'il n'y aurait pas une déclaration publique de l'Ukraine s'engageant à mener les enquêtes", a-t-il témoigné. Il s'agissait d'une "déduction" partant du principe que "2+2=4".

Pressé par les élus des deux bords, il a maintenu que le président Trump ne lui avait "jamais dit directement que l'aide était conditionnée" aux enquêtes.

Mais ses multiples conversations avec le locataire de la Maison Blanche ne lui ont pas non plus fait changer d'avis. "J'étais absolument convaincu" d'un tel lien, a-t-il martelé, estimant que cette condition était "claire pour tout le monde".

Il a aussi directement impliqué deux piliers du trumpisme, le vice-président Mike Pence et le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo qui, a-t-il dit, n'ont pas tenté de le contredire lorsqu'il a évoqué avec eux sa "déduction logique" d'un lien aide-enquêtes.

Les équipes des deux hommes ont aussitôt démenti qu'ils en aient jamais parlé avec Gordon Sondland.

Dans un autre témoignage dans la soirée, une responsable du Pentagone, Laura Cooper, a dévoilé pour la première fois que l'Ukraine s'était inquiétée du sort de l'aide militaire gelée dès le 25 juillet, jour de l'appel Trump-Zelensky, et non en août comme on le pensait jusqu'ici.

La Chambre des représentants doit interroger jeudi en public Fiona Hill, une ex-responsable du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, et David Holmes, un employé de l'ambassade des Etats-Unis à Kiev.

Avec AFP

La chanteuse Lizzo en tête des nominations aux Grammys, la diversité triomphe

Lizzo en concert à Los Angeles en Californie le 23 juin 2019.

Avec huit nominations aux Grammy Awards, la chanteuse américaine Lizzo est arrivée mercredi en tête des récompenses de l'industrie musicale américaine, marquées par la diversité et une forte présence féminine. 

La truculente Melissa Jefferson, de son vrai nom, devance les deux autres révélations de l'année, la chanteuse Billie Eilish et le rappeur Lil Nas X, avec 6 nominations chacun.

Lizzo (31 ans) et Billie Eilish (17 ans) ont été toutes deux nommées dans les quatre catégories reines, enregistrement de l'année (pour la production), chanson de l'année (pour l'écriture), album de l'année et meilleur nouvel artiste.

C'est un vent nouveau qui pourrait souffler sur les Grammys qui seront décernés le 26 janvier à Los Angeles : les nominations 2020 sont dominées par deux artistes qui ont percé cette année, même si elles sont dans le circuit depuis plusieurs années.

Lizzo et Billie Eilish incarnent également deux styles très éloignés l'un de l'autre. D'un côté Lizzo la pétillante jeune femme noire, aux clips colorés et aux éclats de voix, de l'autre Billie Eilish, l'ado blanche et son univers sombre, sa voix douce et entêtante.

Les deux artistes représentent aussi, chacune à leur manière, le mélange des genres musicaux. Lizzo puise ainsi dans le rap, la pop dansante, ou la soul. A ses débuts à Houston, elle a même fait partie d'un groupe de rock.

"Ca a été une année incroyable pour la musique et je suis reconnaissante d'en avoir simplement fait partie", a tweeté mercredi la charismatique Lizzo.

Joueuse de flute traversière, rappeuse, chanteuse, danseuse, l'artiste venue de Houston a signé récemment quelques-uns des sons les plus accrocheurs, comme "Juice" sorti en décembre 2018, après "Truth Hurts" (2017).

- Energie communicative -

Outre ses chansons, son succès est en partie due à son énergie communicative, qu'elle relaye inlassablement sur les réseaux sociaux.

Elle dit avoir été encouragée à transmettre ce positivisme dans sa musique par Prince, avec qui elle a collaboré après avoir quitté Houston pour Minneapolis, au début des années 2010.

Femme noire, indépendante, Lizzo a dit avoir opéré un virage artistique avec son album "Cuz I Love You", décidée à s'ouvrir davantage au monde et à se mettre à nu.

Auteure, elle a co-écrit tous les titres de l'album, décidée à réconcilier la puissance de ses performances scéniques avec ses enregistrements en studio, dans lesquels elle était jusqu'ici trop en retenue, selon elle.

Désormais superstar, Lizzo est aussi devenue un porte-drapeau de la diversité physique, revendiquant ses formes et se mettant en scène dans un registre de séduction dans ses vidéos.

"Je fais ça pour que les petites filles n'aient pas à avoir peur d'être montrées du doigt pour leur physique", a-t-elle expliqué au magazine Rolling Stone.

"Cette critique du corps dans les médias nous empêche d'avancer", a-t-elle ajouté, "mais ça ne me retient pas, moi."

Ces nominations sont une bénédiction pour la Recording Academy, l'organe de représentation des professionnels de la musique aux Etats-Unis.

Régulièrement critiquée, l'organisation avait engagé une série de réformes pour favoriser la diversité de ses membres et du palmarès des Grammys.

Cette année, la liste des nominations est ainsi dominée par les femmes. Outre Lizzo et Billie Eilish, Ariana Grande (5 nominations), Beyoncé et la chanteuse H.E.R. ont également tiré leur épingle du jeu.

Quant à Lil Nas X, héros improbable de 2019 avec son tube "Old Town Road", il est aussi un représentant de la diversité, car l'un des très rares rappeurs à s'être déclaré ouvertement homosexuel.

Rappeur noir, il a aussi secoué le monde très blanc de la country, qui a tardé à accepter la chanson comme l'une des siennes.

Si Ariana Grande a rebondi après avoir été boudée l'an dernier dans les catégories majeures, c'est une nouveau revers pour Taylor Swift, qui n'a recueilli que trois nominations.

Trump/ Ukraine: audition de l'ambassadeur Sondland

Trump/ Ukraine: audition de l'ambassadeur Sondland
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Des étudiants togolais analysent l’impeachment

Jennifer Williams, assistante du vice-président Mike Pence (g) et le lieutenant colonel Alexander Vindman, adjoint du Conseil de sécurité nationale devant le Comité du renseignement de la Chambre des représentants du Capitole à Washington, le 19 novembre 2019.

L’impeachment ou la procédure de destitution du président américain ne fait pas débat qu’aux Etats-Unis. Au Togo certains étudiants fascinés par la politique américaine suivent de près cette actualité.

Pendant que les uns se mettent dans la peau des démocrates, les autres sans pour autant se réclamer du camp républicain mettent en garde contre le fait que Donald Trump pourrait tirer avantage de cette procédure.

Trump/ Ukraine : l'enquête est très suivie au Togo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00


A l’American Corner de l’université de Lomé, un groupe d’étudiants est en plein débat. Le sujet de discussion, la procédure de destitution du président américain Donald Trump.

Samuel Ana, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Samuel Ana, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)


"C’est une procédure qui est en train d’expulser le président Trump de telle manière qu’il ne puisse pas postuler pour le prochain mandat", analyse Samuel Ana.

"Si cette stratégie a été mise en place, c’est parce qu’ils (les Américains, ndlr) ont constaté qu’ils ont eu des problèmes diplomatiques. Et du coup, Donald Trump ne pourra pas les aider à pouvoir les arranger. C’est pourquoi cette procédure a été enclenchée pour que le président soit enlevé".

Faridah Esso Ouro-Doni, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Faridah Esso Ouro-Doni, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)


Donald Trump n’a pas sa place à tête d’une puissance comme les Etats-Unis, soutient Faridah Esso Ouro-Doni.

"​Depuis 2016, je crois qu’il y a plusieurs décisions prises par Trump et son gouvernement qui nuisent non seulement aux Etats-Unis mais aussi au monde entier. Et tout le racisme, le sexisme et la misogynie qu’il prône, donc une personne comme cela ne devrait pas être à la tête de la première puissance au monde", détaille Mlle Ouro-doni.

Marcel Amenkey, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Marcel Amenkey, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)


Pour l’étudiant Marcel Amenkey, cette procédure est l’œuvre du camp démocrate pour ternir l’image de Donald Trump.

"Le Parti démocrate a trouvé une opportunité pour décrédibiliser ce président. Les démocrates essaient de juger le président alors que nous n’avons pas de claire évidence qu’il a vraiment commis ces actes", a indiqué M. Amenkey.

"Je pense que les démocrates ont en tête les élections de 2020 et ils ont peut-être peur que monsieur Donald Trump soit encore réélu. Donc ils essaient de le discréditer devant son électorat", a-t-il conclu.

Yehuza Ahamed, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Yehuza Ahamed, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)


Un autre étudiant, Yehuza Ahamed, qui épouse la théorie avancée par Marcel, estime que la procédure pourrait tourner à l’avantage de Donald Trump.

"Si les démocrates agissent autrement pour le destituer, ils risquent aussi que le gars revienne. Parce qu’il va profiter de cela pour être réélu pour un deuxième mandat", prédit Yehuza Ahamed.

Benjamin Kogblé, un membre de l’American Corner de l’université de Lomé affirme ne guère être surpris par cette procédure, car selon lui, Donald Trump serait un président par défaut.

Benjamin Kogblé, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Benjamin Kogblé, Lomé, le 13 novembre 2019. (VOA/Kayi Lawson)


"C’est un président qui n’était pas vraiment accueilli par la majorité de la population du monde. On ne s’attendait pas à voir Trump comme président", fait-il remarquer.

Le président américain, Donald Trump est visé par une procédure de destitution, lancée par les démocrates qui l’accusent d'avoir abusé de son pouvoir en demandant à l'Ukraine d'enquêter sur le candidat démocrate Joe Biden, en vue de la présidentielle de 2020.

Impeachment: audition de témoin clés, ouverte au public
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:37 0:00

Trump/ Ukraine : l'enquête est très suivie au Togo

Trump/ Ukraine : l'enquête est très suivie au Togo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG