Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Les Etats-Unis ont trouvé un accord avec le groupe chinois ZTE

Un homme passe devant un bâtiment portant le logo ZTE à Pékin, le 6 mai 2018.

Les Etats-Unis ont trouvé un accord avec le groupe de télécoms chinois ZTE, ce qui permettrait à ce dernier de reprendre normalement ses activités, a annoncé jeudi Wilbur Ross le secrétaire américain au Commerce.

"A environ 6h du matin, nous avons conclu un accord définitif avec ZTE", a-t-il affirmé dans un entretien à la chaîne d'informations financières CNBC, avant la publication d'un communiqué du département du commerce.

"ZTE doit s'acquitter d'une amende de 1 milliard de dollars", souligne le texte, ajoutant que 400 millions de dollars devront par ailleurs être placés sous séquestre et seront utilisés en cas de nouvelle violation de l'accord.

Ces pénalités s'ajoutent aux 892 millions déjà payés par ZTE en vertu de l'accord de mars 2017, rappelle le département au Commerce.

>> Lire aussi : Trump a présenté au Congrès un accord sur ZTE

Le dossier ZTE empoisonne depuis plusieurs semaines les relations entre la Chine et les Etats-Unis, qui ont interdit mi-avril l'exportation de composants électroniques américains comme les microprocesseurs indispensables à la fabrication des smartphones au groupe chinois.

Cette interdiction a conduit le groupe chinois à la cessation de l'essentiel de ses activités, ce qui pénalise par ricochet des entreprises américaines.

Outre l'amende, ZTE a également accepté de remanier son conseil d'administration et son équipe dirigeante dans les 30 prochains jours.

"Nous installons littéralement un département de respect et de conformité à la règlementation de notre choix au sein de l'entreprise pour la surveiller. Ils paieront ces personnes (chargées de faire respecter la réglementation) mais celles-ci rendront des comptes au nouveau président du conseil d'administration", a souligné Wilbur Ross sur CNBC.

"Nous allons étroitement surveiller les agissements de ZTE. S'ils venaient à commettre de nouvelles violations, nous pourrions leur refuser l'accès aux technologies américaines et collecter les 400 millions placés sous séquestre", a également commenté le secrétaire au Commerce, cité dans le communiqué.

>> Lire aussi : Washington et Pékin sur la voie d'un accord sur l'affaire ZTE

Le dossier ZTE a pris une tonalité politique, de nombreux parlementaires américains ayant donné de la voix pour s'opposer à un accord.

Fin mai, le président Donald Trump avait ainsi provoqué la colère de nombre d'élus du Congrès, démocrates comme républicains, après avoir indiqué avoir trouvé un accord pour régler le contentieux.

Avec AFP

Toutes les actualités

Achat du Groenland: Trump annule un voyage et stupéfie le Danemark

Photomontage Mette Frederiksen et Donald Trump crée le 20 août 2019.

Donald Trump a annulé un voyage à Copenhague et une rencontre prévue avec la Première ministre danoise car celle-ci ne souhaite pas vendre le Groenland aux Etats-Unis, une annonce suscitant une nouvelle fois la stupéfaction au Danemark où même la reine a fait part de sa "surprise". 

La visite au Danemark du président américain prévue début septembre a tout simplement "été annulée à ce stade", a expliqué mardi à l'AFP un porte-parole de la Maison Blanche, quelques instants après une série de tweets de son locataire.

A Copenhague, la maison royale, à l'origine de l'invitation de M. Trump , a exprimé sa "surprise", dans un commentaire écrit transmis à la télévision publique DR.

L'ensemble de la classe politique s'est pour sa part dite stupéfaite.

"La réalité transcende la fiction (...) cet homme est imprévisible", a twitté Martin Østergaard, chef de la gauche radicale et membre de la majorité parlementaire.

"Sans aucune raison Trump considère qu'une partie (autonome) de notre pays est à vendre. Ensuite il annule de manière insultante une visite que tout le monde était en train de préparer. Est-ce que des morceaux des Etats-Unis sont à vendre? L'Alaska?", s'est insurgé sur Twitter le conservateur Rasmus Jarlov, "merci de montrer plus de respect".

"Le Danemark est un pays très spécial avec des gens incroyables mais étant donné les commentaires de la Première ministre Mette Frederiksen, selon lesquels elle n'aurait aucun intérêt à discuter de l'achat du Groenland, je vais repousser notre rencontre prévue dans deux semaines à un autre moment", a lancé M. Trump.

"La Première ministre a été en mesure de faire l'économie d'argent et d'efforts pour les Etats-Unis et le Danemark en étant si directe. Je la remercie pour cela et ai hâte de reprogrammer à un moment dans le futur" cette rencontre, a poursuivi le président américain.

Cette annonce intervient dans une séquence diplomatique importante pour le dirigeant américain qui doit bientôt s'envoler pour la France, où il assistera au sommet du G7 à Biarritz, du 24 au 26 août.

Aux côtés des autres leaders des grandes puissances mondiales, il pourrait encore jouer les trouble-fêtes, tant les sujets de discorde se multiplient entre les Etats-Unis et leurs alliés traditionnels, estiment certains observateurs.

- "Grosse transaction" -

En fin de semaine dernière, la presse américaine avait révélé que Donald Trump s'était renseigné sur la possibilité pour les Etats-Unis d'acheter le Groenland, immense territoire autonome rattaché au Danemark qui compte quelque 56.000 habitants. Une idée qui avait d'abord fait sourire certains.

Le week-end dernier l'ancien homme d'affaires new-yorkais avait confirmé de vive voix s'intéresser au Groenland en qualifiant devant la presse cette éventuelle transaction de "grosse transaction immobilière", qui serait "stratégiquement intéressante".

M. Trump avait pourtant assuré dimanche que cette visite n'était "pas du tout" liée à son ambition territoriale.

De leur côté, les autorités locales n'ont pas apprécié cette convoitise de l'ex magnat de l'immobilier.

"Le Groenland est riche en ressources précieuses (...). Nous sommes prêts à faire des affaires, pas à vendre" le territoire, avait réagi vendredi le ministère groenlandais des Affaires étrangères.

Le Groenland est une gigantesque île arctique, grande comme quatre fois la France et riche en ressources naturelles (pétrole, gaz, or, diamant, uranium, zinc, plomb).

C'est le deuxième soir d'affilée que le dirigeant républicain mentionne sur Twitter la question de l'achat du Groenland.

"Je promets de ne pas faire ça au Groenland!", avait écrit lundi le milliardaire, non sans humour, dans un tweet accompagné d'un photomontage montrant son immense hôtel aux vitres dorées de Las Vegas s'élever au milieu d'un paysage bucolique du territoire danois.

Avec AFP

Impact de la traite négrière

Impact de la traite négrière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

1619: l'historique

1619: l'historique
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:01:47 0:00

New York: renvoi d’un policier accusé d’avoir asphyxié un Noir en 2014

New York: renvoi d’un policier accusé d’avoir asphyxié un Noir en 2014
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG