Liens d'accessibilité

L'ONU réclame l'arrêt des opérations militaires birmanes contre les Rohingyas

  • VOA Afrique

Des Birmans Rohingya fuient la Birmanie pour rejoindre le Bangladesh, le 19 septembre 2017.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a réclamé à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies l'arrêt des opérations militaires birmanes contre la minorité Rohingya en Birmanie.

"Les autorités birmanes doivent mettre fin aux opérations militaires et permettre un accès humanitaire sans restriction" aux populations touchées par les combats, a-t-il dit, quelques heures après un discours de la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi qui s'est dite "prête" à organiser le retour des 421.000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh depuis cet été.

Une enquête sans entrave demandée

Les enquêteurs de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Birmanie, que les autorités birmanes ne reconnaissent pas, ont demandé mardi un "accès complet et sans entrave" au pays, soulignant qu'une grave crise humanitaire était en cours.

"Il est important pour nous de voir de nos propres yeux les endroits où ces violations présumées se sont produites et de parler directement avec les personnes affectées et avec les autorités", a déclaré le président de la mission d'établissement des faits en Birmanie, Marzuki Darusman, devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève.

"Je saisis cette occasion pour réitérer notre demande de coopération adressée au gouvernement de Birmanie", a-t-il ajouté, demandant un accès "complet et sans entrave" et "le plus tôt possible".

Cette mission d'enquête de l'ONU a été établie en mars dernier par l'adoption d'une résolution, par consensus, par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Certains pays, comme l'Inde et la Chine, avaient toutefois indiqué qu'ils se "dissociaient" de la résolution.

Dès le début, la Birmanie a dénoncé la création de la mission de l'ONU, jugeant que "ce type d'action n'est pas acceptable".

Mardi, l'ambassadeur birman auprès du Conseil, Htin Lynn, a affirmé que créer une "telle mission n'est pas une action utile permettant de résoudre le problème de l'Etat Rakhine (ouest) déjà en proie à d'immenses défis".

Malgré ces propos, M. Darusman a indiqué aux médias avoir "gardé l'espoir de trouver une sorte d'entente" avec la Birmanie pour que les enquêteurs puissent collecter le point de vue du gouvernement.

Pressée par la communauté internationale de s'exprimer sur la crise des Rohingyas alors que son pays est accusé d'épuration ethnique, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi est sortie mardi de sa réserve, se disant "prête" à organiser le retour des Rohingyas réfugiés au Bangladesh mais sans apporter de solution concrète à ce que l'ONU dénonce comme une épuration ethnique.

Aung San Suu Kyi a également appelé des observateurs étrangers, sans spécifier lesquels, à se rendre sur place. "Nous vous invitons à nous rejoindre, à venir nous parler", a-t-elle dit.

Une équipe au Bangladesh

Quelque 421.000 membres de la minorité musulmane des Rohingyas, réfugiés au Bangladesh, ont fui l'Etat Rakhine où l'armée mène une vaste opération de représailles depuis des attaques, le 25 août, de rebelles rohingyas, selon l'ONU.

"Nous avons envoyé en urgence une équipe au Bangladesh, qui collecte des informations et vérifie les allégations" de violations, a annoncé M. Darusman, précisant que les experts étaient arrivés il y a environ une semaine.

Les Rohingyas, plus grande population apatride au monde, sont traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste.

"Il est clair pour nous qu'il y a une grave crise humanitaire en cours qui nécessite une attention urgente", a affirmé M. Darusman.

"Il y a des rapports indiquant qu'environ 200 villages rohingyas situés dans la zone affectée ont été vidés", a ajouté l'ancien ministre indonésien.

Les enquêteurs de l'ONU, qui doivent présenter leur rapport final en mars 2018, ont demandé mardi une extension de six mois de leur mandat.

M. Darusman n'a pas souhaité faire de conclusions hâtives mais a précisé que les premiers rapports semblent refléter "ce que les médias ont dit jusqu'à présent" sur ce qui se passe dans l'Etat de Rakhine.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG