Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les autorités disent avoir identifié "besoins et défis" sur l’épidémie d'Ebola en RDC


Le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, 2e à droite, au milieu des experts de son ministère à Mangina pour lancer et coordonner la riposte l’épidémie D’Ebola déclarée il y a quelques jours dans le Nord-Kivu, RDC, 2 juillet 2018. (Twitter/Oly il

Les autorités sanitaires congolaises ont indiqué vendredi avoir identifié "les besoins et les défis" dans la riposte contre la nouvelle épidémie de la maladie à virus Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo.

"De retour sur le terrain ... Après cette première visite à Béni et Mangina, nous avons pu identifier les besoins et les défis", a indiqué le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, dans un message.

"Les équipes du ministère de la Santé de la RDC sont déjà à pied d'œuvre pour contenir cette nouvelle épidémie d'Ebola", a-t-il ajouté.

Le 1er août, M. Ilunga avait indiqué que la RDC faisait face à la dixième épidémie de fièvre hémorragique, une semaine après avoir annoncé la fin d'une précédente épidémie, cette fois dans le nord-ouest du pays.

La province du Nord-Kivu a notifié samedi "au ministère de la Santé 26 cas de fièvre avec des signes hémorragiques, dont 20 décès", avait alors indiqué le ministre, sans préciser la date des décès ni s'il s'agissait de cas avérés ou suspects d'Ebola.

"Sur les 6 échantillons testés par l'INRB (Institut national de recherches biomédicales) dans la nuit du mardi 31 juillet 2018, 4 se sont révélés positifs à la maladie à virus Ebola sérotype Zaïre", écrit le ministère dans un communiqué.

>> Lire aussi : Le ministre congolais de la Santé dans le Nord-Kivu

La maladie a été signalée à Mangina, une bourgade située à 30 km au sud-ouest de Beni dans la province du Nord-Kivu et "probable épicentre de cette dixième épidémie", selon les autorités.

Jeudi, une délégation d'experts congolais et des responsables des différentes agences partenaires de la RDC s'est rendue dans la région "afin d'évaluer la situation et les besoins sur le terrain", note un communiqué du ministère de la Santé.

Lors d'une première réunion, M. Ilunga a "expliqué les principes et composantes de la riposte à mettre en place".

Le quartier général de la coordination de la riposte a été installé à Beni, où le "laboratoire mobile est opérationnel" depuis jeudi après-midi, précise le communiqué.

Les équipes de surveillance épidémiologique, de prise en charge et de coordination du ministère de la Santé sont restées à Mangina pour prêter main forte aux agents de santé locaux et installer les différentes composantes de la riposte, note le document.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG