Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Fin de l'épidémie d'Ebola en RDC

Des membres de l'équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) traversent une zone de sécurité Ebola à l'entrée de l'hôpital de référence Wangata à Mbandaka, au nord-ouest de la RDC, le 20 mai 2018.

Le ministre de la Santé de la République démocratique du Congo a annoncé la fin de l'épidémie d'ebola dans un discours donné ce mardi 24 juillet.

"Je déclare à partir de ce jour, 24 juillet 2018, la fin de l’épidémie de la Maladie à Virus Ebola dans la province de l’Equateur, en RDC", a écrit sur Twitter le docteur Oly Ilunga, ministre de la Santé en RDC.

>> Lire aussi : Ebola: portrait d'un virus tueur

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a été déclarée le 8 mai dans le nord-ouest du pays à la frontière avec le Congo-Brazzaville. Il s'agit de la neuvième sur le sol congolais depuis 1976.

"Cette épidémie a été la plus complexe et la plus difficile que le pays ait eu à gérer, principalement parce qu'elle a commencé dans deux zones rurales en même temps et a rapidement atteint une ville de plus d'un million d'habitants (Mbandaka) directement connectée à Kinshasa, notre capitale où plus de 12 millions de Congolais vivent", détaille le ministre de la Santé.

>> Lire aussi : Le compte à rebours de la fin de l'épidémie d'Ebola a commencé en RDC

La "chaîne de transmission" a été brisée par la vaccination de 3.330 personnes, se félicite-t-il: "Aucune des personnes vaccinées n'a développé la maladie ni expérimenté d'effets secondaires majeurs".

"Comme Ebola est un virus dont le réservoir naturel est situé dans la forêt équatoriale, nous devons nous préparer à la 10ème épidémie", nuance-t-il. "De plus, en raison de la mobilité croissante de la population, il est fort probable que d'autres épidémies surviennent dans des zones urbaines dans le futur".

Au 26 juin, l'épidémie a tué 29 personnes, avait indiqué le ministère mercredi. "Au total, 56 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 38 confirmés, 15 probables et 3 suspects".

Toutes les actualités

2 civils et 4 miliciens tués à Beni, un centre de triage d'Ebola pillé

Le centre de traitement Ebola à Beni en RDC le 16 juillet 2019.

Deux civils et quatre miliciens ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans une offensive pour chasser des membres présumés du groupe armé musulman ougandais Forces démocratiques alliées (ADF), dans l'est de la RDC, a-t-on appris de sources militaire et administrative.

"Dans l'offensive dans le nuit de dimanche à lundi menée par l'armée contre les ADF à Magboko, quatre ADF ont été tués", a déclaré à l'AFP le major Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu.

"Dans la localité de Mayimoya située à 15 km de Magboko, un autre groupe d'ADF a malheureusement tué deux civils dans une attaque dans le nuit de dimanche à lundi. Ces ADF ont aussi enlevé trois personnes au cours de leur incursion à Mayimoya", a ajouté M. Kibwana, indiquant que "le calme est revenu après la panique".

Par ailleurs, à Bashu, près de Butembo, des inconnus ont saccagé un centre de santé chargé du triage des cas d'Ebola. "Ils ont également pillé des médicaments", a déclaré à l'AFP Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni (nord-Kivu).

Miliciens musulmans ougandais présents dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la mission de l'ONU, la Monusco, d'être responsables des massacres des civils dans la région de Beni, ayant fait plus de mille morts depuis octobre 2014.

Selon un rapport du Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'Université de New York, les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces tueries, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Dans l'est congolais, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs depuis plus de deux décennies.

Des prédicateurs luttent contre le jihadisme

Des prédicateurs luttent contre le jihadisme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:02 0:00

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:36 0:00

Gouvernement et opposition en désaccord sur l'application des mesures du FMI

Gouvernement et opposition en désaccord sur l'application des mesures du FMI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG