Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les auteurs présumés de l'attaque d'une mosquée devant le juge en Afrique du Sud


La mosquée Imam Hussain a été évacuée après la découverte d'un dispositif dans l'immeuble situé à la périphérie de Durban, en Afrique du Sud, le 13 mai 2018.

Dix-neuf personnes ont été déférées lundi devant un juge sud-africain pour avoir participé à l'attaque meurtrière d'une mosquée de Durban (nord-est) en mai et posé une série d'engins incendiaires et explosifs dans des magasins de la ville.

L'audience s'est déroulée à huis clos devant un tribunal de Verulam, dans la banlieue de Durban, selon la presse locale. Elle doit reprendre mardi.

Les suspects avaient été arrêtés vendredi et devaient être inculpés pour meurtre et tentatives, extorsion de fonds et infraction à la législation sur les explosifs, a indiqué la police judiciaire.

Les forces de l'ordre ont également annoncé avoir libéré un otage qui était retenu enchaîné, et mal nourri, dans une des habitations visées lors de leur intervention.

En mai dernier, trois personnes non identifiées armées de couteaux étaient entrées dans une mosquée chiite de Verulam, au nord de Durban. Elles y avaient égorgé un imam, poignardé deux fidèles et lancé un cocktail Molotov rapidement éteint.

La police avait alors évoqué la piste d'une motivation "extrémiste".

Entre mars et août derniers, la police avait par ailleurs découvert dans plusieurs centres commerciaux de Durban des engins explosifs qui avaient provoqué des départs d'incendie.

"Le gouvernement considère ces incidents comme très sérieux et assure qu'il feront l'objet d'une enquête approfondie pour que tous leurs auteurs soient déférés devant la justice", a assuré le ministre de la Police, Bheki Cele, dans un communiqué.

L'Afrique du Sud, qui compte 1,5% de musulmans parmi ses 53 millions d'habitants, peut se prévaloir d'une histoire de grande tolérance en matière de religions.

Le pays a jusqu'à présent été épargné par les attentats jihadistes.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG