Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Consternation après la profanation de mosquées à Lomé


La mosquée de Baguida, Lomé, Togo, 9 août 2016. (VOA/Kayi Lawson)

Le ministère de la justice a ouvert une enquête sur la profanation de mosquées à Lomé. Les catholiques ont exprimé leur solidarité aux fidèles musulmans et exhorté à préserver le vivre ensemble pacifique entre les communautés religieuses dans le pays.

La communauté musulmane du Togo est en colère. Des mosquées situées à Agoè dans la banlieue nord de Lomé, ont été profanées.

Pour l'Union musulmane du Togo, il s'agit des actes de sabotage et de provocation qui s'apparentent à des crimes de lèse-majesté, à l'endroit de la communauté musulmane.

L’Imam Ali Sossa de l'Union musulmane du Togo, 9 août 2016. (VOA/Kayi Lawson)
L’Imam Ali Sossa de l'Union musulmane du Togo, 9 août 2016. (VOA/Kayi Lawson)

"Dans la nuit du 27 au 28 juillet, les fidèles de la mosquée à Agoè Assiyéyé ont trouvé les copies du Coran de leur mosquée déchirées, chiffonnées puis accrochées aux grilles de la clôture. Les acteurs de ces profanations des lieux sacrés ont poursuivi leurs actes dans deux autres mosquées dans le quartier camp FIR, ceci dans les nuits du 31 juillet et du 03 août. Les mosquées ont été incendiées, les exemplaires de Coran détruits et les biens matériels saccagés", explique Abdou-Latif Mako, l'imam de la mosquée d'Agoè Démakpoè.

Ces actes risquent de menacer le vivre-ensemble religieux au Togo, de l’avis de beaucoup de Togolais.

Le professeur Magloire Kuakuvi de la Commission épiscopale justice et paix insiste sur la forte cohésion interreligieuse qui prévaut dans le pays.

Le professeur Magloire Kuakuvi de la Commission épiscopale justice et paix, Lomé, Togo, 9 août 2016. (VOA/Kayi Lawson)
Le professeur Magloire Kuakuvi de la Commission épiscopale justice et paix, Lomé, Togo, 9 août 2016. (VOA/Kayi Lawson)

"C'est inquiétant. On peut craindre le pire parce que vous vous rappelez que lorsqu'il y a eu le cas Charlie Hebdo, pas moins d'une quarantaine d'églises ont été brûlées au Niger. Je ne crois pas que nous sommes dans ce cas d'espèce-là, parce qu’au Togo, aucune personne n'est inquiétée pour sa confession. Tout le monde coexiste pacifiquement. Donc, il n'y a pas de bisbille entre les religions. Depuis des lustres, il n'y a jamais eu de problème", prévient M. Kuakuvi.

Dans un élan de compassion et de solidarité, la Conférence des évêques du Togo a appelé à préserver le vivre ensemble pacifique entre les communautés religieuses dans le pays.

Devant de tels actes qualifiés d'ignobles, l'Union musulmane du Togo invite la communauté à redoubler de vigilance.

Une façade de la mosquée de Baguida, Lomé, Togo, 9 août 2016. (VOA/Kayi Lawson)
Une façade de la mosquée de Baguida, Lomé, Togo, 9 août 2016. (VOA/Kayi Lawson)

"L'Union musulmane, les conseils qu'elle a donnés à tous les musulmans du Togo, c'est d'être vigilants et patients. Elle nous a donné des directives à prendre. Ceux qui n'ont pas des gardiens, ils n'ont qu'à chercher des gardiens, pour garder leurs mosquées. C'est la maison de Dieu qu'on a saccagée. C'est très grave très grave. Celui qui a touché la maison de Dieu et a touché le Coran, a eu l'audace jusqu'à les déchirer, il aura a punition de Dieu", interpelle l’Imam Ali Sossa de l'Union musulmane du Togo.

Suite à ces incidents, le ministère de la Justice a ouvert une enquête pour mettre la main sur les auteurs et commanditaires de tels actes de profanation.

Le ministre de la Justice Pius Agbetomey a fait savoir que les autorités seront prêtes à agir, sans relâche et avec fermeté, contre ces profanateurs.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG