Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Les attaques contre les albinos font place aux exhumations en Tanzanie

Le Tanzanien Mwigulu Matonage Magesa a reçu l'asile aux États-Unis après une attaque qui lui a valu de perdre son bras, à New York le 21 septembre 2015.

Les attaques visant les albinos, dont des parties de corps sont parfois utilisées à des fins de sorcellerie en Afrique subsaharienne, ont fortement diminué en Tanzanie, a assuré mercredi une ONG locale, déplorant toutefois que ce progrès s'accompagne d'une hausse des exhumations illégales.

"Les tendances récentes indiquent une diminution significative des cas d'attaques contre les personnes souffrant d'albinisme", a assuré le Centre pour les droits juridiques et les droits de l'Homme (LHRC), la principale ONG tanzanienne de défense des droits de l'Homme, dans un rapport daté de mardi et transmis mercredi à l'AFP.

L'ONG canadienne Under The Same Sun (UTSS) a répertorié depuis 2006 des centaines d'attaques contre des albinos en Afrique subsaharienne, où ils sont parfois tués, et des parties de leur corps utilisées dans des potions ou des grigris censés apporter chance et richesse.

Avec plus de 170 attaques, la Tanzanie est le pays où le plus d'attaques ont été documentées.

Mais "au cours de la période de janvier à juin 2017, aucun cas d'attaque ou de meurtre d'albinos n'a été enregistré" en Tanzanie, a précisé le LHRC dans ce rapport dressant un bilan de la situation des droits de l'Homme dans le pays au cours du premier semestre 2017.

Ce progrès est attribué aux efforts combinés du gouvernement, de la Commission nationale des droits de l'Homme, de la police et d'UTSS.

Le nombre croissant et l'exemplarité des condamnations pour meurtres d'albinos ont également été salués. Lors d'un séminaire début juin sur la situation des albinos, le parquet général tanzanien avait indiqué qu'au moins une trentaine de personnes avaient été condamnées pour meurtre d'albinos entre 2006 et 2016, et que 67 affaires similaires étaient encore en attente.

Le LHRC a toutefois regretté que les agressions fassent désormais place à "de plus en plus de cas d'actes de vandalisme visant des tombes d'albinos", prenant en exemple l'arrestation d'un homme qui avait profané en janvier la tombe d'un albinos et exhumé les parties de son corps dans le village de Chapakazi, dans le district rural de Mbeya (sud).

Citant la branche tanzanienne d'UTSS, le LHRC assure que deux autres incidents du genre ont été rapportés au premier semestre dans les provinces de Kagera (nord) et Morogoro (centre).

Car malgré une amélioration de leur situation, les albinos "continuent à vivre dans la peur et ne peuvent donc pas participer pleinement aux activités sociales, économiques et politiques", relève le LHRC.

L'albinisme est une maladie génétique caractérisée par une absence totale ou partielle de pigments dans la peau, les cheveux et les yeux.

En Amérique du Nord et en Europe, la proportion d'albinos est d'environ une personne sur 17.000 à 20.000. Mais des zones spécifiques d'Afrique subsaharienne, comme le nord de la Tanzanie, présentent une proportion d'environ un sur 1.400 en raison de l'endogamie qui y est pratiquée.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Le riz avarié dans le viseur des organisations de consommateurs

Un panier de riz dans la banlieue de Marlborough à Harare, le 18 octobre 2018.

En Côte d’Ivoire, les organisations de consommateurs réclament des poursuites judiciaires à l’encontre de tous ceux qui sont impliqués dans le débarquement du riz avarié au Port d’Abidjan : 18 milles tonnes de riz en provenance de la Birmanie, qui avait été refoulé aux ports de Conakry et de Lomé.

C’est l’indignation au sein des organisations de consommateurs de Côte d’Ivoire. Comment du riz avarié, refoulé aux ports de Conakry en Guinée, de Lomé au Togo et de Tema au Ghana, a-t-il pu se retrouver dans les entrepôts du port d’Abidjan à la mi-mars dernier ? Qui a bien pu autoriser le débarquement de ces 18 mille tonnes de riz avarié ?

Les organisations de consommateurs s'attaquent à la vente du riz avarié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Doukoua Godé, président de la Fédération Nationale des consommateurs de Côte d’Ivoire (FAC-CI), a donné l’alerte aux autorités ivoiriennes, suite à des informations reçues du Burkina Faso et du Togo.

Son organisation va demander au procureur de la République d’ouvrir une enquête sur cette affaire : "Nous allons demander au Procureur de la république de porter plainte contre tous les acteurs qui sont impliqués dans l’importation de ce riz à Abidjan.Les textes en Côte d’Ivoire prévoient que toute personne qui importe des produits de mauvaise qualité, des produits impropres à la consommation, doit être poursuivie".

La classe politique a également réagi. Nathalie Yamb du parti Lider, le parti de Mamadou Koulibaly, dénonce le débarquement de ce riz avarié au port d’Abidjan et se demande comment cela a-t-il pu se faire.

"Comment peut-on décharger à Abidjan un riz qui a été refoulé aux ports de Conakry, de Lomé et de Tema et qui n’était même pas destiné au port d’Abidjan ? Qui a pris la décision de faire rentrer ce riz en Côte d’Ivoire ? Ça doit être quelqu’un de très haut".

La contrebande d'or en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:01 0:00

Nathalie Yamb déplore qu’aucune sanction n’ait jusque là été prise contre les responsables du débarquement de ce riz au port d’Abidjan :

"Je trouve ahurissant de la part du gouvernement que l’on puisse laisser entrer sur le territoire des cargaisons dangereuses de riz et que cela ne soit pas suivi de sanctions. Ni contre l’importateur, ni contre les douanes ni contre le port d’Abidjan".

Cette affaire en rappelle une autre, celle du Probo Koala, ce navire qui avait déversé en 2006 des déchets toxiques au port d’Abidjan.

"Malheureusement, on n’a pas tiré les leçons de ce mauvais souvenir qu’est le Probo Koala dont les conséquences sont encore visibles. Certaines personnes sont toujours malades du fait de ces déchets toxiques. On continue d’agir comme si rien ne s’était passé il y a quelques années", explique Doukoua Godé.

En dépit de l’opération de destruction commencée le 16 avril dernier, les organisations de consommateurs redoutent qu’une partie de ce riz avarié ne soit déjà sur le marché.

Les manifestants algériens ne lâchent pas

Les manifestants algériens ne lâchent pas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Premier désaccord à l'Assemblée nationale congolaise

Premier désaccord à l'Assemblée nationale congolaise
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Les organisations de consommateurs s'attaquent à la vente du riz avarié

Les organisations de consommateurs s'attaquent à la vente du riz avarié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Jeannine Mabunda, nouvelle présidente de l’Assemblée nationale en RDC

Jeannine Mabunda, nouvelle présidente de l’Assemblée nationale en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG