Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le vice-président prend provisoirement les fonctions de président à l’île Maurice


La Présidente mauricienne Ameenah Gurib-Fakim à Budapest en Hongrie, le 29 novembre 2016

Paramasivum Pillay Vyapoory occupe de manière transitoire les fonctions de président de la République, après la démission d'Ameenah Gurib-Fakim, mise en cause dans un scandale financier.

"Suite à la démission de son Excellence Ameenah Gurib-Fakim (...), son Excellence Paramasivum Pillay Vyapoory (...), vice-président, assume depuis aujourd'hui 23 mars les fonctions de président de la République", a indiqué la présidence dans un communiqué.

Le gouvernement pourra soit confirmer M. Vyapoory dans ses nouvelles attributions, soit nommer quelqu'un d'autre avec l'aval du Parlement.

>> Lire aussi : Démission de la présidente mauricienne impliquée dans un scandale financier

Seule femme chef d'État en Afrique, Mme Gurib-Fakim a démissionné le 17 mars, en invoquant "l'intérêt national", à la suite de révélations sur des achats personnels réglés à l'aide d'une carte bancaire fournie par l'ONG Planet Earth Institute (PEI).

Cette scientifique et biologiste de renommée internationale, première femme à occuper la fonction honorifique de la présidence dans l'histoire de l'île Maurice, a reconnu les faits, tout en affirmant avoir utilisé la carte par "inadvertance", et avoir remboursé l'argent à PEI, ce que l'ONG a confirmé.

Mme Gurib-Fakim, 58 ans et en poste depuis juin 2015, s'est exprimée vendredi pour la première fois sur son départ, dans un message à la Nation.

"Je pars le cœur gros", a-t-elle avoué, tout en se disant "confiante que s'il y a une enquête, la vérité éclatera et je laverai mon honneur".

"Je demande à mes compatriotes de voir l'avenir avec espoir et résilience. La nation doit marcher vers le progrès", a-t-elle conclu, en remerciant celles et ceux qui l'avait soutenue.

Sa démission avait mis un terme à un feuilleton politique qui agitait cet archipel de l'océan Indien depuis la publication début mars par le quotidien mauricien l'Express de documents bancaires démontrant que la présidente avait utilisé à des fins personnelles une carte bancaire remise par PEI.

>> Lire aussi : La présidente mauricienne impliquée dans un scandale va démissionner selon le Premier ministre

Le montant des dépenses (bijoux, chaussures de marque...) s'élève à au moins 25.000 euros, selon le quotidien. La présidente évoque elle un montant de 26.000 dollars (21.000 euros).

L'affaire a également fait scandale car elle implique le milliardaire angolais Alvaro Sobrinho. Cet homme d'affaires controversé finance PEI et a tenté plusieurs fois depuis 2015 d'investir à Maurice, selon l'Express, ce qui avait déjà déclenché des polémiques et des appels de l'opposition à la démission de Mme Gurib-Fakim.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG