Liens d'accessibilité

Le Venezuela déploie chars et militaires face à la "menace" des Etats-Unis


L’armée vénézuélienne à Fort Tiuna, Caracas, Venezuela, 25 août 2017

Chars débarquant sur la plage, hélicoptères survolant un barrage, tireurs d'élite en tenue de camouflage: l'armée vénézuélienne était mobilisée samedi pour des exercices militaires en réponse à la "menace" du président américain Donald Trump.

Le chef de l'Etat vénézuélien Nicolas Maduro et son ministre de la Défense Vladimir Padrino Lopez ont donné le coup d'envoi à la mi-journée à ces manoeuvres baptisées "Souveraineté bolivarienne 2017" auxquelles doivent participer au cours du week-end quelque 200.000 soldats et 700.000 miliciens, réservistes et civils armés.

"Au peuple et à la FANB (armée vénézuélienne), prenez en charge la défense du territoire et de la souveraineté", a écrit M. Maduro sur Twitter.

Après des exercices de tir samedi, des manoeuvres de combat étaient prévues dimanche, selon le ministre.

Entouré de dizaines de soldats dans une région montagneuse du sud-ouest de Caracas, M. Padrino, vêtu d'un treillis vert olive, a lui-même tiré au fusil. "Ce sera un exercice très bénéfique pour la défense intégrale du pays" face à l'"agression de l'empire", a-t-il jugé.

Cette démonstration de force avait été ordonnée mi-août par le chef de l'Etat vénézuélien en réponse à la déclaration de Donald Trump qui avait évoqué "une possible option militaire si nécessaire" au Venezuela, provoquant la colère du dirigeant socialiste.

Nombre de pays de la région - Brésil, Colombie, Pérou, Chili, Mexique ou encore Equateur - avaient clairement rejeté la perspective d'un recours à la force.

Vendredi, la Maison Blanche a écarté toute action militaire américaine au Venezuela à court terme.

En revanche, déterminé à démontrer que les Etats-Unis ne resteraient pas immobiles face à la crise dans le pays sud-américain, le président Trump a signé vendredi un décret interdisant d'acheter de nouvelles obligations émises par le gouvernement du Venezuela ou par la compagnie pétrolière nationale PDVSA.

Riche en ressources pétrolières mais pauvre en liquidités, le pays, dont la dette est estimée à plus de 100 milliards de dollars, redoute le spectre d'un défaut de paiement.

Le décret ne mentionne cependant pas une quelconque interdiction à des compagnies américaines d'acheter du brut vénézuélien. "Ces mesures ont été soigneusement calibrées pour priver la dictature Maduro d'une source cruciale de financement", a souligné la Maison Blanche.

Cuba, allié politique et commercial du Venezuela, a "fermement" dénoncé ces sanctions américaines.

- "Propagande" -

Nicolas Maduro a convoqué vendredi pour une réunion urgente les entreprises américaines qui achètent du pétrole au Venezuela afin d'analyser les sanctions imposées à Caracas par les Etats-Unis. Le pays sud-américain vend à ce pays 800.000 des 1,9 million de barils de sa production quotidienne.

Les exercices militaires du week-end relèvent d'une "propagande" dont "Maduro a besoin", estime Rocio San Miguel, experte en questions militaires.

Le président en a besoin en interne "pour élever le coût d'une quelconque trahison au sein de l'armée, une perspective qui inquiète les services de renseignements", et en externe, "pour réaffirmer le discours anti-impérialiste qui trouve un certain écho en Amérique latine", déclare-t-elle à l'AFP.

L'armée est le principal soutien du gouvernement vénézuélien, lequel lui a conféré un grand poids politique et économique.

L'opposition vénézuélienne a appelé à plusieurs reprises ces derniers mois l'armée à rejoindre sa cause. Mais à l'exception de quelques actions isolées, les forces armées sont jusqu'ici restées loyales à M. Maduro.

Selon lui, les sanctions américaines de vendredi ont été demandées par la droite vénézuélienne, pour déstabiliser encore un peu plus le pays. Il attribue régulièrement l'origine de la crise vénézuélienne à une volonté des Etats-Unis de le renverser avec l'aide de l'opposition.

Très critiqué, Nicolas Maduro est confronté depuis début avril à une violente vague de contestation qui a fait au moins 125 morts et des milliers d'arrestations.

Un des magistrats de la Cour suprême parallèle formée par l'opposition vénézuélienne, majoritaire au Parlement, Angel Zerpa Aponte, arrêté le 22 juillet, a été libéré vendredi soir, a-t-on appris samedi.

L'opposition considère le président vénézuélien comme responsable de la grave crise économique que traverse le pays. Elle lui reproche également d'avoir fait élire une assemblée constituante "fantoche", fin juillet. Cet organisme s'est emparé des pouvoirs législatifs de l'assemblée nationale, la seule institution du pays contrôlée par l'opposition depuis la fin 2015.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG