Liens d'accessibilité

Le train express de Dakar sera réalisé pour 225 millions d'euros


Des passagers descendent du train Dakar-Niger dans une gare, dans la capitale du sénégalais, 6 mars 2005.

La mise en service de ce train combinant l'électricité et le diesel, d'un coût de 225 millions d'euros, est prévue pour fin 2018, selon l'Etat du Sénégal qui a accordé la réalisation du projet à des sociétés françaises.

Le groupe énergétique français Engie "a été mandaté pour conduire et piloter, en partenariat avec Thales, le Train express régional" (TER) de Dakar, a déclaré l'Agence sénégalaise pour la promotion de l'investissement et des grands travaux (Apix, publique) dans un communiqué.

Le montant du contrat signé avec l'Etat du Sénégal pour la construction du TER est de 225 millions d'euros, soit 148 milliards de FCFA, selon ce communiqué.

Ce train express régional vise à désengorger Dakar, une agglomération de quelque 3 millions d'habitants - près du quart de la population globale - confrontée à des problèmes de circulation en raison d'embouteillages au quotidien.

Ce projet a été salué par plusieurs organisations de consommateurs. C’est le cas de l’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen). Son président, Momar Ndao a indiqué à VOA Afrique que les pays africains ne doivent pas avoir peur d’investir dans de grands projets d’infrastructures, estimant que c’est le seul moyen de sortir de la pauvreté.

Mr. Ndao a ajouté que le train express régional (TER) permettra de désengorger la capitale et favoriser le développement de la nouvelle métropole de Diamniadio en plein essor.

Cependant, d’autres y voient un projet couteux et qui nécessitera encore plus de fonds pour son entretien alors que le pays est classé parmi les 25 pays les pays pauvres du monde.

L'Etat français est le principal actionnaire d'Engie, avec 32,76% du capital au 31 décembre 2015. Le groupe technologique français Thales est l'un des tout premiers acteurs mondiaux en signalisation ferroviaire et en contrôle et supervision de réseaux de transport urbains et grandes lignes.

L'Apix a également signé avec le groupe ferroviaire français Alstom un autre contrat "pour la fourniture de 15 trains" bi-mode (diesel/électrique), a affirmé l'Agence dans une note parvenue à l'AFP. Le coût de ce contrat n'a pas été précisé.

Les trains devant être fournis par Alstom circuleront sur la ligne du TER qui reliera à terme, à une vitesse de pointe de 160 km/heure, le centre de Dakar au nouvel aéroport international Blaise Diagne de Diass, selon un communiqué d'Engie.

Cet aéroport, situé à une cinquantaine de kilomètres de Dakar, doit entrer en service en décembre 2017, ont indiqué les autorités sénégalaises.

Les TER vont desservir 14 stations en 45 mn, d'après Engie. De même source, la mise en service du premier tronçon reliant Dakar à Diamnadio, une ville nouvelle, sur 36 km, est prévue à fin 2018.

Les entreprises participant à la réalisation du TER ont été choisies à la suite d'un appel d'offre international, a indiqué à l'AFP une source à l'Apix.

Les travaux du TER étaient lancés mercredi à Dakar par le président sénégalais Macky Sall, lors d'une cérémonie retransmise en direct par la télévision publique sénégalaise RTS.

La construction du TER s'inscrit, selon les autorités sénégalaises, dans le cadre du "Plan Sénégal Emergent", un plan de développement lancé par le président Sall en 2014 pour faire du Sénégal un pays émergent à l'horizon 2035.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG