Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le tireur de Floride inculpé de 17 meurtres avec préméditation


La police escorte Nikolas Cruz dans la prison du comté de Broward à Fort Lauderdale, Floride, le 15 février 2018.

Le jeune tireur de Floride Nikolas Cruz a été inculpé de 17 meurtres avec préméditation, après avoir perpétré la veille l'une des pires tueries dans une école américaine, selon un document de justice.

Nikolas Cruz.
Nikolas Cruz.

Renvoyé du lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, pour raisons disciplinaires, Nikolas Cruz, âgé de 19 ans, est revenu dans l'établissement armé d'un fusil semi-automatique, tuant 17 élèves et enseignants, et en blessant plus d'une dizaine.

Né en septembre 1998, Nikolas Cruz avait posté sur les réseaux sociaux des messages "très alarmants", a indiqué le shérif du comté de Broward, Scott Israel, sans préciser leur nature, insistant sur la nécessité de signaler ce type de publications.

Cruz était connu au sein du lycée pour être un élève à problèmes, selon plusieurs témoignages recueillis par les médias locaux.

>> Lire aussi : Le tueur de Floride, un ado à problèmes amateur d'armes

"Il y a eu des problèmes quand il a menacé des étudiants l'année dernière et je pense qu'on lui a dit de quitter le campus", a déclaré au quotidien Miami Herald Jim Gard, un professeur de mathématiques qui avait eu l'élève dans sa classe.

Selon l'enseignant, la direction du lycée avait prévenu de ne pas accepter l'élève sur le campus s'il portait un sac à dos en raison de ces menaces proférées.

Un étudiant, interrogé par la chaîne locale WSVN-7, a expliqué que le jeune était un "enfant à problème" qui possédait des armes chez lui et qu'il avait parlé de les utiliser. "Il tirait au fusil parce que ça lui procurait une sensation d'ivresse", a-t-il expliqué.

Selon un autre élève, Nicholas Coke, Cruz était un "solitaire" qui avait quitté l'établissement il y a quelques mois pour emménager dans le nord de l'Etat après la mort de sa mère. Il aurait également fait une préparation militaire, selon des sources au Pentagone qui n'ont pas donné de détails.

Le tireur avait déjà eu "beaucoup de problèmes" de comportement au collège, a-t-il ajouté, racontant que Nikolas Cruz avait brisé une fenêtre à coup de pieds.

Trump parle de santé mentale

Le président américain, qui a expliqué s'adresser à une "nation qui souffre", n'a à aucun moment prononcé le mot "arme à feu" lors de sa courte allocution mais promis de s'attaquer au "difficile problème des maladies mentales".

"Tant de signes que le tireur de Floride était un déséquilibré mental, même viré de l'école pour son mauvais comportement erratique. Les voisins et ses camarades de classe savaient qu'il représentait un gros problème. Toujours les signaler aux autorités encore et encore!", a tweeté le président tôt jeudi matin.

Comme en écho, le sénateur républicain de Floride Marco Rubio a martelé que "ceci pourrait arriver n'importe où".

"Il s'agit de quelqu'un dont les gens savaient qu'il représentait un danger, quelqu'un sur qui on plaisantait dans l'école (...) pour dire qu'il reviendrait un jour et ferait du mal à beaucoup de gens", a-t-il poursuivi sur Fox News. "Et pourtant il est parvenu à ne pas être détecté, a pu acheter cette arme et tuer 17 personnes et en blesser beaucoup plus".

L'ancien président démocrate Barack Obama ne veut pas croire à la fatalité de ces drames, même si lui-même s'est heurté à l'inaction du Congrès. "Nous ne sommes pas impuissants", a écrit M. Obama en appelant à une législation "de bon sens".

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG