Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

Les Sénégalais adaptent à la pandémie l'application d'une loi anti-plastique

Des ballots de vêtements de seconde main prêts à être envoyés à des grossistes au centre de recyclage de textiles de l'entreprise sociale française "Le Relais" à Diamniadio, au Sénégal, le 25 juin 2019. (Photo by Mariama DARAME / AFP)

Une loi entrée en vigueur lundi au Sénégal interdit les sachets plastiques à usage unique, mais certaines dispositions n'en seront pas appliquées avant la fin de la pandémie de coronavirus pour ne pas ajouter à l'impact économique de celle-ci.

Les autorités vont continuer à autoriser pour le moment la production et la distribution d'eau minérale en sachets plastiques, sortes de berlingots de consommation extrêmement courante dans les rues sénégalaises, a indiqué le ministère de l'Environnement.

Ces sachets font partie des quantités considérables de déchets plastiques abandonnés dans les rues ou sur les plages du Sénégal, où environ 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté avec moins d'1,9 dollar par jour, selon la Banque mondiale.

La loi entrée en vigueur lundi en complète une autre similaire datant de 2015 et proscrivant la vente de sacs plastiques fins. Cette loi n'a guère été appliquée.

La nouvelle loi vise les produits plastiques à usage unique et jetables, comme les pailles pour les boissons, les emballages dans le commerce et les grandes surfaces, et les tasses de café et de thé, selon un document officiel.

L'importation de déchets plastiques est également interdite.

Les contrevenants à la nouvelle loi s'exposent à des peines de prison.

Cependant, dans un communiqué publié samedi, le ministre de l'Environnement Abdou Karim Sall a précisé que le gouvernement avait décidé d'"assouplir l'application de certaines dispositions de la loi qui ont un fort impact économique et social". Il a cité les producteurs et les vendeurs d'eau en sachets plastiques, sans citer le nombre d'entreprises et d'emplois concernés.

Un responsable du ministère a admis auprès de l'AFP sous le couvert de l'anonymat qu'une stricte application de la loi pendant la pandémie était improbable.

Le Sénégal a officiellement déclaré 377 cas de contamination par le coronavirus, dont cinq décès. Le gouvernement a instauré un couvre-feu nocturne, fermé les frontières et fortement restreint les déplacements et les rassemblements.

Le président Macky Sall a récemment admis que le pays subissait "de plein fouet" l'impact social et économique de l'épidémie.

Toutes les actualités

Installation des membres du tribunal des pairs sénégalais

Installation des membres du tribunal des pairs sénégalais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Les journalistes sénégalais se dotent d'un tribunal des pairs

Les membres du tribunal des pairs posent devant la maison de la presse à Dakar, le 23 septembre 2020. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Au Sénégal, le conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie dans les médias (CORED) a procédé à l'installation des membres du tribunal des pairs ce mercredi 23 septembre.

Pour ce mandat de 3 ans, cette juridiction composée en majorité de professionnels des médias en activité ou à la retraite aura la tâche de réguler le secteur avec des prérogatives beaucoup plus large.

Lancé en 2014, le tribunal des pairs avait jusqu'à présent les mains liées dans beaucoup de domaines mais avec le nouveau code de la presse, l'instance bénéficie d'un champ d'action beaucoup plus large. Mame Less Camara, journaliste et membre du tribunal des pairs depuis sa création détaille la nouvelle approche. "Auparavant le CORED était une association qui n’avait pas le droit de prendre des décisions et de les porter contre un journaliste par exemple", explique-t-il.

Maintenant que les choses ont changé poursuit Mame Less Camara "les articles 53 et 54 du nouveau code de la presse donnent autorité au tribunal des pairs de suspendre des journalistes de retirer des cartes de presse et même radier des journalistes pour faire en sorte qu'ils restent dans une ligne éthique telle que recommandée".

La presse façonne les opinions, prépare le citoyen à opérer les bons choix et exige des gouvernants le respect de leurs engagements. C'est l'avis du journaliste Mamadou Thior, Président du CORED. Pour lui, cette posture donne au journaliste une place centrale qu'il faut préserver.

"Quelles que soient les circonstances, les professionnels du secteur restent encore attachés à leur indépendance et au droit du public à l’information. Nous suscitons forcément de la méfiance parfois de la défiance et de la médisance auprès de certains d’autres nous admirent et sont prêt à tout pour nous donner l’information", affirme-t-il. Le Président du CORED est convaincu que la voie de l’autorégulation "peut aider à tirer la profession vers le haut" au plus grand bénéfice du public.

Du côté des autorités étatiques on assure que le CORED répond à une volonté de responsabiliser les acteurs des médias qui ont exprimé le souhait d'avoir un organe de régulation autonome. Demba Faye, directeur de cabinet du ministre de la Culture et de la Communication se dit optimiste.

"Cette instance satisfait une forte attente des professionnels des medias qui comme nous le savons tous acceptent plus en matière d’honneur professionnel la juridiction de leurs pairs", se souvient-il. Pour appuyer son argumentaire, il convoque les propos que Mame Less Camara avait tenus lors du lancement du tribunal des pairs en 2014 présidé par le chef de l’État Macky Sall.

Le journaliste affirmait qu’avec le tribunal des pairs "devrait s’ouvrir une nouvelle page dans la régulation du travail des journalistes non pas par les pouvoirs publics ou une quelconque autre autorité mais exclusivement par les professionnels du secteur eux-mêmes".

Après plusieurs années d'existence, le tribunal des pairs du conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie dans les médias (CORED) devrait franchir une étape avec ce nouveau mandat durant lequel il aura les coudées franches pour veiller au respect des bonnes pratiques dans les médias.

L'instance pourra s'appuyer sur une équipe de 12 membres dont 5 femmes et une batterie de sanctions pouvant aller jusqu'à la radiation du journaliste.

Des journalistes pour juger d'autres journalistes accusés de dérapages

Des journalistes pour juger d'autres journalistes accusés de dérapages
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Eco: Le Fida débourse 33 milliards de FCFA pour l'agriculture au Cameroun

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Le gardien sénégalais de Rennes Edouard Mendy bientôt à Chelsea

Edouard Mendy capte la balle lors d'un match entre Rennes et Metz, France, le 4 décembre 2019.

Le gardien de Rennes, Edouard Mendy, devrait prochainement compléter son transfert à Chelsea, où les performances du gardien titulaire Kepa inquiètent, a confirmé le coach londonien Frank Lampard mardi.

"Mendy procède à sa visite médicale pendant que nous parlons, donc, si tout se passe bien, il deviendra bientôt l'un des nôtres", a expliqué Frank Lampard, ancienne légende des Blues, en conférence de presse.

Le transfert devrait coûter aux Blues 20 millions de livres (26 M EUR), ce qui porterait à près de 220 millions de livres les dépenses du club londonien depuis le début de l'été. Les Blues ont déjà recruté Timo Werner, Hakim Ziyech, Ben Chilwell, Kai Havertz, Thiago Silva et Malang Sarr, espérant ainsi pouvoir se mêler à la lutte pour le titre.

L'arrivée de Mendy, international sénégalais, devrait créer un peu de concurrence avec l'Espagnol Kepa Arrizabalaga (25 ans), gardien titulaire recruté pour 72 millions de livres (80 M EUR, record pour un gardien) mais auteur de performances médiocres, dont une bourde dimanche lors de la défaite 2-0 face à Liverpool.

"Avec l'arrivée de Mendy, il y aura davantage de compétition, donc chaque réaction devra être positive de la part de Kepa. Mendy tel qu'il arrive va tout faire pour jouer, on le sait", a ajouté le coach londonien.

"Chacun a dans ses mains, dans l'équipe, l'opportunité de pousser, de s'entraîner, de montrer la bonne attitude pour figurer dans l'équipe", a encore dit Lampard, assurant n'avoir fait "aucun choix définitif" sur le gardien titulaire.

Le technicien a en outre confirmé que le directeur technique du club, l'ex-gardien star Petr Cech, avait influencé l'arrivée d'Edouard Mendy. Cech a lui-même porté le maillot du Stade rennais de 2002 à 2004 avant de passer 11 saisons à Chelsea.

Le coach londonien espère que Mendy pourra échapper à une quarantaine à son arrivée en Angleterre, et qu'il sera donc disponible dès samedi face à West Bromwich.

Voir plus

XS
SM
MD
LG