Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le référendum sur l'indépendance fixé au 4 novembre en Nouvelle-Calédonie


Les quartiers résidentiels situés dans le sud de la ville, à Nouméa, le 12 décembre 2008.

La Nouvelle-Calédonie, territoire français du Pacifique sud, se prononcera le 4 novembre prochain sur son indépendance, lors d'un référendum organisé dans le cadre d'un accord conclu en 1998.

Le Congrès de l'archipel a adopté ce texte, d'un "caractère historique", par 38 voix contre 14.

Le texte a été entériné par les deux groupes indépendantistes - UC-FLNKS et nationaliste et UNI (Union nationale pour l'indépendance) - et par les élus de Calédonie ensemble (droite modérée). Les élus de la droite non indépendantiste (Les Républicains Calédoniens, Rassemblement-LR et Mouvement populaire calédonien) ont voté contre, dénonçant "la repentance coloniale" contenue dans l'exposé des motifs.

Après de vives tensions indépendantistes dans les années 1980 - culminant avec une prise en otages de gendarmes qui avait fait 21 morts en 1988 - des accords avaient été conclus entre Paris et Nouméa pour accorder une large autonomie à cet archipel, français depuis 1853.

En 1998, l'accord de Nouméa avait instauré un processus progressif de décolonisation qui prévoyait un référendum d'autodétermination, au plus tard en novembre 2018.

Selon les projections, les opposants à l'indépendance devraient l'emporter mais cela n'éteindra pas la revendication d'autodétermination, d'autant que deux autres scrutins peuvent avoir lieu d'ici 2022.

Les quelque 270.000 habitants sont à près de 40% Kanaks (Mélanésiens) et à 27% Européens, les autres se disant métis, d'autres origines ou sans appartenance.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG