Liens d'accessibilité

Le président tanzanien limoge le ministre des Mines

  • VOA Afrique

Le président de la Tanzanie John Magufuli donne une conférence de presse lors de son passage à Nairobi, Kenya, le 31 octobre 2016.

Le président tanzanien John Magufuli a limogé mercredi son ministre des Mines, Sospeter Muhongo, après avoir reçu un rapport montrant que des compagnies minières sous-évaluent leurs exportations en minerais, ce qui entraîne des pertes fiscales pour l'État.

A la réception de ce rapport, le président tanzanien a d'abord demandé à M. Muhongo de lui remettre sa démission. "Le ministre est un ami, mais je l'exhorte à reconsidérer sa position. Je lui conseille de se retirer", a-t-il déclaré.

Mais face à l'absence de réaction de ce dernier, la sanction n'a pas tardé à tomber. La présidence tanzanienne a annoncé dans un bref communiqué que le limogeage prenait effet "ce mercredi 24 mai".

M. Magufuli a aussi annoncé la dissolution du Conseil d'administration de l'Agence de contrôle du secteur minier de Tanzanie (TMAA), et le limogeage du secrétaire permanent au ministère des Mines, Justin Ntalikwa.

Selon un rapport présenté mercredi au président, l'exportation de minerais bruts non traités se traduit par d'immenses pertes en recettes fiscales: les sociétés du secteur sont accusées de sous-évaluer leurs exportations et de payer dès lors moins de taxes que ce qu'elles devraient, ce qu'elles démentent.

Toujours selon le rapport, la mauvaise gestion de ce secteur empêche les autorités de connaître la nature et la quantité de métaux ainsi exportés.

M. Magufuli avait réclamé ce rapport, après que la Tanzanie eut annoncé début mars interdire l'exportation de minerais bruts non traités, afin de développer le secteur de la minéralurgie, dans le but de créer de nouveaux emplois locaux et d'augmenter les revenus tirés de ses mines.

Les entreprises et personnes qui exportaient les minerais en vue du traitement, de la fonte ou du raffinage à l'étranger ont été sommées d'arrêter immédiatement et de commencer à faire ce travail dans le pays.

Cette interdiction concernait notamment les minerais d'or, de cuivre, de nickel et d'argent.

La Tanzanie espère que le traitement des minerais dans le pays lui permettra de créer de nouveaux emplois, tout en développant une expertise locale, et de tirer plus de revenus de l'exportation de minerais traités.

Le sous-sol tanzanien est riche en minerais parmi lesquels l'or, dont il est le quatrième producteur africain. Métal le plus exporté par la Tanzanie, l'or est l'une des principales sources de devises du pays.

Le pays exporte également du cuivre, du nickel, des diamants et d'autres pierres précieuses comme la tanzanite.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG