Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Le président de la FIFA seul candidat à sa succession

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, lors d'une conférence de presse à Kigali, Rwanda, le 26 octobre 2018.

L'Italo-Suisse Gianni Infantino est le seul candidat à la prochaine élection à la présidence de la Fédération internationale de football, prévue en juin et est donc assuré d'un deuxième mandat de quatre ans, a-t-on appris mercredi auprès de la Fifa.

Agé de 48 ans, Infantino, élu au lendemain du pire scandale de corruption ayant touché la Fifa, a succédé en février 2016 à la tête de l'instance au Suisse Joseph Blatter, suspendu pour un paiement controversé de 2 M de francs suisses à Michel Platini, lui aussi suspendu.

L'élection à la présidence de la Fifa se déroulera le 5 juin prochain à Paris, à l'occasion d'un congrès qui précédera le Mondial féminin de football organisé en France.

L'ex-international suisse Ramon Vega, ancien joueur notamment de Tottenham, reconverti dans la finance, avait fait part de son intention de se présenter à l'élection mais il n'a pu recueillir le parrainage nécessaire de cinq des 211 fédérations membres de la Fifa.

L'une des premières mesures d'Infantino après son arrivée à la tête de l'instance basée à Zurich a été de faire passer de 32 à 48 le nombre d'équipes participant au Mondial et ce dès l'édition 2026 qui sera disputée aux Etats-Unis, au Canade et au Mexique. Il a émis l'idée que le Mondial compte 48 équipes dès l'édition 2022 au Qatar. Une décision doit être prise en mars prochain à la lumière ds conclusions d'une étude de faisabilité.

L'ancien bras droit de Platini à l'UEFA, mis en cause pour ses relations privilégiées avec un procureur de sa région d'origine, défend également le projet controversé d'une Coupe du monde des clubs élargie de 7 à 24 équipes et ce dès 2021.

Le président de l'UEFA, le Slovène Alexsander Ceferin, qui doit réélu jeudi à la tête de l'instance et qui est lui aussi l'unique candidat, est opposé à ce projet.

Toutes les actualités

CAN-2019 - Sénégal-Algérie: la fête a déjà commencé au pays des Lions

L'équipe du Sénégal lors d'un match de qualifications pour la CAN 2019, le 13 octobre 2018. (VOA/Amedine Sy)

Sûrs de la victoire face à l'Algérie en finale de la CAN-2019, les Sénégalais ont déjà commencé à faire la fête à Dakar et dans les villes de province, pavoisées aux couleurs du Sénégal, à quelques heures du coup d'envoi dans la chaleur du Caire vendredi (19H00 GMT).

Fort de son statut de mondialiste, de première nation africaine au classement Fifa, et de l'apport de son champion d'Europe Sadio Mané (Liverpool), le Sénégal rêve de vaincre le signe indien à l'occasion de la deuxième finale continentale de son histoire, après celle perdue en 2002 face au Cameroun.

Depuis le début de la matinée, les rues de Dakar sont rythmées par le son des coups de klaxon, des vuvuzelas et de la musique de son autre star internationale, le chanteur Youssou N'Dour.

Malgré la défaite (1-0) contre ces mêmes Algériens en phase de poules, "on va gagner, Inch Allah (si Dieu le veut). La coupe, ce sera au Sénégal cette année", affirme le vendeur ambulant Ibrahima Diallo, qui a rallié la place de la Nation, dans le quartier populaire de Colobane, plusieurs heures avant le début du match.

"La fête a déjà commencé et l'intensité va monter jusqu'à la fin du match", promet-il, alors que plusieurs centaines de supporters ont commencé à affluer vers ce lieu traditionnel de rassemblement. La place a été transformée en "fan zone" dotée de trois écrans géants et d'un large podium, où des groupes doivent animer une soirée que tous espèrent festive.

- Trottoirs repeints dans la nuit -

Dakar s'est mise sur son 31 pour soutenir ses Lions. "Nous avons nettoyé le quartier", sourit une collégienne, Adama Samb. Autour d'elle, dans les rues populaires du quartier de Bopp, les banderoles, poteaux électriques, troncs des arbres bordant les rues, et même les chaussées et trottoirs, repeints pendant la nuit, arborent les couleurs vert-jaune-rouge du Sénégal.

Un chauffeur de taxi rouspète. Il est "obligé de faire un détour" pour se rendre sur la corniche-ouest, où une autre "fan zone" était en cours d'installation à quelques mètres de l'océan.

Les cafés, restaurants et les centres commerciaux se préparent également à diffuser le match, même si de nombreux Sénégalais comptent le regarder en famille, à la maison.

A Kolda (sud), en Haute-Casamance d'où est originaire la star Sadio Mané, comme à Saint-Louis (nord), fief de l'ailier Ismaïla Sarr, la même fièvre et les mêmes couleurs ont envahi les rues, selon des correspondants de l'AFP.

CAN-2019 - Sénégal-Algérie : rêve de titre continental, passion française

Riyad Mahrez, à gauche, en lutte avec Sadio Mane lors du match de poule de la CAN 2019 entre le Sénégal et l'Algérie, Caire, le 27 juin 2019

Le Sénégal de Mané ou l'Algérie de Mahrez ? La finale de la CAN-2019 oppose deux pays en quête de gloire depuis des décennies, vendredi au Caire (19h00 GMT), un match qui déchaîne les passions, notamment en France où des mesures de sécurité exceptionnelles ont été prises.

De Dakar à Alger, en passant par la France, où la diaspora des deux pays est très présente, les supporters des deux camps rêvent d'un moment historique : le premier sacre des Lions de la Teranga, abonnés à la "lose", ou la deuxième étoile des Fennecs, après le titre à domicile de 1990.

Environ 2.500 forces de l'ordre seront ainsi mobilisées à Paris, avec une attention particulière pour les Champs-Elysées, cinq jours après les incidents qui ont suivi la victoire en demi-finale des Fennecs algériens pour la finale le 14 juillet.

Au total, 282 personnes avaient été interpellées en France et 249 placées en garde à vue.

- Klaxons à Dakar -

Le match sera évidemment suivi avec ferveur au Sénégal et en Algérie, mais aussi au Caire, une ville endormie après l'élimination précoce de l'Egypte dès les 8e de finale : environ 10.000 Algériens sont attendus dans la capitale.

Au Sénégal, des coups de klaxons quasi ininterrompus rythment le centre de Dakar depuis le début de la matinée. A Kolda (sud), en Haute-Casamance d'où est originaire la star Sadio Mané, comme à Saint-Louis (nord), fief de l'ailier de Rennes Ismaïla Sarr, des murs de maisons, des trottoirs et même les troncs des arbres bordant les avenues ont été repeints aux couleurs nationales, selon des journalistes de l'AFP.

Des écrans géants ont été installés dans plusieurs villes, souvent à l'initiative de notables locaux ou de sociétés privées. "La fête a déjà commencé et l'intensité va monter jusqu'à la fin du match", affirme Ibrahima Diallo, un vendeur ambulant de sifflets et de vuvuzelas, déjà arrivé dans la fanzone de la place de l'Obélisque, dans le centre de la capitale.

Sur les réseaux sociaux, autre terrain de jeu, les heures précédant le match ont été marquées par une agitation autour de la désignation de l'arbitre camerounais Alioum Alioum, alors que la CAF avait communiqué mardi le nom du Sud-Africain Victor Gomes, dans un tweet aujourd'hui supprimé, créant de la confusion.

"Il n'y a jamais eu décision de la CAF pour désigner Gomes. Mais on m'a rapporté que sur Twitter, on a désigné Gomes. Pourquoi ? Nous-mêmes nous ne savons pas", avait réagi jeudi le président de la Confédération Ahmad Ahmad, pour balayer cette polémique.

-Pont aérien pour l'Algérie-

Cette affiche sera marquée par la drôle d'opposition entre les deux entraîneurs, histoire intime de retrouvailles entre deux gamins de Champigny-sur-Marne en banlieue parisienne, Aliou Cissé et Djamel Belmadi, au sommet du foot africain.

Fort de son statut de mondialiste, de première nation africaine au classement Fifa, et de l'apport de son champion d'Europe Mané (Liverpool), le Sénégal était programmé pour aller en finale.

Au contraire de la surprenante Algérie de Belmadi, engluée dans l'instabilité au poste de sélectionneur ces deux dernières années, et incapable de dépasser le premier tour de l'édition 2017.

"Avec l'équipe et le staff que l'on a, j'avais dit dès le début que nous étions favoris cette année", a confié mardi Sadio Mané à la BBC. "Sans prétention aucune -je pense être assez modeste-, il faut à un moment donné ne pas se voiler la face et dire les choses telles qu'elles sont."

Face à l'Algérie de Mahrez, meilleure attaque de la compétition avec 12 buts, le Sénégal sera toutefois privé de son meilleur défenseur, Kalidou Koulibaly, suspendu. "Une perte pour notre système défensif", admet Aliou Cissé, le sélectionneur.

L'Algérie pourra compter sur un autre atout de choix pour tenter de l’emporter : l'appui du public, qui viendra en masse d'Algérie grâce au "pont aérien" mis en place par le gouvernement.

"Le peuple que l'on représente a toujours montré des très belles choses. C'est magnifique ce qu'il se passe", a relevé le joueur algérien Adlène Guedioura, en référence aussi au "hirak", mouvement de contestation politique inédit qui enthousiasme le pays depuis fin février.

"On veut être représentatifs et montrer au monde ce que les Algériens sont capables de faire, comme c'est le cas avec les manifestations chaque vendredi", a surenchéri le sélectionneur Belmadi. On veut être heureux et célébrer dans l'ordre, tout en ayant le respect des pays dans lesquels on se trouve. C'est très important pour nous."

Algérie vs Sénégal vendredi en finale de la CAN 2019

Algérie vs Sénégal vendredi en finale de la CAN 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:03 0:00

Ahmad et Infantino s'expriment lors d'un congrès de la CAF

Ahmad et Infantino s'expriment lors d'un congrès de la CAF
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Football/CAN-2019: Belmadi parle de son "ami" Cissé

Football/CAN-2019: Belmadi parle de son "ami" Cissé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG