Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Le président français Macron juge l'Otan en état de "mort cérébrale"

Le président Donald Trump et le président français Emmanuel Macron discutent dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, le 24 avril 2018.

Le président français Emmanuel Macron a jugé l'Otan en état de "mort cérébrale" dans un entretien publié jeudi, déplorant le manque de coordination entre les Etats-Unis et l'Europe et le comportement unilatéral de la Turquie en Syrie, membre de l'Alliance atlantique.

La chancelière allemande Angela Merkel a réagi en déclarant ne pas partager cette vision "radicale", tandis que le secrétaire d'Etat Mike Pompeo répétait l'exigence américaine d'un meilleur "partage du fardeau" financier de l'Otan. Moscou a salué de son côté un diagnostic "sincère", des "paroles en or".

"Ce qu'on est en train de vivre, c'est la mort cérébrale de l'Otan", a déclaré le chef de l'Etat français dans une interview à l'hebdomadaire The Economist à paraître vendredi.

"Vous n'avez aucune coordination de la décision stratégique des États-Unis avec les partenaires de l'Otan et nous assistons à une agression menée par un autre partenaire de l'Otan, la Turquie, dans une zone où nos intérêts sont en jeu, sans coordination", a-t-il souligné, en référence à l'intervention militaire turque en Syrie. "Ce qui s'est passé est un énorme problème pour l'Otan".

Il faut "clarifier maintenant quelles sont les finalités stratégiques de l'Otan", a-t-il ajouté, plaidant à nouveau pour "muscler" l'Europe de la défense, à un mois d'un sommet de l'Alliance prévu à Londres début décembre.

M. Macron s'interroge en particulier sur l'avenir de l'Article 5 du traité atlantique, qui prévoit une solidarité militaire entre membres de l'Alliance si l'un d'entre eux est attaqué.

"C'est quoi l'Article 5 demain ? Si le régime de Bachar al-Assad décide de répliquer à la Turquie, est-ce que nous allons nous engager ? C'est une vraie question", estime-t-il.

"Nous nous sommes engagés pour lutter contre Daech (acronyme de l'organisation Etat islamique). Le paradoxe, c'est que la décision américaine (de retrait du nord de la Syrie) et l'offensive turque dans les deux cas ont un même résultat: le sacrifice de nos partenaires sur le terrain qui se sont battus contre Daech, les Forces démocratiques syriennes (FDS)", regrette-t-il.

- L'UE au "bord du précipice" -

Cela rend pour le président français d'autant plus "essentiel d'une part, l'Europe de la défense, une Europe qui doit se doter d'une autonomie stratégique et capacitaire sur le plan militaire. Et d'autre part, de rouvrir un dialogue stratégique, sans naïveté aucune et qui prendra du temps, avec la Russie".

Le chef de l'Etat en profite pour pointer trois grands risques pour l'Europe, qui la placent "au bord du précipice".

D'une part, "l'Europe a oublié qu'elle était une communauté, en se pensant progressivement comme un marché", souligne M. Macron.

Ensuite, les Etats-Unis, qui restent "notre grand allié", regardent cependant désormais "ailleurs", vers "la Chine et le continent américain", estime le chef de l'Etat. "Pour la première fois, nous avons un président américain qui ne partage pas l'idée du projet européen, et la politique américaine se désaligne de ce projet".

Enfin, le rééquilibrage du monde va de pair avec l'émergence depuis 15 ans d'une puissance chinoise qui crée un risque de bipolarisation et marginalise clairement l'Europe.

Selon le chef de l'Etat français, si les Européens n'ont "pas un réveil, une prise de conscience de cette situation et une décision de s'en saisir, le risque est grand, à terme, que géopolitiquement nous disparaissions, ou en tous cas que nous ne soyons plus les maîtres de notre destin".

La chancelière Angela Merkel a commenté ces déclarations lors d'une conférence de presse à Berlin avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

"Je ne pense pas qu'un tel jugement intempestif soit nécessaire, même si nous avons des problèmes, même si nous devons nous ressaisir", a-t-elle déclaré. Les "termes radicaux" de M. Macron ne correspondent pas à "mon point de vue au sujet de la coopération au sein de l'Otan", a ajouté la chancelière.

M. Stoltenberg a de son côté estimé que l'Otan restait "forte", estimant que les Etats-Unis et l'Europe "travaillaient ensemble plus que nous ne l'avons fait depuis des décennies".

Enfin, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a jugé, lors d'une conférence de presse à Leipzig (Allemagne), que l'Otan, restait "historiquement un des partenariats stratégiques les plus importants".

Il en a profité pour rappeler l'exigence de Donald Trump (qui avait lui-même qualifié l'Otan d'organisation "obsolète" en janvier 2017) aux pays membres de l'Alliance de mieux "partager le fardeau" de son financement.

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a salué de son côté sur sa page Facebook "des paroles en or. Sincères et qui reflètent l'essentiel. Une définition précise de l'état actuel de l'Otan".

Le président français a cependant eu dans la même interview des mots sévères sur la Russie dont le modèle "anti-européen", de "sur-militarisation" avec une population déclinante et un PIB "équivalent à celui de l'Espagne" n'est selon lui "pas soutenable". Si elle ne veut pas devenir un "vassal de la Chine", la Russie n'a d'autre alternative qu'un "partenariat avec l'Europe", a-t-il ajouté.

Toutes les actualités

L'Australie sur le pied de guerre pour faire face aux incendies

La ville de Sydney est enveloppée par une fumée provenant d'incendies dans le nord de la ville, en Australie, le 11 novembre 2019.

Des milliers de pompiers ont été déployés mardi dans l'est de l'Australie pour faire face aux incendies qui devraient s'intensifier en raison d'une combinaison de facteurs: des vents violents, des températures caniculaires et une végétation sèche.

Alors que des dizaines de feux de brousse n'étaient toujours pas maîtrisés, des températures atteignant les 40 degrés, des vents soufflant à 60 km/h sont attendus dans certaines régions de l'Etat de Nouvelles-Galles du Sud (sud-est).

Les pompiers ont prévenu qu'une vaste région située autour de Sydney était menacée par ces conditions "hors normes".

Depuis vendredi, les incendies sur la côte est de l'Australie ont déjà fait trois morts, détruit plus de 150 habitations et contraint des milliers d'habitants à fuir.

Shane Fitzsimmons, responsable des pompiers de l'Etat de Nouvelles-Galles du Sud (sud-est), a affirmé que dans les conditions actuelles, "si un incendie se déclare et s'établit ... nous ne l'arrêterons pas".

"Nous avons déjà d'importants incendies sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud. Certains couvrent à eux seuls une superficie de plus de 100.000 hectares, soit un périmètre d'un millier de kilomètres", a-t-il ajouté.

Les vents qui soufflent d'ouest en est et la végétation qui souffre d'une intense sécheresse risquent de propager les feux de brousse en direction des foyers de population vivant sur le littoral.

A titre préventif, environ 600 écoles ont été fermées, ainsi que de nombreux parcs nationaux et, par endroits, les habitants ont été invités à envisager de quitter leurs domiciles.

La police et l'armée apportent un appui logistique aux pompiers qui ont également reçu le soutien aérien de plus de 80 appareils.

"Maintenant, il est temps de réfléchir à partir, partez tôt et allez dans un endroit sûr", a conseillé M. Fitzsimmons.

Le rallye d'Australie, dernière manche du championnat du monde des rallyes de la FIA, qui devait débuter jeudi en Nouvelle-Galles du Sud, a été annulé mardi par les organisateurs.

"Il n'est pas opportun d'organiser le rallye", a déclaré dans un communiqué Andrew Papadopoulos, le président de cet événement, invoquant notamment des raisons de sécurité.

- "Les feux sont partout" -

Dans la petite ville de Taree, au nord de Sydney, des dizaines de personnes ont trouvé refuge dans un parc d'exposition.

Caroline Watson, 59 ans, est arrivée lundi soir avec son époux et leur chien.

"Les feux sont absolument partout ", a-t-elle dit à l'AFP. "Ils ne nous ont pas demandé de partir, mais on s'est dit que ça viendrait."

Dans les Blue Mountains, à l'ouest de Sydney, Alan Gardiner, un pompier de Winmalee, a indiqué que les habitants étaient "terrifiés et à bout de forces".

La ville porte encore les stigmates de l'incendie de 2013 qui avait détruit 200 habitations et la population est parfaitement consciente du fait, qu'en raison du peu d'axes routiers dans cette zone montagneuse, ils doivent envisager de partir avant qu'il ne soit trop tard.

Mais M. Gardiner veut encore croire que "la journée sera très calme. (...) S'il y a un incendie, ce sera catastrophique".

Les autorités ne pensent pas que la ville de Sydney, qui compte plus de quatre millions d'habitants, soit menacée mais elles ont lancé une alerte sanitaire en raison de l'épais nuage de fumée toxique qui recouvre la ville.

La présence de ces nuages de fumée, liés aux incendies de la semaine dernière, a été signalée jusqu'en Nouvelle-Calédonie, à près de 1.500 kilomètres de l'autre côté de la mer.

Sue Johnson, qui vit dans le nord de Sydney, a participé à l'évacuation de chevaux qui se trouvaient dans des zones menacées aux environs de Sydney.

"J'ai emmené deux chevaux au milieu de la nuit", a-t-elle expliqué, avant de préciser qu'elle a coupé la végétation autour de sa maison.

"J'espère que rien de tout cela ne sera nécessaire, a-t-elle souligné, mais les habitants ont "peur, très peur".

De tels incendies se produisent chaque année sur l'immense île-continent pendant le printemps et l'été en Australie. Cette année, elle a été particulièrement précoce et violente. Elle pourrait être l'une des pires qu'ait connue l'Australie.

En Nouvelle-Galles du Sud, un million d'hectares ont déjà brûlé, soit déjà trois fois plus que l'an dernier.

AfroTech : Le cofondateur et PDG de Twitter au Ghana

AfroTech : Le cofondateur et PDG de Twitter au Ghana
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:01 0:00

Les Américaines dans l’armée de l’air

Les Américaines dans l’armée de l’air
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

Journée des anciens combattants : le rôle des femmes

Journée des anciens combattants : le rôle des femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Situation confuse en Bolivie après la démission du président Evo Morales

Situation confuse en Bolivie après la démission du président Evo Morales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG