Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump acte II ou exit Trump? Dans un an, scrutin explosif en Amérique

Le président américain Donald Trump lors d’une réunion de son cabinet à la Maison Blanche, Washington, 10 avril 2018. (Twitter/Donald J. Trump)

On décrit souvent la présidentielle américaine comme une longue course d'obstacles bien codifiée par la Constitution. Avec Donald Trump, ce processus poli par deux siècles de tradition risque de virer au jeu de massacre historique.

Dans douze mois, l'un des occupants les plus controversés de la Maison Blanche y jouera son maintien en se présentant de nouveau devant un électorat divisé comme jamais.

S'il gagne au soir du 3 novembre 2020, l'impétueux milliardaire n'aura pas simplement vaincu ce qu'il décrit comme un système ligué contre lui: il aura réchappé de façon spectaculaire à une enquête visant à le destituer.

En face, les démocrates sont encore loin d'avoir désigné celui ou celle qui aura pour mission de défier le chef de la première puissance mondiale.

Parmi les candidats en lice pour cette primaire de l'opposition figurent plusieurs femmes, deux Afro-Américains, un homosexuel revendiqué et deux septuagénaires qui, l'un comme l'autre, promettent à l'Amérique un grand virage à gauche.

Une chose unit ces personnalités diverses: leur désir de priver Donald Trump d'un second mandat, une humiliation subie par seulement trois autres présidents depuis la Seconde Guerre mondiale.

Comment décrire l'enjeu de ce rendez-vous ?

Ce n’est ni plus ni moins une "bataille pour l'âme de l'Amérique", assure l'ex-vice-président de Barack Obama, Joe Biden, l'un des favoris côté démocrate.

Ce à quoi Donald Trump rétorque: les démocrates "veulent détruire notre pays".

Dans ce climat délétère, la Russie entend influencer les électeurs comme elle l'a fait en 2016, avertissent les services américains de renseignement.

"Il faut chercher loin pour trouver une élection aussi explosive et imprévisible que celle-ci", constate Allan Lichtman, éminent professeur d'histoire à l'American University.

- La bataille des bases -

Le résultat du 3 novembre 2020 aura des répercussions dans le monde entier.

Conflits commerciaux avec la Chine et l'Union européenne, avenir de l'Otan, engagement américain au Moyen-Orient et en Afghanistan, impasse nord-coréenne, accord de Paris sur le climat: tous ces thèmes brûlants subiront l'impact de la prolongation ou non du programme phare de M. Trump: "L'Amérique d'abord".

Mais impossible aujourd'hui de prévoir avec certitude l'issue d'une joute électorale qui verra se déchaîner les passions, les éclats ou... les coups bas dans un pays ultra-polarisé.

Si on se fie aux sondages, Donald Trump est à la traîne de ses principaux rivaux démocrates, avec une cote de popularité oscillant autour de 40%.

Mais ce même homme n'avait-il pas déjoué les pronostics de façon spectaculaire en battant Hillary Clinton en 2016 ?

Un exploit qu'il pourrait rééditer en adoptant la même tactique qu'à l'époque: parier sur une mobilisation de sa base électorale pour conquérir quelques Etats-clé lui permettant d'obtenir une majorité de grands électeurs, et remporter le scrutin indirect tout en perdant la majorité populaire.

Avec des votants fermement campés sur leurs positions, il ne faut pas s'attendre à des transferts massifs de voix, estime Charles Franklin, directeur de l'institut Marquette Law School Poll.

"Le soutien pour le président est intense au sein de sa base, et l'opposition (au président) est encore plus intense", analyse-t-il.

Dans ces conditions, il faudra selon lui observer la seule frange de l'électorat susceptible de virer de bord, celle qui dit "un peu approuver" la politique présidentielle.

- La question de "l'impeachment" -

Mais l'actuelle procédure d'"impeachment" engagée au Congrès pour mettre en accusation le 45e président des Etats-Unis pourrait rebattre toutes les cartes.

Donald Trump se voit reprocher d'avoir encouragé une puissance étrangère l'Ukraine à recueillir d'éventuels éléments défavorables sur Joe Biden.

Si la Chambre des représentants à majorité démocrate vote la mise en accusation formelle du président, il reviendra au Sénat à majorité républicaine d'en instruire le procès. Une destitution apparaît donc pour l'heure peu probable. Restera la marque d'infamie de l'impeachment.

Au pays de la politique spectacle, une foule d'autres sujets sont susceptibles d'alimenter l'énorme machine médiatique durant cette année rythmée par les débats, les primaires et les incontournables conventions des partis.

Les démocrates choisiront-ils la sénatrice Elizabeth Warren, dont la remise à plat de l'économie qu'elle prône effraie les modérés, ou bien vont-ils plébisciter le plus consensuel mais moins dynamique Joe Biden ?

Autre question de plus en plus sur les lèvres: Donald Trump accepterait-il son éventuelle défaite, lui qui estime jouir d'une impunité constitutionnelle et qualifie de "coup d'Etat" la procédure ouverte à son encontre par des élus du Congrès.

La présidentielle 2020 sera la plus risquée depuis un demi-siècle, avance M. Lichtman.

Les Etats-Unis ont survécu à une guerre civile, à la Grande dépression, à d'autres conflits et de multiples crises, dont l'assassinat de Kennedy ou celui de Martin Luther King. Se sortiront-ils à nouveau de cette année de tous les périls ?

"La question reste ouverte", conclut l'historien.

Toutes les actualités

Les candidats démocrates se disputent le soutien des Afro-Américains

Les candidats démocrates se disputent le soutien des Afro-Américains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:04 0:00

Vifs débats autour d'ultimes retouches à l'acte d'accusation de Trump

Le chef de la commission judiciaire de la chambre des représentants

Dans un climat électrique, une commission parlementaire américaine mettait jeudi la touche finale à l'acte d'accusation de Donald Trump, avant un vote historique sur son probable renvoi en procès pour destitution.

Elus républicains et démocrates de la commission judiciaire de la Chambre des représentants ont, lors d'une séance tendue, livré une nouvelle fois des analyses diamétralement opposées des faits reprochés au 45e président des Etats-Unis.

"Il a commis le crime le plus grave contre la Constitution en abusant de son pouvoir (...) à des fins personnelles", a estimé l'élu démocrate Eric Swalwell. "C'est une farce", a au contraire jugé le républicain Doug Collins, en reprochant à l'opposition "d'envoyer les faits au diable".

En raison de ces divergences partisanes, Donald Trump est quasi assuré d'être mis en accusation la semaine prochaine à la chambre basse, où les démocrates disposent d'une majorité confortable, puis acquitté - sans doute dès janvier - au Sénat, contrôlé par les républicains.

Même s'il échappe in fine à une destitution, le fait d'être renvoyé en procès dans le cadre de cette procédure laissera une marque historique sur son bilan et assombrira sa campagne de réélection.

Avant lui, seuls deux présidents, Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, ont vécu une telle épreuve. Mis en cause dans un scandale d'espionnage politique, dit du "Watergate", le républicain Richard Nixon avait démissionné en 1974 pour éviter sa mise en accusation ("impeachment").

- "Président-roi" -

Donald Trump est dans la tourmente depuis qu'un mystérieux agent du renseignement a activé la procédure réservée aux lanceurs d'alerte au sujet d'un échange téléphonique entre le président américain et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

Dans cet appel du 25 juillet, le magnat de l'immobilier priait son interlocuteur d'enquêter sur de possibles ingérences ukrainiennes dans l'élection de 2016 - reprenant à son compte une théorie en vue dans les milieux conspirationnistes. Mais surtout, il lui demandait de "se pencher" sur le démocrate Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020, et dont le fils travaillait pour une entreprise ukrainienne alors que M. Biden était vice-président.

Or, une aide militaire cruciale pour ce pays en guerre avec la Russie avait été bloquée quelques jours avant cet appel, sans explication.

De ces faits incontestés, républicains et démocrates tirent des conclusions aux antipodes.

Pour les premiers, Donald Trump a usé de sa fonction présidentielle à des fins personnelles, mettant en jeu l'intégrité des élections et la sécurité des Etats-Unis. Forts de leur majorité à la Chambre, ils ont donc rédigé un article de mise en accusation du président pour "abus de pouvoir".

Les pères fondateurs ne voulaient pas "d'un président-roi", a souligné la chef des démocrates au Congrès Nancy Pelosi lors d'une conférence de presse. "Personne n'est au-dessus des lois: le président sera tenu responsable" de ses actes, a-t-elle ajouté.

- "Risibles" -

Donald Trump et ses partisans jurent de leur côté qu'il n'y a eu "aucune pression" exercée sur l'Ukraine et que les demandes d'enquêtes étaient légitimes. Ils avancent que l'entreprise ukrainienne pour laquelle travaillait le fils de Joe Biden, Hunter Biden, avait une réputation douteuse.

Pour eux, la procédure de destitution n'est qu'une "mascarade" initiée par les démocrates parce qu'ils craignent de perdre les élections de 2020.

La Maison Blanche a déclaré la procédure "inconstitutionnelle" et a refusé de participer à l'enquête. Elle a interdit à des conseillers du président de témoigner ou de fournir des documents réclamés par la Chambre.

Pour cette raison, les démocrates ont retenu un second chef d'inculpation contre le président: "entrave à la bonne marche du Congrès".

Ces deux chefs figurent dans un projet de résolution qui était au cœur de débats tendus jeudi, les élus s'accusant réciproquement d'user d'arguments "risibles", "absurdes", "incroyables" ou encore "ridicules".

Une fois de possibles amendements discutés, la commission passera au vote, probablement dans la journée.

L'acte d'accusation sera ensuite soumis au vote de la Chambre en séance plénière, sans doute dès la semaine prochaine.

L'impact de cette procédure acrimonieuse sur l'opinion publique est incertain: selon la moyenne des sondages établie par le site FiveThirtyEight, 47,3% des Américains soutiennent une destitution de Donald Trump et 45,9% sont contre.

La commission judiciaire de la Chambre se prépare à approuver les articles de mise en accusation

La commission judiciaire de la Chambre se prépare à approuver les articles de mise en accusation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:36 0:00

Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump

Un document officiel portant mention des chefs d'accusation retenus contre Donald Trump à Washington, le 10 décembre 2019.

Donald Trump, "dictateur" en devenir ou président qui honore ses promesses: démocrates et républicains sont restés campés sur leurs visions diamétralement opposées mercredi soir au Congrès américain, lors d'une étape décisive qui mènera certainement à sa mise en accusation historique.

La commission judiciaire de la Chambre des représentants, à majorité démocrate, s'est réunie pour débattre des deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump dans l'affaire ukrainienne: abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

Compte tenu de la majorité démocrate à la Chambre, Donald Trump devrait devenir le troisième président de l'histoire des Etats-Unis mis en accusation au Congrès, probablement avant Noël.

Mais il ne sera vraisemblablement pas destitué ensuite par le Sénat, seul habilité à le juger, car il est contrôlé par les républicains qui font bloc autour du milliardaire.

Deux mois d'enquête parlementaire et de longues heures de débats juridiques n'y ont rien fait: parmi la quarantaine de parlementaires siégeant à la commission, républicains et démocrates restent retranchés derrière les lignes de leurs partis.

Pour les démocrates, Donald Trump a abusé de ses pouvoirs en demandant, cet été, à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020. Il a fait pression sur Kiev, accusent-ils, en suspendant notamment à la même époque une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit armé avec la Russie.

Les républicains, eux, font écho au président qui nie toute pression sur l'Ukraine. Ils accusent les démocrates de chercher, avec cette procédure "bidon", à se débarrasser d'un président qu'ils ne peuvent pas battre dans les urnes.

- Vote en commission attendu jeudi -

Donald Trump "a placé son propre intérêt au-dessus de notre sécurité, au-dessus de notre système d'élections libres et justes", a dénoncé le chef démocrate de la commission, Jerry Nadler.

"Si le président peut abuser de ses pouvoirs puis bloquer les demandes d'information du Congrès, alors le Congrès ne peut pas accomplir sa fonction de contrepoids face à l'exécutif... et le président devient un dictateur", a-t-il poursuivi, en référence au refus catégorique de la Maison Blanche de coopérer avec l'enquête du Congrès.

Cette procédure de destitution n'est qu'"une vendetta" menée depuis la victoire surprise de Donald Trump en novembre 2016, a répliqué le numéro deux républicain de la commission, Doug Collins.

"Les démocrates n'ont jamais accepté la volonté des Américains", a renchéri un autre républicain, Jim Jordan. "Ils ne peuvent pas supporter le fait que le président (...) fasse ce qu'il avait promis de faire".

Après presque quatre heures de déclarations, lors desquelles les parlementaires ont énoncé leurs positions, le débat a été ajourné jusqu'à jeudi à partir de 09H00 (14H00 GMT) pour étudier d'éventuels amendements.

Jerry Nadler a appelé les membres à débattre avec trois questions en tête:

- "Les preuves démontrent-elles que le président a commis ces actes?"

- "Relèvent-ils du niveau de crimes et délits majeurs" passibles d'une destitution selon la Constitution américaine?

- "Quelles sont les conséquences pour notre sécurité nationale, la protection de nos élections et notre pays si nous n'agissons pas?"

Au terme du débat, la commission devrait approuver les chefs d'accusation lors d'un vote, probablement jeudi soir.

Puis la Chambre votera en séance plénière sur ces chefs d'accusation, sans doute dès le début de semaine prochaine.

Avec AFP

Le Boeing 737 MAX ne revolera pas avant 2020

L'avion vedette de Boeing, le 737 MAX, ne revolera pas avant 2020, a prévenu mercredi le patron du régulateur aérien américain. Un coup dur pour le constructeur aéronautique confronté à de nouvelles révélations, lors d'une audition au Congrès, sur la fiabilité de l'appareil.

"Il y a un nombre de procédures, d'étapes importantes qui doivent être franchies et si vous faites le calcul, chacune de ces étapes va prendre du temps", a déclaré Steve Dickson, répondant à la question si son agence comptait encore certifier cette année le Boeing 737 MAX.

"Cela va s'étendre en 2020", a-t-il souligné sur la chaîne CNBC, réduisant à néant les espoirs de Boeing de voir le MAX remis en service, au moins aux Etats-Unis, au cours de ce mois de décembre.

Le 737 MAX est cloué au sol depuis mi-mars après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts.

Boeing, qui a menacé d'en suspendre la production en cas de prolongement de l'interdiction de vol, a assuré continuer à collaborer "étroitement" avec les régulateurs.

- Un accident tous les deux-trois ans -

L'agence fédérale de l'aviation (FAA), sous le feu des critiques pour avoir confié à Boeing la certification de certains systèmes clés du MAX, dont le logiciel MCAS, mis en cause dans les accidents, entend prendre son temps pour examiner en profondeur les changements apportés par Boeing à l'avion, a répété Steve Dickson.

D'autant qu'une enquête interne, conduite en novembre 2018 après l'accident d'un 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air (189 morts) et dévoilée mercredi par le Congrès, a conclu qu'il pouvait y avoir un accident mortel impliquant cet avion tous les deux ou trois ans si des modifications n'étaient pas apportées au MCAS.

Le régulateur a toutefois laissé le MAX continuer à voler jusqu'à l'accident un peu plus de cinq mois plus tard d'un appareil du même type d'Ethiopian Airlines (157 morts).

- "Pouvez-vous admettre que c'était une erreur ?", a demandé à M. Dickson l'élu démocrate Hank Johnson, lors d'une audition ayant duré plusieurs heures.

- "Clairement, ce n'était pas satisfaisant", a simplement répondu M. Dickson.

"C'est la décision qui a tué les gens, dont ma fille" morte dans l'accident d'Ethiopian Airlines, a fustigé auprès de l'AFP Michael Stumo, père d'une victime. "C'est une grosse négligence".

"Nous avons immobilisé l'avion quand nous avons eu des données allant dans ce sens", a défendu par courriel un porte-parole de la FAA.

"Les mesures que Boeing et la FAA ont prises à l'époque (...) étaient en adéquation avec ce que prévoit la procédure en place", a renchéri un porte-parole de Boeing.

- Alertes ignorées -

La FAA et Boeing faisaient le pari que l'avionneur allait vite effectuer les modifications nécessaires et que des catastrophes pouvaient être évitées si les pilotes étaient informés de la marche à suivre en cas de dysfonctionnement du MCAS.

Dans les deux accidents, ce logiciel s'est activé après avoir reçu des informations erronées d'une des deux sondes AOA, s'est emballé malgré des tentatives des pilotes de le désactiver et a mis l'avion en piqué, selon les conclusions provisoires des enquêteurs.

Boeing avait conçu le MCAS parce qu'il avait repositionné les moteurs dans le MAX. Le but est d'éviter que les pilotes ne tirent trop sur le manche, et ce faisant conduisent au décrochage de l'avion faute de portance suffisante.

Suite aux accidents, l'avionneur a revu la conception du MCAS, lequel sera désormais moins puissant, ne s'activera que si les deux sondes d'incidence AOA, qui mesurent l'angle de vol de l'avion, lui envoient des informations concordantes et se désactivera si le pilote actionne la commande.

Edward Pierson, un ancien cadre de Boeing, a lui témoigné mercredi que ses multiples alertes sur des problèmes dans l'usine de production du MAX à Renton, près de Seattle, avant et après le premier crash avaient été ignorées.

"J'ai assisté à une usine en situation de chaos et ai fait part à la hiérarchie de mes inquiétudes sur la qualité de la production des mois avant le premier accident", a-t-il déclaré aux parlementaires. "J'ai encore fait part de mes craintes avant le second accident. Mais aucune mesure n'a été prise", a déploré cet ancien officier de la Marine américaine, qui a quitté Boeing en août 2018.

Il n'y avait pas par exemple, selon lui, suffisamment d'employés qualifiés, notamment des mécaniciens et des électriciens, face aux augmentations de cadences de production, de 47 à 52 appareils par mois en juin 2018, ensuite à 57 unités mensuelles dès 2019.

Sans y répondre, Steve Dickson, à la tête de la FAA depuis quatre mois, a expliqué que les dysfonctionnements apparus lors de la certification initiale du MAX en 2017 étaient dus à une "communication fragmentée" et à des données parcellaires.

"Nous devons améliorer le système", a-t-il prôné, affirmant que la certification du MAX modifié en était une opportunité.

Voir plus

XS
SM
MD
LG