Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le président du FPI accusé d'intimidation en Côte d'Ivoire


Pascal Affi N'Guessan, dirigeant du Front populaire ivoirien, parle pendant une manifestation à Abidjan, le 17 juin 2017.

Le président du Front populaire Ivoirien (FPI) Pascal Affi N'Guessan, proclamé vainqueur de l'élection régionale du Moronou, dans l'est de la Côte d'Ivoire, a été accusé d'intimidation et de fraude par son adversaire.

Selon Véronique Aka, la candidate malheureuse du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), "500 partisans du FPI" avec M. Affi N'Guessan à leur tête ont "encerclé et investi" dimanche, au lendemain du scrutin, le bureau de la Commission électorale de Bongouanou, le chef-lieu de région, et y ont "séquestré son responsable pendant huit heures".

Un témoin présent sur les lieux, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a confirmé ces informations à l'AFP. Il a précisé que la commission électorale avait été investie "de 17 heures à 23 heures" en présence de M. Affi N'Guessan et affirmé que le président de la commission avait été "menacé de mort par des partisans du FPI".

La porte-parole du FPI Agnès Monnet a confirmé à l'AFP que les partisans du FPI avaient encerclé et investi la commission électorale : "C'est normal, c'était pour que la vérité éclate", a déclaré Mme Monnet, expliquant que la commission s'apprêtait à "transmettre un faux procès-verbal".

"C'est de justesse que Pascal Affi N'Guessan a été mis au courant". "Les vrais résultats ont été proclamés" grâce à son intervention, a-t-elle ajouté.

Selon Véronique Aka en revanche, le PV envoyé à la Commission électorale indépendante nationale (CEI), chargée de proclamer les résultats, est un "faux", rédigé par M. Affi N'Guessan, qui n'a pas été contresigné par ses représentants à elle.

Le porte-parole de la CEI nationale, Inza Kigbafori, a cependant confirmé à l'AFP que le résultat de l'élection était valide.

"Le siège de la CEI de Bongouanou a été visité par chacun des deux camps. Mais nos documents étaient déjà sécurisés et ça n'a pas changé le résultat", a-t-il déclaré à l'AFP.

Pascal Affi N'Guessan a été proclamé vainqueur par la CEI avec 43,15% des voix.

Fondé par l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, le FPI est considéré comme le troisième grand parti de Côte d'Ivoire, mais il est divisé en deux tendances antagonistes, celle dite réformiste présidée par M. Affi N'Guessan, et la tendance légitimiste, fidèle à Laurent Gbagbo, actuellement jugé par la Cour pénale internationale à La Haye pour crimes contre l'humanité lors de la crise post-électorale de 2010-11.

La campagne électorale, le scrutin et le dépouillement des élections municipales et régionales, entachées par de nombreuses accusations de fraudes, ont été émaillées de violences et d'incidents à travers tout le pays. Quatre personnes ont été tuées.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG