Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Le président Alpha Condé a prêté serment pour un 3e mandat

Le président Alpha Condé de Guinée salue de la main à Conakry, 4 fébrier 2018.

Le président Alpha Condé, 82 ans, a prêté serment lundi devant la Cour constitutionnelle pour un troisième mandat controversé à la tête de la Guinée, lors d'une cérémonie en présence d'une douzaine de chefs d'Etat africains.

"Moi, Alpha Condé, président de la République élu conformément à la Constitution, je jure devant le peuple de Guinée et sur mon honneur, de respecter scrupuleusement les dispositions de la Constitution, les lois et les décisions de justice, de défendre les institutions constitutionnelles, l'intégrité du territoire et l'indépendance nationale", a-t-il déclaré.

"En cas de parjure, que je subisse les rigueurs de la loi", a ajouté en levant la main droite M. Condé, vêtu d'un boubou blanc.

Le président de la Cour constitutionnelle, Mohamed Lamine Bangoura, a pris acte de son serment et a indiqué qu'il serait "installé dans ses fonctions" lundi 21 décembre.

Le haut magistrat a ensuite appelé M. Condé à "gouverner autrement", sans "aucune tolérance" pour "la corruption, l'incivisme, l'ethnocentrisme, le népotisme".

Dans son allocution, M. Bangoura a également souhaité que "les leaders politiques saisissent la main tendue que vous daignerez leur tendre". "C'est tout le sens de notre appel au dialogue... un dialogue permanent, vaccin de tout conflit", a-t-il ajouté.

La cérémonie, dans un Palais Mohammed V de Conakry placé sous haute sécurité, a débuté à la mi-journée, avec plus de trois heures de retard sur l'horaire prévu.

Les invités comprenaient les présidents de onze pays africains (Sierra Leone, Liberia, Ghana, Togo, Tchad, Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Congo, Comores et Ethiopie), ainsi que des représentants de la France, de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), ou encore des Nations unies.

Un dispositif de sécurité très important, composé de policiers, gendarmes et militaires, a également été déployé dès le début de la matinée jusque dans la grande banlieue de Conakry, réputée acquise à l'opposition, selon un correspondant de l'AFP.

Ancien opposant historique élu en 2010 et réélu en 2015, Alpha Condé a fait adopter en mars, lors d'un référendum boycotté par l'opposition, une nouvelle Constitution, invoquée pour se représenter au scrutin du 18 octobre après ses deux mandats constitutionnels.

M. Condé a été définitivement proclamé vainqueur le 7 novembre par la Cour constitutionnelle. Il entamera le "premier mandat de la 4e république", a souligné le gouvernement.

Le projet de référendum, puis la candidature d'Alpha Condé à un troisième mandat, ont donné lieu à des mois de manifestations durement réprimées et de violences qui ont fait des dizaines de morts civils d'octobre 2019 aux lendemains de l'élection.

La justice et la police ont lancé depuis une vague d'arrestations contre ceux qu'elles disent soupçonner d'être impliqués dans les violences.

Dans un communiqué, Amnesty International a dénoncé mardi les "homicides commis par des forces de défense et de sécurité dans des quartiers favorables à l'opposition après l'élection présidentielle".

"Au moins 16 personnes ont été tuées par balle entre le 18 et le 24 octobre", indique l'ONG, qui fait également état d'un cas de torture et de nombreuses arrestations et détentions arbitraires.

Alpha Condé et le gouvernement guinéen accusent régulièrement Amnesty International ou encore Human Rights Watch (HRW) de partialité, leur reprochant de ne pas dénoncer les violences commises par les manifestants partisans de l'opposition.

Toutes les actualités

Sky Mali inaugure samedi une nouvelle liaison avec la Guinée

Sky Mali inaugure samedi une nouvelle liaison avec la Guinée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Maroc, Gabon, Sénégal et Guinée se qualifient, le Ghana éliminé par les Comores

Maroc, Gabon, Sénégal et Guinée se qualifient, le Ghana éliminé par les Comores
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:06 0:00

Les sanctions contre le Mali seront-elles efficaces? La réponse d'un expert

Les sanctions contre le Mali seront-elles efficaces? La réponse d'un expert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Alpha Condé serait parti aux Emirats Arabes Unis

Alpha Condé serait parti aux Emirats Arabes Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

L'ancien président Alpha Condé a quitté la Guinée

Le président guinéen Alpha Condé délivre un message lors d'une visite officielle en France, à Saint-Raphaël, le 15 août 2019.

Le président déchu de la Guinée Alpha Condé a quitté son pays pour l'étranger lundi avec l'accord de la junte au pouvoir, a dit à l'AFP un responsable du ministère des Affaires étrangères sous le couvert de l'anonymat.

Le site d'information Guinéenews a rapporté qu'il s'était envolé pour les Emirats Arabes Unis.

Aucune confirmation officielle de son départ et de sa destination n'a été obtenue.

Un fonctionnaire en service à l'aéroport international de Conakry a indiqué que M. Condé était parti à bord d'un avion privé. "On avait demandé à tous les travailleurs de l'aérogare nationale (près de l'aéroport international) de quitter les lieux", a-t-il dit, également sous le couvert de l'anonymat.

La junte a autorisé fin décembre M. Condé, 83 ans, à quitter le pays pour des examens médicaux.

L'ex-dirigeant Moussa Dadis Camara de retour à Conkary après 11 ans d’exil
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00


A la tête du pays pendant près de 11 ans, M. Condé a été renversé le 5 septembre 2021 par le colonel Mamady Doumbouya et ses hommes. Il a été détenu au secret pendant douze semaines, jusqu'à ce que la junte l'autorise à résider chez son épouse dans la banlieue de Conakry.

La junte passe pour avoir rechigné à le laisser quitter le pays, redoutant des menées de sa part contre le nouveau pouvoir.

Sa libération faisait partie des exigences de la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao), avec la tenue d'élections dans les six mois. La Cédéao a suspendu la Guinée de ses instances et sanctionné individuellement les membres de la junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, qui s'est fait investir président de transition.

Alpha Condé a été autorisé à quitter la Guinée alors que la justice vient d'ordonner l'ouverture d'investigations sur les crimes présumés commis sous sa présidence.

Le colonel Doumbouya a promis de rendre le pouvoir aux civils après des élections dont la date reste inconnue.

Les dernières années de M. Condé à la tête du pays ont été marquées, à partir de 2019, par un exercice de plus en plus autoritaire du pouvoir, selon les défenseurs des droits humains, face à une vive contestation contre un troisième mandat du président. La contestation, plusieurs fois brutalement réprimée, a fait des dizaines de morts civils et quelques morts dans les rangs des forces de sécurité.

La réélection de M. Condé en octobre 2020, vigoureusement contestée par l'opposition, a été précédée et suivie par des dizaines d'arrestations.

Voir plus

XS
SM
MD
LG