Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

La Cédéao condamne la Guinée pour la répression meurtrière d'une manifestation

La police affronte les partisans du chef de l'opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo à Conakry, en Guinée, le mercredi 21 octobre 2020.

La Cour de justice de la Cédéao a déclaré les autorités guinéennes coupables d'homicides et d'actes de torture lors de la répression d'une manifestation qui avait fait six morts en 2012.

La Cour de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a "constaté la violation des droits de l'Homme par la République de Guinée lors de l'attaque du village de Zogota" (sud-est) et demandé "réparation du préjudice subi par les victimes".

L'arrêt déclare la Guinée coupable notamment "d'atteinte au droit à la vie", de "torture, de traitements inhumains, cruels ou dégradants", et "d'arrestation arbitraires".

L'Etat guinéen dispose d'un délai de six mois pour payer aux ayants droit des six personnes tuées 5 milliards de francs guinéens (430.000 euros) chacun, ainsi que 3 milliards (260.000 euros) à 15 autres victimes de cette répression, qui avaient porté plainte auprès de cette Cour pour traitements inhumains et détention arbitraire.

Dans la nuit du 3 au 4 août 2012, les forces de sécurité guinéennes avaient tiré sur des villageois qui protestaient depuis plusieurs jours contre la politique de recrutement du groupe minier brésilien Vale-BSGR, l'accusant de privilégier les membres de groupes ethniques extérieurs à cette zone de Guinée forestière.

Les plaignants avaient également accusé la compagnie minière de complicité, notamment d'assassinat, affirmant qu'elle a fourni des véhicules et du carburant aux forces de sécurité. Le groupe avait assuré en 2018 "n'avoir jamais entrepris ni soutenu aucun acte de violence à Zogota".

Si les plaignants ont saisi la cour de la Cédéao, c'est parce que "la justice guinéenne ne voulait rien faire" pour faire avancer ce dossier, gelé depuis décembre 2014, a indiqué à l'AFP leur avocat, Pépé Antoine Lama.

Alpha Condé: "Quiconque a détourné est contre le peuple"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Selon lui, la décision de la cour de la Cédéao "ne suffit pas à réparer le préjudice subi", et il reste déçu que "les auteurs de ce massacre" n'aient pas été inquiétés. "Nous continuons à nous battre, un jour la justice prendra ses responsabilités", a déclaré Me Lama.

Les organisations de défense des droits humains dénoncent régulièrement "l'impunité" dont jouissent selon elles les forces de sécurité guinéennes.

Selon les décomptes de l'opposition, plus de 130 civils ont été tués depuis le début des manifestations en octobre 2019 contre un troisième mandat controversé du président Alpha Condé.

Les autorités évoquent des chiffres moindres et refusent que ces morts soient globalement imputées aux forces de sécurité, invoquant la responsabilité des dirigeants de l'opposition dans ces violences.

Toutes les actualités

Des rebelles tuent une trentaine de civils et deux militaires en Centrafrique

Des rebelles tuent une trentaine de civils et deux militaires en Centrafrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Des émigrés africains se plaignent des conditions de travail au Moyen-Orient

Des émigrés africains se plaignent des conditions de travail au Moyen-Orient
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

La justice confirme la décriminalisation de l'homosexualité au Botswana

Des militants brandissent des drapeaux arc-en-ciel devant la Haute Cour du Botswana à Gaborone le 29 novembre 2021.

La justice du Botswana a maintenu lundi en appel sa décision de décriminaliser l'homosexualité, rejetant un recours déposé par le gouvernement conservateur du pays enclavé d'Afrique australe.

"La demande en appel est rejetée", a déclaré la Haute Cour dans son arrêt dont l'AFP a eu copie.

En 2016, le tribunal de Gaborone, capitale du Botswana, avait ordonné que les lois punissant les relations entre personnes de même sexe soit amendées, les qualifiant de "reliques de l'ère (britannique) victorienne" qui "oppressent une minorité".


Ce jugement, salué comme "historique" au niveau international, était très attendu sur l'ensemble du continent africain où l'homosexualité reste illégale dans plus de la moitié des pays subsahariens.

Mais le gouvernement a fait appel de cette décision en octobre, estimant que cette "question politique" devait être tranchée par le Parlement et non par la justice.

Les citoyens botswanais homosexuels ont longtemps vécu dans "la peur constante d'être découverts ou arrêtés", a déclaré le juge Ian Kirby à la lecture de son arrêt. "Cela a parfois conduit à la dépression, au comportement suicidaire, à l'alcoolisme ou à la toxicomanie", a-t-il regretté.

Le Botswana est un des rares pays africains à avoir dépénalisé l'homosexualité. Les autres sont le Lesotho, le Mozambique, l'Angola et les Seychelles. L'Afrique du Sud est le seul pays africain autorisant le mariage gay, légalisé en 2006.

La justice s'était alors prononcée sur requête d'une personne contestant le code pénal qui réprimait depuis 1965 l'homosexualité avec des peines pouvant aller jusqu'à sept ans de prison.

Des centaines de manifestants soudanais défilent dans la banlieue de Khartoum

Des centaines de manifestants soudanais défilent dans la banlieue de Khartoum
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:59 0:00

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG