Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le poids de la dot retarde les mariages au Congo-Brazzaville


Un jeune de la famille désigné pour recevoir les cadeaux de mariage de sa sœur à Talangai, Brazzaville, Congo, 16 février 2018 (VOA/Ngoussou Ngouela)

Au Congo-Brazzaville, les jeunes éprouvent des difficultés à se marier, à cause d’une dot trop élevée, dépassant le million de francs CFA, sans compter les cadeaux les plus invraisemblables.

Les juristes et les sociologues appellent les pouvoirs publics à encadrer la dot.

Plusieurs jeunes ont pris d’assaut le 14 février dernier les grandes artères de Brazzaville, notamment la corniche du fleuve Congo, aux couleurs de la Saint-Valentin, pour exprimer leur amour.

Reportage de Ngouela Ngoussou, correspondant à Brazzaville pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

Néanmoins, la société congolaise connaît un vrai malaise, concernant le mariage coutumier qui est particulièrement marqué par la dot.

Dominique, jeune financée, souhaite la modération des parents dans la dot, à Brazzaville, le 16 février 2018. (VOA/Ngoussou Ngouela)
Dominique, jeune financée, souhaite la modération des parents dans la dot, à Brazzaville, le 16 février 2018. (VOA/Ngoussou Ngouela)

"Non, je ne suis pas à vendre ! Les parents doivent demander la dot à la limite du possible", indique Dominique, une jeune fiancée.

"La société congolaise doit évoluer. Je crois qu’il faut abolir la dot. Nous sommes dans un monde où les femmes revendiquent l’égalité, elles ne sont donc pas une marchandise. C’est une déviance aujourd’hui", déplore Joe, un jeune Brazzavillois.

Pour Amandine Boussaboté, une jeune célibataire, les familles ne doivent pas trouver dans le mariage une occasion de s’enrichir.

>> Lire aussi : Les jeunes de Goma, en RDC, se plaignent du coût élevé de la dot

Amandine Boussambote, le 16 février 2018. (VOA/Ngoussou Ngouela)
Amandine Boussambote, le 16 février 2018. (VOA/Ngoussou Ngouela)

"Je pense que nos parents exagèrent quelques fois. Ils pensent que c’est l’occasion de récupérer ce qu’ils ont mis dans l’éducation de la fille", dénonce-t-elle.

Les juristes et les législateurs ne savent plus quoi dire dans ce débat.

Le code de la famille adopté depuis 1984 est visiblement dépassé avec ces nouvelles pratiques.

Le juriste Odilon, à Brazzaville, le 16 février 2018. (VOA/Ngoussou Ngouela)
Le juriste Odilon, à Brazzaville, le 16 février 2018. (VOA/Ngoussou Ngouela)

Le juriste Odilon Ondion suggère que le montant de 50.000F CFA prévu dans ce code soit revu à la hausse.

"En 34 ans, la société congolaise a beaucoup évolué. Vu les mentalités des Congolais, aujourd’hui, encrés à l’argent, il faut fixer ce montant de la dot à 300.000 francs CFA", propose-t-il.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG