Liens d'accessibilité

Le Pentagone enquête sur la mort des soldats américains au Niger

  • VOA Afrique

A combination photo of U.S. Army Special Forces Sergeant Jeremiah Johnson (L to R), U.S. Special Forces Sgt. Bryan Black, U.S. Special Forces Sgt. Dustin Wright and U.S. Special Forces Sgt. La David Johnson killed in Niger, West Africa, Oct. 4, 2017, in t

Le Pentagone tente de déterminer si les forces américaines impliquées dans une embuscade meurtrière au Niger ont détourné la routine de leur patrouille pour se lancer dans une mission non approuvée.

Selon un article publié dans le quotidien américain New York Times, les soldats américains et nigériens ont donné des comptes rendus contradictoires pour savoir s'ils étaient simplement tombés dans une embuscade ou s'ils avaient été attaqués après avoir tenté de poursuivre des insurgés islamistes, selon des responsables militaires des deux pays.

Ces contradictions ont incité les membres du Congrès à exiger des réponses sur ce que les soldats faisaient avant l'attentat du 4 octobre.

Dans des interviews avec le ministère de la Défense et le New York Times, des militaires nigériens ont dit qu'un convoi légèrement armé d'une cinquantaine de soldats nigériens et américains a poursuivi les insurgés islamiques sur des motos, jusqu'à ce que les hommes franchissent la frontière vers le Mali.

Les membres du service américain ont insisté sur le fait qu'ils n'ont pas pourchassé les insurgés, mais simplement les "ont remarqués" dans les environs du village de Tongo Tongo. Ce n'est que lorsque les troupes ont interrogé les chefs de village et se dirigeaient vers leur base, selon le récit américain, que les insurgés ont tendu une embuscade au convoi, les accablant.

Les contradictions s'ajoutent aux autres questions émergeant après l'attaque meurtrière: les soldats avaient-ils agi au-delà de leur mission prévue, sans avoir d'abord obtenu l'approbation? Et si on leur avait donné la permission, qui l'a accordé?

Sous les autorités actuelles, les forces terrestres américaines ne sont pas autorisées à mener des opérations unilatérales d'action directe au Niger, ou dans la plupart des autres pays d'Afrique, et le Pentagone a continué d'insister sur le fait qu'il n'était pas impliqué dans des opérations de combat.

"Nos missions sont de conseiller et d'assister", a déclaré jeudi le lieutenant-général Kenneth F. McKenzie Jr. au New York Times, "Nous ne sommes pas directement impliqués dans des opérations de combat".

La lutte antiterroriste des Etats-Unis "se transforme" géographique pour aller dans des endroits comme l'Afrique, a déclaré M. Graham après avoir rencontré M. Mattis, ajoutant que "nous ne voulons pas que le prochain 11 septembre arrive du Niger".

Quatre soldats nigériens et quatre soldats américains sont morts dans une embuscade au Niger, révélant au grand jour à quel point les forces américaines sont impliquées dans la lutte contre les djihadistes dans la région.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG