Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le parti démocrate officialise la victoire sur fil de Hillary Clinton dans l'Iowa

Hilary Clinton, Nashua, 2 février 2016

Hillary Clinton a battu lundi avec une très courte marge son rival Bernie Sanders lors des "caucus" de l'Iowa qui départagent les candidats à la présidentielle de chaque parti, selon le décompte officiel du parti.

Avec la totalité des résultats recensés, l'ancienne secrétaire d'Etat a remporté 49,8% des votes lors des primaires démocrates organisées lundi soir dans ce petit Etat du centre, contre 49,6% pour le sénateur Bernie Sanders.

"Je suis tellement heureuse de venir dans le New Hampshire après avoir gagné l'Iowa! Je peux vous le dire, j'ai gagné et j'ai perdu là-bas. Et c'est tellement mieux de gagner!", a déclaré Mme Clinton mardi en évoquant sa défaite dans l'Iowa en 2008 face à Barack Obama.

Richard Hétu au micro de Nathalie Barge
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:01 0:00
Télécharger

Au lieu de pourcentages à quasi égalité, son équipe de campagne a préféré mettre en avant le nombre de délégués gagnés dans l'Iowa, qui seront envoyés à la convention nationale du parti pour l'investiture présidentielle. De fait, Clinton a gagné 700 délégués contre 696 pour Sanders, mais l'Iowa ne représente que 1% des délégués envoyés à la convention.

Devant ses partisans réunis à Nashua, dans le New Hampshire (nord-est), où se tiendra mardi la deuxième primaire, elle a souligné que la question clé "devait être l'économie" qui doit "produire davantage d'emplois bien payés et augmenter les salaires de ceux qui sont prêts à travailler dur".

Dernier rival de l'ex-première dame encore en course pour l'investiture démocrate, Bernie Sanders a souligné sa performance contre celle qui était au départ la grande favorite.

"Nous avons commencé notre campagne à 40, 50 points derrière" Hillary Clinton, a-t-il dit sur CNN mardi matin avant la publication des derniers résultats. "Que nous perdions par une fraction de point ou que nous gagnions, peu importe, nous sommes très fiers de notre campagne", a-t-il dit avant la fin du décompte, qui a pris toute la nuit et une bonne partie de la matinée.

"Ce que cela démontre, c'est que cette campagne a démarré d'une façon très vigoureuse, en partant de très, très loin derrière pour arriver à quasi égalité", a ajouté le sénateur socialiste démocrate de 74 ans.

Son discours révolutionnaire anti-élites a notamment séduit les jeunes, lui permettant de faire vaciller la position de grande favorite de Hillary Clinton. La candidate a toutefois évité une redite de 2008, lorsque Barack Obama et John Edwards l'avaient battue dans l'Iowa.

Le New Hampshire est un terrain favorable pour Bernie Sanders, sénateur de l'Etat voisin du Vermont. C'est son "jardin" et "la bataille sera rude jusqu'au bout", a reconnu un conseiller en stratégie de Clinton, Joel Benson, promettant de "conquérir chaque voix".

"Nous devons faire valoir nos arguments aux jeunes qui cherchent des emplois mieux payés", a-t-il ajouté.

Mais la suite des primaires semble plus propice à Hillary Clinton. Onze Etats voteront le 1er mars pour répartir 21% des délégués démocrates pour l'investiture. Or beaucoup se situent dans le Sud où l'électorat noir, acquis à la candidate, peut dépasser la moitié des votants.

Avec AFP

Toutes les actualités

L'analyste René Lake explique pourquoi Joe Biden a choisi Kamala Harris

L'analyste René Lake explique pourquoi Joe Biden a choisi Kamala Harris
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:21 0:00

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Le tandem Biden-Harris fait une première sortie conjointe

La sénatrice Kamala Harris et l'ancien vice-président Joe Biden lors de leur première apparition commune au lycée Alexis Dupont à Wilmington, Delaware, États-Unis, le 12 août 2020.REUTERS/Carlos Barria

A peine 24 heures après son couplage formel, le duo démocrate Joe Biden-Kamala Harris s’est présenté devant les électeurs américains lors d’un meeting conjoint, en personne, depuis la ville de Wilmington, dans l’État du Delaware, où réside l’ancien vice-président.

C'était aussi l'occasion pour les candidats du parti démocrate de présenter les membres de leurs familles respectives.

Du côté de Mme Harris, nous avons appris qu'elle est mariée à l’avocat Douglas Emhoff, avec qui elle a deux enfants.

M. Biden était avec son épouse, l'ancienne seconde dame Jill Biden, qui est enseignante de carrière. Ils se sont mariés en 1977, cinq ans après que la première femme de M. Biden, Neilia, soit morte dans un accident de la route avec leur fillette Naomi. La tragédie a encore visité la famille Biden en 2015, lorsque le fils aîné de M. Biden, Beau, est décédé des suites d'un cancer du cerveau à l’âge de 46 ans.

La sortie conjointe de mercredi a également été l'occasion pour le tandem de démontrer l'alchimie harmonieuse entre ces deux figures politiques qui ont suivi des trajectoires différentes mais dont les destins sont désormais liés pour la postérité.

Après avoir vanté les mérites l’un de l’autre, les deux démocrates ont exprimé leur confiance dans leur capacité à déloger le duo républicain du président Donald Trump et son vice-président Mike Pence, au pouvoir depuis 2017.

" Donald Trump est en passe de quitter ses fonctions avec le pire bilan de l'histoire américaine en matière de création d'emplois", a déclaré M. Biden.

"Dans seulement 83 jours, nous aurons la possibilité de choisir un meilleur avenir pour notre pays", a ajouté Mme Harris. "Le dossier de Donald Trump et Mike Pence est classé", a-t-elle conclu.

Loin d’être en reste, l’équipe de campagne du chef de l'État sortant avait ouvert les hostilités en publiant une vidéo attaquant le duo Biden-Harris. Fidèle à ses habitudes, M. Trump - qui n’hésite pas à donner des surnoms moqueurs à ses adversaires - a qualifié Mme Harris de "fausse" (phony). Pour M. Trump, M. Biden n'est que "Joe le dormeur" (Sleepy Joe).

L'élection présidentielle américaine est prévue pour le 3 novembre.

Trois complices présumés de R. Kelly arrêtés pour intimidation de plusieurs victimes

R. Kelly lors des American Music Awards 2013 à Los Angeles, le 24 novembre 2013. La star de R&B fait face à des allégations répétées d'abus sexuels sur mineures. (AFP/Frédéric J.Brown)

La justice américaine a annoncé mercredi l'arrestation de trois complices présumés de R. Kelly, accusés d'avoir cherché à réduire au silence plusieurs femmes accusant le chanteur d'agressions sexuelles.

L'ex-star du R&B incarcérée doit être jugé dans différentes procédures engagées dans les Etats de l'Illinois, du Minnesota et de New York.

Des procureurs fédéraux affirment que trois membres du cercle artistique de R. Kelly -Richard Arline Jr., Donnell Russell et Michael Williams- ont été impliqués dans des opérations de chantage et de harcèlement afin de faire taire certaines victimes.

Les techniques employées incluaient l'incendie d'une voiture devant la résidence de l'une d'elles, des menaces de divulgation de photographies intimes, et le versement de 500.000 dollars afin d'influencer un témoignage.

Les trois accusés "ont montré qu'il n'y avait aucune ligne qu'ils ne franchiraient pas pour aider R. Kelly à éviter les conséquences de ses crimes présumés", a déclaré Peter Fitzhugh, inspecteur chargé de l'enquête.

Le chanteur, connu notamment pour son tube "I Believe I Can Fly", fait face à des poursuites fédérales dans deux affaires distinctes à Chicago et à New York. Il fait face depuis des décennies à des accusations d'abus sexuels sur mineures.

A Chicago, R. Kelly est accusé de s'être filmé en plein acte sexuel avec des mineures, et d'avoir payé des témoins possibles lors de son procès en 2008 -au terme duquel il a été acquitté- afin de s'assurer leur silence.

Il est aussi poursuivi à New York pour corruption, une affaire qui serait liée, selon les médias américains, à son mariage avec la chanteuse Aaliyah alors qu'elle n'avait que 15 ans.

Ce chef d'inculpation, pour lequel il a plaidé non coupable, s'ajoute à des accusations de recrutement systématique de jeunes filles lors de tournées pour les forcer à des relations sexuelles.

La sélection du jury pour son procès à New York est prévue pour le 29 septembre, mais cette date sera probablement repoussée du fait des restrictions liées à l'épidémie de coronavirus.

Correspondant VOA du 12 Août 2020: le duo Biden-Harris

Correspondant VOA du 12 Août 2020: le duo Biden-Harris
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG