Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Le partenariat avec l'Afrique, priorité de la présidence française de l'UE

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian assiste à une réunion avec son homologue algérien à Alger le 12 mars 2020.

La France va faire du "renforcement du partenariat euroafricain" une des priorités de sa présidence de l'UE au premier semestre 2022, de la relance de l'économie à la lutte contre le terrorisme, a assuré mardi le chef de la diplomatie française.

"Le renforcement du partenariat euroafricain est une priorité de la France et cette priorité sera au cœur de notre présidence (de l'UE)", a déclaré Jean-Yves Le Drian lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Union européenne et de l'Union africaine (UA) à Kigali.

Cette réunion visait à préparer le prochain sommet UE-UA, qui se tiendra en février à Bruxelles, plus de quatre ans après celui d'Abidjan en 2017.

"Nous avons un intérêt commun à continuer à transformer les interdépendances qui existent entre nos sociétés et nos économies en autant de solidarités pour bâtir l'avenir ensemble", a relevé le ministre français.

"Un avenir dont nous voulons être les acteurs et que nous ne voulons voir personne d'autre écrire à notre place, un avenir qui respecte (...) les souverainetés de chacun", a-t-il insisté dans une apparente allusion à d'autres acteurs majeurs en Afrique, de la Chine à la Russie en passant par la Turquie.

La France est notamment vent debout contre le projet des autorités maliennes de transition de recourir aux services du groupe de sécurité russe Wagner, soupçonné par les Occidentaux de se rémunérer sur les ressources des pays d'accueil et de servir les intérêts du Kremlin.

"Ce partenariat (euroafricain) doit faire l'objet d'une orientation politique nette et assumée au prochain sommet UE-UA dans des projets concrets et ambitieux", au service d'une "relance euroafricaine durable", a insisté Jean-Yves Le Drian.

Le ministre a notamment cité "le secteur de la santé, en créant des hubs régionaux de production du vaccin (anti-Covid) en Afrique et en renforçant les systèmes de santé partout sur le continent".

Le Rwanda va devenir le 3e pays en Afrique à produire des vaccins anti-Covid après l'Afrique du Sud et le Sénégal, selon un accord conclu mardi à Kigali avec l'entreprise allemande BioNTech.

Jean-Yves Le Drian a aussi évoqué des projets dans le numérique - pour soutenir des start-up africaines notamment - "l'aide de la Banque européenne d'investissements dans les infrastructures de l'énergie ou l'agriculture" ou encore la formation des jeunes, enjeu clé du continent, et la "montée en puissance des mobilités universitaires en Afrique".

La sécurité sera aussi au centre des préoccupations, avec "une menace terroriste qui évolue au Sahel, qui s'étend vers le Golfe de Guinée, qui frappe aussi le Mozambique", a souligné le ministre, en rappelant l'engagement des Européens au sein du groupe de forces spéciales Takuba au Mali.

La France est aussi favorable au lancement d'une "initiative euroafricaine pour renforcer la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée", a-t-il précisé.

Le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, a aussi plaidé pour plus de solidarité européenne - au-delà des efforts déjà accomplis - concernant les livraisons de vaccins anti-Covid à l'Afrique.

"Il faut rendre l'investissement moins risqué et plus attractif" en Afrique, a-t-il également insisté. "Nous voulons investir dans des infrastructures qualitatives", a-t-il dit.

Le vice-Premier ministre congolais et président du Conseil exécutif de l'UA, Christophe Apala Lutundula, a insisté sur la nécessité de "construire un véritable partenariat de peuples d'Europe et d'Afrique".

"L'Union européenne est le plus grand partenaire commercial de l'Afrique. Il est important que ces liens soient renforcés pour créer de la valeur ajoutée et de l’emploi", a-t-il insisté, en rappelant que l’Afrique avait "la population la plus jeune du monde".

Leur homologue hongrois, Peter Szijjarto, a insisté lui sur la nécessité de contenir les migrations vers l'Europe. "Il faut permettre aux Africains de rester chez eux et non les encourager à quitter leur maison", a-t-il lancé.

Toutes les actualités

Russie: 51 morts dans l'explosion d'une mine jeudi, selon les autorités

Des spécialistes du ministère russe des urgences participent à une opération de sauvetage suite à un incendie dans la mine de charbon de Listvyazhnaya dans la région de Kemerovo, en Russie, le 25 novembre 2021.

Une explosion de méthane dans une mine de charbon en Sibérie a fait 51 morts, selon une liste de victimes présumées mortes publiée vendredi par les autorités russes.

Avec un tel nombre de morts, c’est l’incident le plus meurtrier dans une mine en Russie depuis 2010.

La liste, qui comporte les noms de 46 mineurs et de cinq sauveteurs, a été publiée en ligne par le gouvernement de la région de Kemerovo, dans le sud-ouest de la Sibérie, où se trouve la mine.

Au départ, les autorités avaient fait état de 52 morts probables, mais les équipes de recherche ont trouvé vendredi un survivant.

Au total, 285 mineurs se trouvaient dans la mine de Listvyazhnaya au moment de l'explosion jeudi matin. La mine a aussitôt été remplie de fumée toxique.

Dès jeudi, les autorités avaient confirmé 14 décès, soit 11 mineurs et trois sauveteurs qui ont péri alors qu'ils cherchaient d'autres personnes piégées dans une section éloignée de la mine. Les sauveteurs ont dû interrompre leurs recherches à cause d'une accumulation de méthane et de monoxyde de carbone.

Trois jours de deuil

Ce n’est pas la première fois qu’une explosion a lieu dans une mine en Russie. En 2010, deux explosions de méthane et un incendie avaient tué 91 personnes dans une mine dans la même région de Kemerovo. En 2016, 36 mineurs ont été tués dans une série d'explosions de méthane dans une mine de charbon dans le grand nord de la Russie.

À la suite de cet incident, les autorités avaient analysé la sécurité des 58 mines de charbon du pays et déclaré 20 d'entre elles potentiellement dangereuses. Selon les médias, la mine de Listvyazhnaya n'en faisait pas partie. Toutefois, en 2004, une explosion de méthane dans cette mine a tué 13 personnes.

Selon le principal site d'informations indépendant de Russie, Meduza, cette année les autorités ont suspendu à neuf reprises le travail de certaines sections de la mine où l’incident de jeudi a eu lieu. Une amende de plus de 4 millions de roubles (environ 53 000 dollars) avait été imposée pour violation des règles de sécurité.

Les responsables régionaux ont décrété trois jours de deuil, tandis que le Comité d'enquête russe a ouvert une enquête criminelle sur d'éventuelles violations de la sécurité. Le directeur de la mine et deux cadres supérieurs ont été placés en détention.

Une enquête criminelle distincte a été ouverte vendredi sur les allégations de négligence des fonctionnaires de l'État qui ont inspecté la mine au début du mois.

Nouveau variant: l'UE veut interdire les vols provenant d'Afrique australe

Une voyageuse arrive à l'aéroport de Heathrow, à Londres, en Grande-Bretagne, le 15 février 2021.

Les pays de l'Union européenne s'activent à suspendre les vols aériens en provenance d'Afrique australe, après la découverte d'un nouveau variant du coronavirus en Afrique du Sud.

Actuellement identifié comme "B.1.1.529", ce nouveau variant a déjà été détecté chez des voyageurs au Botswana, à Hong Kong et en Israël. Le cas détecté à Hong Kong concernait un voyageur provenant d'Afrique du Sud, tandis que le cas confirmé en Israël concerne un voyageur qui rentrait du Malawi, selon les autorités.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré dans un communiqué qu'elle "propose, en étroite coordination avec les États membres, d'activer le frein d'urgence pour interrompre les voyages aériens en provenance de la région d'Afrique australe".

Nouveau variant covid: ce qu'il faut savoir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:11 0:00


L'UE est particulièrement touchée par une quatrième vague d'infections au nouveau coronavirus et les gouvernements s'efforcent de renforcer les restrictions. Dans de nombreux pays, ces efforts ont conduit à des manifestations.

En attendant une décision au niveau des 27, certains gouvernements prennent déjà les devants.

En Italie, le ministère de la santé a annoncé des mesures visant à interdire l'entrée de toute personne ayant récemment séjourné dans sept pays d'Afrique australe: Afrique du Sud, Lesotho, Botswana, Zimbabwe, Mozambique, Namibie et Eswatini.

Transmission rapide chez les jeunes

Les autorités du Royaume-Uni, qui ne fait plus partie de l'Union européenne, ont été les premières à annoncer jeudi l'interdiction de tous les vols en provenance de six pays africains. La liste des pays visés pour l'instant est similaire à celle de l'Italie, sauf le Mozambique, qui n'y figure pas pour l'instant.

Selon les scientifiques, la nouvelle variante du coronavirus est préoccupante à cause de son nombre élevé de mutations et de sa propagation rapide parmi les jeunes de Gauteng, la province la plus peuplée d'Afrique du Sud.

Le groupe de travail technique de l'Organisation mondiale de la santé doit se réunir vendredi pour évaluer la nouvelle variante et pourrait décider de lui donner un nom tiré de l'alphabet grec.

Avec Associated Press.

Une sculpture pour honorer les victimes du coronavirus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:20 0:00

L'UE valide le vaccin de Pfizer pour les enfants âgés de 5 à 11 ans

Cadell Walker (à g.) réconforte sa fille Solome, 9 ans, pendant que l'infirmière Cindy Haskins lui administre le vaccin de Pfizer le samedi 13 novembre 2021 à Louisville, dans le Kentucky.

L'autorité européenne de réglementation des médicaments a approuvé jeudi l'utilisation du vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, ouvrant ainsi la voie à une première injection alors que l'Europe s'efforce de contenir une flambée des infections.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a recommandé que le vaccin de Pfizer-BioNTech, dont l'utilisation dans l'Union européenne est approuvée depuis mai pour les adolescents âgés de 12 à 17 ans, soit administré sous forme d'injection dans la partie supérieure du bras en deux doses de 10 microgrammes, à trois semaines d'intervalle. Les doses pour adultes contiennent 30 microgrammes.

Cette approbation intervient alors que l'Europe est à nouveau l'épicentre de la pandémie, représentant environ la moitié des cas et des décès.

L'inoculation des enfants et des jeunes, qui peuvent transmettre involontairement le COVID-19 à d'autres personnes, est considérée comme une étape essentielle pour maîtriser la pandémie. En Allemagne et aux Pays-Bas, les enfants représentent désormais la majorité des cas.

Pfizer et BioNTech ont déclaré que leur vaccin, appelé Comirnaty, a montré une efficacité de 90,7 % contre le coronavirus lors d'un essai clinique sur des enfants âgés de 5 à 11 ans.

"Les avantages de Comirnaty chez les enfants âgés de 5 à 11 ans l'emportent sur les risques, en particulier chez ceux qui présentent des conditions qui augmentent le risque de COVID-19 sévère", a déclaré l'EMA.

Pas avant décembre

Les pays ne pourront pas commencer à distribuer les vaccins aux jeunes enfants avant le mois prochain. Les premiers exemplaires de la version pédiatrique à faible dose seront livrés le 20 décembre, a indiqué une porte-parole de BioNTech.

Avant l'UE, d'autres pays avaient déjà validé la vaccination des 5 à 11 ans, notamment les États-Unis, le Canada, Israël, la Chine et l'Arabie saoudite.

Rentrée au Maroc: chez les 12 ans et plus, seuls les vaccinés sont admis dans les bus scolaires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

La première femme Premier ministre de Suède démissionne quelques heures après son entrée en fonction

Magdalena Andersson au Parlement à Stockholm, Suède, le 24 novembre 2021.

Quelques heures seulement après avoir été nommée première femme Premier ministre de Suède, Magdalena Andersson a démissionné mercredi après le rejet de son projet de budget par les élus.

Mme Andersson, cheffe du parti social-démocrate, a décidé qu'il était mieux de quitter son poste environ sept heures après être entrée dans l'histoire en devenant la première femme à diriger le pays.

La tournure des événements de mercredi a été précipitée par le départ du parti des Verts de la coalition au pouvoir. Ceci, après que les élus aient choisi d'approuver un budget alternatif présenté par l'opposition.

"Pour moi, c'est une question de respect, mais je ne veux pas non plus diriger un gouvernement dont la légitimité pourrait être mise en doute", a déclaré Mme Andersson lors d'une conférence de presse.

Le Parlement suédois compte 349 sièges. Son président a dit qu'il va engager des discussions avec les chefs des partis représentés dans l'hémicycle pour voir si une nouvelle coalition est possible.

Du côté des Verts, on affirme volontiers que si Mme Andersson se présentait à nouveau, elle obtiendrait le soutien qu'il faut pour la remettre à la tête du gouvernement.

La nomination de Mme Andersson au poste de Premier ministre avait marqué une étape importante pour la Suède, considérée depuis des décennies comme l'un des pays d'Europe les plus progressistes en matière de relations entre les sexes, mais qui n'avait encore jamais eu de femme au plus haut poste politique.

Selon la Constitution suédoise, un Premier ministre peut prendre la tête du gouvernement tant qu'une majorité parlementaire - soit au minimum 175 élus - ne s'y oppose pas.

Les prochaines élections générales en Suède sont prévues pour le 11 septembre.

Sextape: un an de prison avec sursis pour Benzema

Real Madrid's French forward Karim Benzema reacts during the UEFA Champions league Group A football match between Real Madrid and Club Brugge at the Santiago Bernabeu stadium in Madrid on October 1, 2019.

La condamnation de Karim Benzema mercredi dans "l'affaire de la sextape" ne devrait pas compromettre l'avenir international du buteur français, pièce-maîtresse des Bleus version 2021 que le sélectionneur Didier Deschamps et la Fédération cajolent à un an de la Coupe du monde.

L'attaquant star du Real Madrid a été reconnu coupable mercredi de complicité de tentative de chantage contre son ancien coéquipier en sélection Mathieu Valbuena et condamné à un an de prison avec sursis et 75.000 euros d'amende. Avant même de connaître le jugement, dont ses avocats ont annoncé faire appel, il se savait pourtant à l'abri de toute mise à l'écart sportive.

Quoi qu'il arrive, "Benzema ne sera pas exclu par rapport à une éventuelle sanction judiciaire", avait prévenu le président de la Fédération française de football Noël Le Graët le 10 novembre dans le quotidien Le Parisien. "Même s'il écope d'une peine de prison avec sursis, il lui reste la possibilité de faire appel d'une condamnation. Donc sa convocation, ou pas, dans les mois prochains ne sera pas liée à ce jugement".

En renvoyant la balle à Didier Deschamps, seul à même de "considérer si, sportivement, il est apte à jouer avec les Bleus", Noël Le Graët a usé d'une formule diplomatique pour laisser la main au sélectionneur de l'équipe de France, dont il connaît la position.

Soucieux de ne "pas anticiper la décision" du tribunal, le patron des champions du monde français avait toutefois indiqué début octobre que seuls les "choix sportifs" lui servaient de boussole. Difficile dès lors de l'imaginer se priver du buteur prolifique, en lice pour le prestigieux Ballon d'Or remis lundi prochain.

9 buts en 13 matches

Car sur les terrains, Benzema a transformé son retour surprise chez les Bleus en véritable réussite, malgré un Euro raté l'été dernier sur le plan collectif. Humble et travailleur, discret et efficace, l'avant-centre de bientôt 34 ans (il les aura le 19 décembre) s'est mis au diapason de la sélection.

Surtout, il a mis en pratique ce qui constitue sa marque de fabrique à Madrid: empiler les buts. Il en a marqué neuf en 13 rencontres disputées en Bleu, dont cinq sur les quatre derniers, aidant grandement l'équipe de France à remporter la Ligue des nations en octobre, puis à se qualifier le mois suivant pour le Mondial-2022.

"On est tous d'accord sur le fait que son retour a été marqué de ses performances et ses statistiques. Ce qu'il réalise, c'est remarquable. Il a envie de continuer son aventure en Bleu, une Coupe du monde c'est un moment particulier", a pointé son capitaine Hugo Lloris lors du dernier rassemblement.

Pas retenu en 2010, le meilleur buteur français de l'édition 2014 au Brésil (trois buts) veut disputer une deuxième Coupe du monde, au Qatar du 21 novembre au 18 décembre 2022, avec le maillot des champions du monde en titre sur le dos.

Du haut de ses 94 sélections (36 buts), le buteur né à Lyon pourrait même d'ici-là entrer dans le cercle fermé des "centenaires" sous le maillot tricolore, comme Didier Deschamps ou Zinédine Zidane, marquant un peu plus l'histoire d'une sélection avec laquelle il entretient une relation contrariée.

"Plus sélectionnable", "pas suspendu"

"L'affaire de la sextape" l'a en effet tenu éloigné des Bleus pendant plus de cinq ans et demi, avec pour élément déclencheur sa mise en examen pour "complicité de tentative de chantage" contre Mathieu Valbuena et "participation à une association de malfaiteurs".

"Karim Benzema n'est plus sélectionnable jusqu'à ce que la situation évolue, jusqu'à ce qu'il y ait du nouveau dans ce dossier", avait annoncé Le Graët en décembre 2015. Quatre mois plus tard, l'ancien de l'OL était privé d'Euro-2016 par la FFF au nom de "l'exemplarité" et de "la préservation du groupe".

L'attaquant avait certes creusé le fossé en affirmant que Deschamps avait "cédé à une partie raciste de la France". Mais le sélectionneur, toujours prudent dans sa communication, n'avait jamais exprimé d'avis définitif.

Les prises de parole de Le Graët, en revanche, ont pu entretenir un certain flou.

"Benzema est sélectionnable, il n'est pas suspendu. Si Didier (Deschamps) veut le prendre, quand il veut, il le peut", avait-il insisté en février 2017, regrettant une justice "un peu lente dans ce dossier". Mais en novembre 2019, la porte s'était refermée. "L'aventure en bleu est terminée".

Deux ans après, cette formule a pris un coup de vieux.

Voir plus

XS
SM
MD
LG