Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tunisie

Le Parlement divisé après des élections législatives peu suivies

Explosion de joie chez les partisans du parti islamiste Ennahda, à la sortie des urnes à Tunis, en Tunisie, le 6 octobre 2019.

Le parti des islamistes modérés d'Ennahda a obtenu dimanche une faible avance aux élections législatives tunisiennes, compliquant le processus de formation d'une coalition dans un contexte économique fortement dégradé.

La formation politique qui se présente comme un parti "musulman démocrate" a remporté 17,5% des voix, selon les premières estimations réalisées à l'issue des votes.

Son principal rival, le parti de l'homme d'affaires Nabil Karoui, Coeur de la Tunisie, a remporté 15,6% des voix. Ces résultats laissent la jeune démocratie avec un Parlement divisé dans lequel Ennahda devra fonder des alliances pour gouverner.

Or, les deux partis, qui avaient chacun annoncé avoir remporté le scrutin dimanche, ont exclu de travailler au sein d'une même coalition. Les Tunisiens votaient pour élire leurs députés pour la troisième fois de leur histoire depuis la "révolution du jasmin", qui a vu le renversement de l'autocrate Zine Ben Ali. Le taux de participation était de 41%, selon la commission électorale, un faible score qui témoigne d'un fort sentiment de frustration et de désillusion vis-à-vis de la politique.

"Je ne voterai pas parce que je suis convaincu que les nouveaux dirigeants seront pires que les précédents", a déclaré Karim Abidi, un coiffeur de 29 ans à Tunis en amont des élections.

Les deux partis ont fait de la lutte contre la pauvreté le thème phare de leur campagne. Interdit sous la présidence de Ben Ali, Ennahda a fortement lissé son image depuis la Révolution en prenant part aux coalitions de divers gouvernements.

Les élections législatives sont particulièrement scrutées dans le pays car c'est le Parlement qui est chargé d'élire le Premier ministre, lequel supervise la plupart des portefeuilles. En vertu de la Constitution tunisienne de 2014, un Premier ministre issu du plus grand parti au Parlement contrôle la plupart des politiques intérieures, tandis que le président n'exerce qu'un contrôle direct que sur les affaires étrangères et la défense.

S'il n'obtient par la majorité (109 sièges), le parti vainqueur dispose de deux mois à compter du scrutin pour former une coalition gouvernementale avant que le président puisse demander à un autre parti d'entamer des discussions.

En cas d'échec, des nouvelles élections seront organisées. Le professeur de droit Kaïs Saïd et l'homme d'affaires Nabil Karoui, qui se trouve en détention depuis le 23 août dernier, s'affronteront aux élections présidentielles lors d'un deuxième tour, dimanche prochain.

Nabil Karoui, qui possède la chaîne de télévision Nesma, est soupçonné d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent. Il s'est vu refuser à quatre reprises une remise en liberté, mais a obtenu de la commission électorale l'autorisation de maintenir sa candidature tant qu'il n'était pas reconnu coupable.

Avec Reuters

Toutes les actualités

Migrants: Nouveau drame au large de la Tunisie

Migrants: Nouveau drame au large de la Tunisie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:47 0:00

Au moins 21 personnes meurent dans un naufrage au large de la Tunisie

Des migrants et des réfugiés de différentes nationalités africaines attendent sur un bateau pneumatique surchargé au large des côtes libyennes, samedi 6 février 2021.

Au moins 21 migrants originaires d'Afrique sont morts dans le naufrage de leur bateau au large de la Tunisie alors qu'ils tentaient de traverser la Méditerranée pour rejoindre l'île italienne de Lampedusa, a indiqué vendredi un responsable tunisien.

"L'embarcation a coulé au cours d'un voyage qui a commencé tard jeudi à partir de la ville de Sfax.... Jusqu'à présent, les garde-côtes ont récupéré 21 corps et les recherches se poursuivent", a déclaré à Reuters Mouard Mechri, directeur de la Protection civile tunisienne.

Le mois dernier, 39 migrants sont morts au large de Sfax, une ville portuaire tunisienne, dans un accident similaire.

Le littoral près de Sfax est devenu un important point de départ pour les personnes fuyant les conflits et la pauvreté en Afrique et au Moyen-Orient et cherchant une vie meilleure en Europe.

Tunisie: entrée sous protection policière du nouveau patron d'un média public

Un Tunisien brandit le signe "V pour victoire" lors d'une manifestation dans la ville de Tataouine, dans le sud du pays, le 12 février 2021.

Kamel Ben Younes, nouvellement nommé PDG de la TAP, avait été empêché d'entrer dans ces nouveaux bureaux, plusieurs fois par des sit-in de protestation organisés par des dizaines de journalistes.

Le nouveau patron de l'agence de presse tunisienne TAP a pu entrer mardi grâce à la police dans le siège de ce média national, une première depuis sa nomination début avril, tandis que des journalistes protestaient contre sa nomination qu'ils considèrent "politique", selon l'AFP.

Accompagné d'un huissier de justice et de policiers, il a finalement pu pénétrer par la force, ont rapporté des médias locaux et le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT).

"C'est de cette manière que vous voulez diriger l'agence", a lancé un protestataire à l'adresse du nouveau PDG entouré de policiers, selon une vidéo publiée sur des réseaux sociaux.

A en croire des journalistes de la TAP, le gouvernement est accusé de vouloir mettre la main sur les médias nationaux par "des nominations politiques".

Le SNJT a dénoncé dans un communiqué "l'implication de la police dans le dossier médiatique" ce qui représente, pour lui, "une transgression dangereuse et totalement inacceptable".

Il a appelé le gouvernement à "revoir les nominations politiques et partisanes à la tête des médias et à ouvrir un dialogue sérieux et profond sur la réforme de ces institutions au lieu de chercher à les domestiquer pour servir des programmes politiques et partisans étroits".

L'ONG Reporters sans frontières a dénoncé sur Twitter "l'incursion de la police dans les locaux de (l'agence de presse) ainsi que les agressions commises sur des journalistes qui protestaient contre la nomination du nouveau PDG de l'agence (...) arrivé sur place encadré des forces de l'ordre".

L'exode des médecins tunisiens fragilise le secteur de la santé

L'exode des médecins tunisiens fragilise le secteur de la santé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Flamants roses et poubelles se côtoient à Tunis

Flamants roses et poubelles se côtoient à Tunis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG