Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tunisie

Cinq choses à savoir sur les législatives en Tunisie

Les électeurs font la queue devant un bureau de vote lors du premier tour de l'élection présidentielle, à La Marsa, près de Tunis, en Tunisie, le 15 septembre 2019.

Sept millions de Tunisiens élisent le 6 octobre leurs députés. Cinq choses à savoir sur ce scrutin crucial qui devrait redessiner le paysage politique du pays.

Quand ?

Deuxième scrutin législatif depuis l'adoption d'une nouvelle Constitution en 2014, troisième depuis la révolution de 2011 qui a chassé Zine El-Abidine Ben Ali du pouvoir, ce vote se déroule en un seul tour le 6 octobre.

Il intervient trois semaines après le premier tour de la présidentielle qui a débouché sur un duel surprise: le magnat des médias Nabil Karoui, emprisonné dans le cadre d'une enquête pour blanchiment et fraude fiscale, face à Kais Saied, universitaire ayant rassemblé un électorat hétéroclite, allant de la gauche aux plus conservateurs.

Les résultats préliminaires des législatives sont attendus le 9.

Qui se présente?

Plus de 1.500 listes, comprenant plus de 15.000 candidats, se disputent les 217 sièges de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Au moins un tiers des listes en lice sont indépendantes, ce qui brouille un paysage politique déjà éclaté en une multitude de partis peu différenciés sur le fond.

Principale formation au Parlement, le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, en perte de vitesse, joue gros. Son chef Rached Ghannouchi, à qui l'on prête l'ambition de présider l'Assemblée, est candidat pour la première fois.

Victorieux en 2014, le parti Nidaa Tounes, mouvement hétéroclite rassemblé sur une plateforme anti-islamiste avant de s'allier à Ennahdha, a depuis volé en éclats.

Plusieurs partis ont été créés ces derniers mois par d'ex-membres de Nidaa Tounes, dont Tahya Tounes lancé par le Premier ministre Youssef Chahed, candidat malheureux à la présidentielle, ou Qalb Tounes, créé par Nabil Karoui.

D'autres formations présentent des visages nouveaux, comme le mouvement Aïch Tounsi, démarré sous forme de mécénat culturel financé par une entrepreneuse, Olfa Terras, candidate à Bizerte (nord), dont l'époux Guillaume Rambourg, ex-cadre de la finance, a appuyé la campagne d'Emmanuel Macron.

Qui a une chance d'être élu?

Contrairement à 2014, lorsque Ennahdha et Nidaa Tounes, les deux partis dominants, s'étaient partagé le pouvoir, l'issue de ces législatives est incertaine.

La publication des sondages est interdite. Mais selon des études officieuses, les listes indépendantes pourraient arriver en tête, devant le parti de M. Karoui et Ennahdha, suivis de mouvements comme Aïch Tounsi ou encore Karama, mené par l'avocat islamiste populiste Seifeddine Makhlouf.

Le Parti destourien libre, porté par l'avocate anti-islamiste Abir Moussi, pourrait faire un meilleur score que les 4% de sa chef de file à la présidentielle.

Quelle conséquence sur la présidentielle?

La présidentielle prévue en novembre a été avancée après le décès fin juillet du président Béji Caïd Essebsi, ce qui a placé les législatives entre les deux tours et les a reléguées à l'arrière-plan.

Un score important de Qalb Tounes aux législatives pourrait être un atout pour Nabil Karoui au second tour de la présidentielle.

De son côté, Kais Saied, arrivé en tête à la présidentielle, se dit opposé au système partisan et n'a donné aucune consigne de vote pour les législatives.

Que se passe-t-il ensuite ?

Le parti arrivé en tête du scutin aura deux mois pour constituer un gouvernement qui sera soumis à un vote de l'ARP: il devra y recueillir une majorité de 109 voix.

Vu la fragmentation des partis, le vainqueur devra probablement composer avec plusieurs autres blocs. Or "certains d'entre-eux ont fait campagne les uns contre les autres", souligne Lamine Benghazi de l'observatoire du Parlement Al Bawsala.

Si le parti vainqueur échoue, le président peut proposer un Premier ministre, qui disposera à son tour de deux mois pour mener à bien la même tâche.

Toutes les actualités

Un billet de banque pour honorer la première femme médecin du Maghreb

Un homme compte des dinars à Alger, Algérie, le 24 novembre 2016. (Photo: Ramzi Boudina/Reuters)

La banque centrale de Tunisie (BCT) a mis en circulation vendredi un nouveau billet de dix dinars (environ 3 euros) illustré, pour la première fois dans ce pays par le portrait d'une femme: Tawhida Ben Cheikh, la première femme médecin du Maghreb.

"La docteure Tawhida Ben Cheikh a été choisie il y a un an pour lui rendre hommage et aussi pour rendre hommage à la femme tunisienne, particulièrement dans le secteur scientifique", a expliqué Abdelaziz Ben Saïd, un haut responsable de la BCT, sur une radio privée.

Selon M. Ben Saïd, il s'agit de "saluer les médecins et tout le corps médical en Tunisie" puisque la mise en circulation de cette coupure intervient au moment où "notre armée blanche est en première ligne dans la guerre" contre le nouveau coronavirus.

Un total de 227 cas ont été officiellement déclarés en Tunisie depuis début mars, dont cinq décès.

Au verso du nouveau billet de dix dinars, une illustration de poteries et de bijoux berbères "rend hommage à la femme artisane", a précisé le responsable de la BCT.

En 1929, Mme Ben Cheikh devient la première Tunisienne à obtenir le baccalauréat et entame ensuite des études de médecine à Paris.

En 1936, elle revient en Tunisie et ouvre un cabinet de pédiatrie à Tunis avant de se spécialiser en gynécologie.

De 1955 à 1964, elle dirige le service de maternité de l'hôpital Charles-Nicolle puis, jusqu'à sa retraite en 1977, celui de l'hôpital Aziza Othmana, les deux principaux établissements de santé publique de Tunis.

Ancienne vice-présidente du Croissant-Rouge tunisien, elle est décédée en 2010 à l'âge de 101 ans.

Les Tunisiens inquiets se tournent vers les herboristes

Les Tunisiens inquiets se tournent vers les herboristes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Attentat-suicide à Tunis: 5 personnes arrêtées (parquet)

Des personnes rassemblées sur le site d'un attentat-suicide près de l'ambassade des États-Unis à Tunis, en Tunisie, le 6 mars 2020. REUTERS / Zoubeir Souissi

Cinq personnes en lien avec les deux auteurs de l'attentat-suicide ayant fait un mort vendredi devant l'ambassade américaine à Tunis, ont été arrêtées et placées en détention préventive, a indiqué mardi à l'AFP le porte-parole du parquet.

Arrêtées samedi, elles ont été entendues au commissariat de Gorjani, l'un des principaux postes chargés des enquêtes antiterroristes à Tunis, a ajouté Sofiène Sliti, également porte-parole du pôle antiterroriste, sans donner d'autres détails.

Des médias locaux ont présenté les kamikazes comme deux hommes originaires de Tunis, condamnés en 2014 dans le cadre de la loi contre le terrorisme et qui auraient purgé leurs peines.

En fin de matinée vendredi, les deux assaillants ont enclenché leur charge explosive à proximité d'une camionnette de police en faction devant l'ambassade américaine dans le quartier des Berges du Lac, à une dizaine de kilomètres du centre de Tunis.

Un lieutenant de 52 ans est décédé de ses blessures et cinq autres policiers ont été touchés ainsi qu'une civile, selon le ministère de l'Intérieur.

Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux --et qui n'a pas pu être authentifiée par l'AFP-- montre deux hommes, en habit sportif et casquette sur la tête, se dirigeant sur un scooter vers une camionnette de police puis s'arrêtant quelques secondes avant l'explosion.

Aucune autre avancée dans l'enquête ouverte vendredi n'a été annoncée par le ministère tunisien de l'Intérieur.

L'attentat n'a pas été revendiqué à ce jour.

Trois attentats suicides ont touché des hauts lieux de la capitale depuis octobre 2018, bien que la situation sécuritaire se soit nettement améliorée ces dernières années, après une série d'attentats meurtriers qui avaient secoué le pays en 2015.

Le pays reste d'ailleurs sous état d'urgence depuis une attaque suicide revendiquée par le groupe Etat islamique en novembre 2015 en plein Tunis, qui avait tué 12 membres des forces de l'ordre.

Un policier tué dans un double attentat suicide devant l'ambassade américaine à Tunis

Un policier tué dans un double attentat suicide devant l'ambassade américaine à Tunis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00

Double attentat suicide devant l’ambassade des États-Unis à Tunis

Double attentat suicide devant l’ambassade des États-Unis à Tunis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG