Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le nombre d'immigrés clandestins au plus bas depuis 2004

Des migrants, à Tijuana, au Mexique, le 26 novembre 2018.

Le nombre d'immigrés sans-papiers aux Etats-Unis est tombé à 10,7 millions, au plus bas depuis l'année 2004, selon une étude de l'institut Pew.

Cette baisse est attribuée à une chute du nombre de Mexicains entrant aux Etats-Unis.

L'institut Pew estime dans son étude publiée mardi que 12,2 millions de personnes en situation irrégulière se trouvaient aux Etats-Unis en 2007.

Depuis ce pic, le nombre de clandestins a donc baissé de 1,5 million.

La population clandestine venue d'Amérique centrale a pourtant augmenté de 375.000 entre 2007 et 2016.

Les deux tiers des adultes en situation irrégulière sont installés aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans, un chiffre en forte hausse depuis 2007 (41%).

Le président Donald Trump a fait de l'immigration un thème majeur de sa campagne avant l'élection de 2016, lorsqu'il avait traité les immigrés mexicains de "violeurs".

Avant les élections de mi-mandat du 6 novembre dernier, il avait martelé le même message d'extrême fermeté sur l'immigration.

Alors que des milliers de migrants fuyant la violence et la misère au Guatemala, au Salvador et au Honduras se dirigeaient vers les Etats-Unis, le milliardaire républicain avait évoqué une "invasion" et assuré, sans fournir de preuve, que "des criminels et des personnes du Moyen-Orient" s'étaient glissés parmi eux.

Mercredi, le département américain de la Sécurité intérieure a annoncé que les gardes-frontières avaient arrêté, près de la frontière mexicaine, un citoyen hondurien qui a reconnu être membre du célèbre gang ultra-violent MS-13. Il a déclaré aux agents avoir voyagé avec un groupe de migrants venus d'Amérique centrale pour demander l'asile aux Etats-Unis.

"Plus de 600 criminels connus et membres de gangs" ont été identifiés ces dernières semaines dans la "caravane" de migrants, ajoute le département de la Sécurité intérieure, sans donner plus de détails.

La promesse de campagne du président Trump, construire un mur à la frontière avec le Mexique, n'est toujours pas réalisée.

Toutes les actualités

Tigré: les États-Unis appellent à une "cessation totale des combats"

Tigré: les États-Unis appellent à une "cessation totale des combats"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Biden tiendra-t-il sa promesse d'augmenter les salaires?

Biden tiendra-t-il sa promesse d'augmenter les salaires?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:13 0:00

Washington sanctionne une société chinoise accusée de soutenir la censure au Venezuela

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, montre lors d'une apparition télévisée des équipements saisis, Caracas, 4 mai 2020.

Les États-Unis ont annoncé lundi des sanctions contre une grande société publique chinoise spécialisée dans l'électronique, accusée d'aider le Venezuela à censurer les détracteurs du pouvoir sur internet.

Le Trésor américain va geler les éventuels avoirs aux États-Unis de la China National Electronics Import and Export Corporation (CEIEC) et de toute entreprise dont la compagnie d'État détiendrait au moins 50% du capital. Ces sanctions leur bloquent aussi l'accès au système financier américain.

Selon Washington, la CEIEC apporte son expertise à l'entreprise publique de télécommunications du Venezuela, qui a bloqué des médias indépendants ainsi que des retransmissions en streaming du chef de l'opposition Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par le gouvernement américain et de nombreux autres pays européens et sud-américains.

La société chinoise offre, d'après le Trésor américain, une "version commerciale du +Great Firewall+ de Pékin" -- jeu de mots sur la Grande Muraille de Chine (Great Wall) et le pare-feu (firewall) pour décrire le filtre mis en place par le pouvoir communiste afin d'éviter tout accès des Chinois à des informations qu'il juge politiquement sensibles.

"Les États-Unis n'hésiteront pas à viser tous ceux qui étouffent la volonté démocratique des Vénézuéliens et d'autres à travers le monde", a prévenu le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin dans un communiqué.

La Chine est un des principaux soutiens et partenaires commerciaux du Venezuela du président Nicolas Maduro, qui résiste à la pression économique de Washington pour le chasser du pouvoir.

Caracas organise dimanche des élections législatives à l'occasion desquelles le dirigeant socialiste espère reprendre le contrôle de l'Assemblée nationale, seule institution contrôlée par l'opposition.

Juan Guaido appelle au boycott de ce qu'il considère, à l'instar de nombreux observateurs internationaux, comme un processus truqué.

Selon le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, la CEIEC "soutient les efforts vicieux du régime Maduro pour réprimer la contestation politique et saper les processus démocratiques depuis 2017".

"Les tentatives désespérées de Maduro pour manipuler les processus démocratiques montrent sans l'ombre d'un doute que toute élection organisée par un régime illégitime ne sera ni libre ni juste, à commencer par les élections parlementaires du 6 décembre", a-t-il affirmé dans un communiqué.

Le président élu Joe Biden continue de bâtir son équipe

Le président élu Joe Biden continue de bâtir son équipe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Les États-Unis se préparent à faire face à une nouvelle flambée de cas de covid-19

Les États-Unis se préparent à faire face à une nouvelle flambée de cas de covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG