Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Le Nigeria tente de retrouver 12 marins kidnappés par des pirates

Une mitrailleuse sur un bateau au large de la côte atlantique, au Nigeria, le 19 décembre 2013.

Les autorités nigérianes ont annoncé qu'elles mettaient tout en oeuvre pour libérer les 12 membres d’équipage du navire de marchandises enlevés par des pirates le week-end dernier, au large du Delta du Niger.

L’Agence nigériane d’administration et de sécurité maritimes (NIMASA) a déclaré qu’elle avait "commencé des opérations de recherche (et de sauvetage)" de l’équipage du Glarus, navire de la société suisse Massoel Shipping.

Le directeur général de NIMASA, Dakuku Peterside, a déclaré dans une conférence de presse à Lagos que l'agence travaillait "pour s'assurer qu'ils soient trouvés et libérés sans condition".

La recherche et le sauvetage sont menés avec la marine nigériane et d’autres agences de sécurité, a-t-il annoncé .

"Le problème de la piraterie dans le golfe de Guinée est un défi que nous reconnaissons et nous sommes déterminés à affronter", a-t-il déclaré, promettant une "tolérance zéro".

Samedi matin, un groupe de pirates a réussi à monter sur le pont du Glarus, grâce de hautes échelles et ont coupé les barbelés de protection, a indiqué dimanche l'armateur.

L'attaque s'est déroulée dans le sud-ouest de l’île Bonny, près de la ville de Port Harcourt, dans le sud du pays.

Après avoir détruit une grande partie de l'équipement de communication sur le navire, le groupe est parti avec 12 des 19 membres de l'équipage, qu'ils ont pris en otage, selon l'armateur.

Patrick Adamson, porte-parole de Massoel Shipping a expliqué à l'AFP qu'il s'agit de la "deuxième attaque de cette envergure cette année", dans les eaux du Golfe de Guinée.

En février dernier, un pétrolier battant pavillon panaméen, avec 22 marins indiens et 13.500 tonnes de carburant à bord, avait ainsi été retenu pendant cinq jours par des pirates au large du Bénin, avant d'être relâché avec son équipage et sa cargaison.

Les pirates opérant au large du Nigeria, premier producteur de pétrole du continent à la grande majorité de la population vivant sous le seuil de pauvreté, sont généralement bien armés et violents.

Ils détournent parfois les navires pendant plusieurs jours, le temps de piller les soutes, et demandent d'importantes rançons avant de libérer l'équipage.

La piraterie dans le Golfe, qui abrite les deux principaux pays producteurs d'or noir d'Afrique subsaharienne, le Nigeria et l'Angola, a sérieusement perturbé cette voie de transport maritime international et coûté des milliards de dollars à l'économie mondiale.

Avec AFP

Toutes les actualités

Boko Haram attaque une base militaire et une ville dans le nord-est

Une camionnette de patrouille de police brûlée reste abandonnée sur le bord d'une route déserte à Damaturu, dans l'État de Yobe, au Nigeria le 7 novembre 2011.

Des combattants du groupe jihadiste Boko Haram ont envahi une base militaire et pillé une ville dans le nord-est du Nigeria, en proie à une sanglante insurrection armée depuis 10 ans, a-t-on appris mardi auprès d'une source sécuritaire et d'habitants.

Des hommes soupçonnés d'appartenir à la faction de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont pris d'assaut lundi soir une base militaire en périphérie de la ville de Gajiram, située à 80 km de la capitale régionale Maiduguri.

Arrivés à bord de neuf pick-up, "ils ont délogé les soldats de la base après des combats", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire sous couvert d'anonymat.

"Nous ne connaissons pas l'étendue des dégâts et des pillages dans la base, une évaluation est en cours", a déclaré la source en poste dans la région.

Aucun bilan n'était disponible dans l'immédiat concernant d'éventuelles victimes du côté de l'armée comme des insurgés.

Les jihadistes sont ensuite entrés dans Gajiram, où ils ont pillé des magasins et tiré des coups de feu en l'air, obligeant les habitants à se réfugier dans leurs maisons ou à fuir en brousse.

"Les hommes armés ont pénétré dans la ville vers 18h00 (17h00 GMT) après avoir vaincu les soldats de la base", a déclaré Mele Butari, un habitant de Gajiram.

"Ils sont restés près de cinq heures. Ils sont entrés par effraction dans les magasins et ont pillé les stocks de nourriture", a ajouté M. Butari, avant de préciser: "ils n'ont blessé personne et n'ont fait aucune tentative d'attaquer les gens qui s'étaient réfugiés dans la brousse ou chez eux".

Des habitants ont vu mardi matin des soldats revenir vers la ville depuis la brousse environnante, probablement après avoir fui durant l'attaque.

Gajiram et la base militaire attenante ont été attaquées à plusieurs reprises par les jihadistes. En juin 2018, une attaque d'Iswap avait fait neuf morts parmi les soldats.

Des dizaines de bases militaires ont ainsi été attaquées depuis un an par la faction affiliée à l'Etat islamique, qui cible principalement l'armée et les symboles de l'Etat.

Dimanche au moins 30 personnes ont été tuées et 40 blessées à Konduga (nord-est) dans un triple attentat-suicide attribué cette fois à la faction loyale au leader historique de Boko Haram, Abubakar Shekau.

L'insurrection a fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de déplacés au Nigeria depuis 2009.

Le Burukutu a beaucoup de succès dans l'état de Benué

Le Burukutu a beaucoup de succès dans l'état de Benué
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

Difficulté d'approvisionnement local en gaz

Difficulté d'approvisionnement local en gaz
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Pénurie d’hydrocarbures à Bangui

Pénurie d’hydrocarbures à Bangui
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

La loi encadrant l'exercice du culte religieux a été adoptée

La loi encadrant l'exercice du culte religieux a été adoptée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG