Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le monde condamne la tuerie d'Orlando et exprime sa "solidarité"

Des amis et les familles des victimes sont près du commissariat d'Orlando, en Floride, le 12 juin 2016.

Au moins 50 personnes ont été tuées dimanche en Floride dans la pire tuerie de masse de l'histoire des Etats-Unis perpétrée par un Américain qui avait fait allégeance au groupe Etat islamique, un "acte terroriste" selon les autorités américaines.

De nombreux chefs d'Etat et de gouvernement ont condamné dimanche la pire tuerie de masse de l'histoire des Etats-Unis qui a fait 50 morts et 53 blessés dans une boîte gay à Orlando en Floride et qui, selon l'agence Amaq, liée au groupe Etat islamique, a été perpétrée par "un combattant de l'EI" :

- Le président français, François Hollande, dans un communiqué "condamne avec horreur la tuerie (...) et exprime le plein soutien de la France et des Français aux autorités et au peuple américains dans cette épreuve."

- Le Premier ministre britannique David Cameron, sur son compte Twitter, se dit "horrifié par les récits de la tuerie de cette nuit à Orlando. Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles."

- Le pape François, via son porte-parole Federico Lombardi, déclare que "le terrible massacre qui a eu lieu à Orlando et qui a fait de très nombreuses victimes innocentes a suscité (...) des sentiments très profonds d'exécration et de condamnation, de douleur, de trouble devant cette nouvelle manifestation d'une folie meurtrière et d'une haine insensée".

- Le président russe Vladimir Poutine, dans un communiqué du Kremlin, parle de "crime barbare" et présente ses condoléances aux familles des victimes.

- Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan, dans un communiqué, exprime sa solidarité avec "la communauté LGBT et le peuple américain", affirmant que "la terreur et la haine ne nous changeront pas. Les membres de l'Otan restent unis face au terrorisme".

- Le président du Conseil italien Matteo Renzi, sur son compte Twitter, exprime la "solidarité et (l')émotion du gouvernement italien pour l'atroce massacre d'Orlando en Floride. Notre coeur est avec nos frères américains."

- Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, sur son compte Twitter, "condamne vivement l'odieuse attaque d'Orlando. Ensemble, continuons à combattre pour la liberté, contre la haine et la barbarie. L'Espagne est avec les Etats-Unis".

- Ashraf Ghani, le président de l'Afghanistan, le pays d'origine de la famille du tueur présumé, Omar Mateen, sur son compte Twitter, "condamne cette horrible attaque à Orlando, rien ne peut justifier de tuer des civils. Mes pensées vont aux familles, aux victimes, ainsi qu'au peuple et au gouvernement américains".

- Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans un communiqué : "Au nom du peuple et du gouvernement israéliens, je présente mes plus sincères condoléances au peuple américain après l'horrible attaque de cette nuit contre la communauté LGBT d'Orlando".

- Le Premier ministre belge Charles Michel, en anglais sur son compte Twitter, se dit "profondément attristé par la perte de tant de vies innocentes dans la tuerie d'Orlando. Nous nous joignons à la douleur des familles."

Toutes les actualités

L'Union Européenne appelle à durcir les mesures de contrôle anti-Covid

L'Union Européenne appelle à durcir les mesures de contrôle anti-Covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Roland-Garros: un possible 8e de finale entre Azarenka et S. Williams

La Biélorusse Victoria Azarenka (D) et l'Américaine Serena Williams (G) après leur match de demi-finales en simple féminin du tournoi de tennis américain 2020 à l'USTA Billie Jean King National Tennis Center, le sept 2020; New York/Danielle Parhizkaran-USA TODAY Sports

L'Américaine Serena Williams, en quête d'un 24e titre du Grand Chelem à Roland-Garros, et la Biélorusse Victoria Azarenka, de retour au premier plan, pourraient se retrouver en huitièmes de finale à Paris, où le tirage au sort a été effectué jeudi.

Placées dans le même quart de tableau, les deux trentenaires (38 ans pour Williams, 31 pour Azarenka) auront trois tours à franchir pour s'offrir une revanche de la dernière demi-finale de l'US Open, remportée par Azarenka (1-6, 6-3, 6-3). Sa première victoire en Grand Chelem, après 10 échecs, face à l'ancienne reine incontestée du circuit, moins dominatrice depuis 2018.

Dans la moitié de tableau la plus relevée, la rescapée pourrait être opposée à l'Ukrainienne Elina Svitolina, tête de série N.3, en quarts de finale. Si la logique est respectée, l'élue de ce quart de tableau affrontera pour une place en finale la Roumaine Simona Halep, tête de série N.1 en l'absence de l'Australienne Ashleigh Barty, lauréate de l'édition 2019 qui a préféré ne pas faire le déplacement dans le contexte sanitaire actuel.

Sans Naomi Osaka, N.3 mondiale et vainqueur début septembre à l'US Open, l'autre moitié de tableau semble très ouverte. Surtout si Karolina Pliskova, tête de série N.2, ne se remet pas correctement de sa blessure à la cuisse gauche qui l'a obligée à déclarer forfait en finale à Rome.

Deux policiers ont été blessés à Louisville dans le Kentucky

Deux policiers ont été blessés à Louisville dans le Kentucky
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Sanctions américaines contre des proches de Vladimir Poutine

Sanctions américaines contre des proches de Vladimir Poutine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Deux policiers blessés par balle à Louisville dans l'État du Kentucky

La police et les manifestants convergent lors d'une manifestation, le mercredi 23 septembre 2020, à Louisville, Kentucky. (AP Photo/John Minchillo)

Deux policiers ont été blessés par balle et un suspect a été interpellé dans la ville américaine de Louisville, où se déroulait mercredi soir une manifestation antiraciste liée à la mort de l'Afro-Américaine Breonna Taylor en mars, a indiqué la police.

"Deux agents de police ont été blessés par balle. Ils sont en train d'être soignés à l'hôpital University", a précisé le chef par intérim de la police de Louisville, Robert Schroeder, lors d'une conférence de presse, ajoutant que leur état était stable et que leur vie n'était a priori pas menacée.

Les noms des agents ou du suspect n'ont pas été communiqués.

Voir plus

XS
SM
MD
LG