Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Accusé de détournement de fonds, le maire de Brazzaville placé en garde à vue

Christian Roger Okemba à Brazzaville, le 3 mars 2019. (VOA/Arsène Séverin)

Au Congo-Brazzaville, le maire de la capitale, Christian Roger Okemba, suspendu de ses fonctions pour des faits présumés de détournement de fonds, a été placé mardi en garde à vue dans les locaux de la police où il est interrogé. Les autorités avaient annoncé une enquête pour faire la lumière sur les charges qui pèsent sur lui.

L'information a été confirmée en début de soirée par des proches de Christian Roger Okemba. Le maire de Brazzaville a passé la nuit de mardi dans les locaux de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) où il s'était rendu dans la matinée pour répondre à une convocation.

Le maire de Brazzaville placé en garde à vue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00


D'après une source proche du dossier, c'est sous les ordres du Procureur de la République, André Oko Ngakala, que M. Okemba a été placé en garde à vue.

Soupçonné de détournement de fonds, notamment d'une somme de 1,2 milliard de francs CFA, M. Okemba a été mis en minorité par les conseillers municipaux, avant d'être suspendu de ses fonctions par le ministre de l'Intérieur.


Les organisations de la société civile se demandent néanmoins comment il se fait que le maire soit interrogé par les services de renseignement plutôt que par la police ordinaire.

Selon les autorités, il n'y a rien d'irrégulier vu que la DGST mène depuis quelques années des enquêtes liées aux affaires économiques et aux détournements de deniers publics.

Sous la pression du public et du Fonds monétaire international, le gouvernement congolais est en voie de mettre en place une haute autorité de lutte contre la corruption.

Toutes les actualités

La musique pour sensibiliser sur les droits des populations autochtones

La musique pour sensibiliser sur les droits des populations autochtones
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00

Trois athlètes brazzavillois à Tokyo

Trois athlètes brazzavillois à Tokyo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Les activistes en manque de liberté d’expression à Brazzaville

Landry Louboueya, interpellé par la police pour avoir dénoncé une dérive de la douane, à Brazzaville le 21 juillet 2021.

Les activistes des droits de l’Homme dénoncent la confiscation de leur liberté d’expression ainsi que celle des citoyens. Plusieurs militants des droits de l’homme sont en effet jetés en prison pour avoir dénoncé les injustices diverses.

Après plus de trois mois de détention pour atteinte à la sureté intérieure de l’Etat, l’activiste Christ Belvie Dongui reprend ses activités professionnelles. Ce matin, il est venu nettoyer ses bureaux du quartier Mafouta, au sud de Brazzaville.

L’activiste constate ce qui en reste, après la perquisition de la police. "L’internet est arraché, les ordinateurs emportés pour être fouillés", témoigne-t-il.

Malgré son séjour en prison, Christ Dongui semble ne pas perdre un cran de son engagement pour les droits humains.

Christ Belvi Dongui détenu pendant plus de 3 mois pour avoir dénoncé les mauvaises conditions de vie de la population, à Pointe-Noire mars 2021. (VOA/Arsène Séverin).jpg
Christ Belvi Dongui détenu pendant plus de 3 mois pour avoir dénoncé les mauvaises conditions de vie de la population, à Pointe-Noire mars 2021. (VOA/Arsène Séverin).jpg

"Chaque génération a un combat. Je suis d’une génération qui doit relever le défi. La nôtre doit construire un Congo nouveau, un Congo où l’égalité des chances sera pour tous", dit-il.

Landry Louboueya, la quarantaine environ, a lui aussi été détenu pour avoir dénoncé les travers de l’administration douanière. Il évoque sa grosse déception. "Ce genre d’actes peuvent toujours arriver, je ne suis pas le premier", affirme-t-il.

"J’ai acheté un article en ligne, on m’a demandé payer les taxes qui ne sont consignées ni dans le code de douane ni dans aucun texte officiel où le montant était fixé. Pour avoir dit ça, j’ai été mis comme un bandit de grand chemin dans les geôles de la police", déplore l’activiste.

L’exercice de la liberté d’expression est consacré par la loi au Congo. Seulement, dans les faits, il existe encore de gros écarts. Georges Nguila, le nouveau directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH) vient de publier un livre, "La faillite des droits humains au Congo", comme pour mettre l’Etat face à ses responsabilités.

"Mon livre, c’est un constat et on ne peut pas nier les faits par des arguments. Le constat c’est que, c’est la faillite des droits humains", dénonce Georges Nguila.

Le directeur exécutif de l’OCDH constate également que la liberté de la presse est plus accordée à la presse écrite. "Mais les médias audiovisuels sont censurés", affirme-t-il.

Il y a une semaine, les autorités ont libéré six activistes des droits de l’Homme dont Alexandre Dzabana, 77 ans, et dont l’état de santé nécessite une évacuation sanitaire.

L'OPEP va relever le plafond de production pétrolière de 5 pays

Un pompiste remplit une voiture d'essence dans le quartier central des affaires d'Abuja, au Nigeria, le 1er avril 2020.

L'OPEP et les pays alliés, réunis au sein de l’OPEP+, ont convenu dimanche de relever les limites de production imposées à cinq pays, mettant fin à un différend qui avait fait chavirer les prix mondiaux de l'énergie.

Le désaccord, déclenché par la demande des Émirats arabes unis d'augmenter leur propre production, avait temporairement bouleversé une précédente réunion du cartel. Dans un communiqué publié dimanche, le cartel a annoncé que l'Irak, le Koweït, la Russie, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis verraient leurs limites augmenter.

Bonus pour l'Algérie et le Nigeria

Selon les nouvelles limites de production, les Émirats arabes unis pourraient produire jusqu'à 3,5 millions de barils de pétrole brut par jour à partir de mai 2022. Ce chiffre est inférieur aux 3,8 millions de barils par jour qu'ils cherchaient à obtenir au départ. La limite de l'Arabie saoudite, qui est de 11 millions de barils par jour, passerait à 11,5 millions, tout comme celle de la Russie. L'Irak et le Koweït ont connu des augmentations moins importantes.

En Afrique, le Nigeria et l'Algérie pourraient également voir leurs plafonds revus à la hausse.

En perte de vitesse depuis quelques années, l'OPEP a du mal à s’imposer comme dans les années 1970. Lorsque les États-Unis, qui ne font pas partie du Cartel, ont commencé à augmenter leur propre production pétrolière, l’OPEP a dû faire appel à des pays tiers comme la Russie pour diminuer ensemble l’offre pétrolière sur le marché et stabiliser le prix du baril.

C’est ainsi que naît en 2016 ce que l'on appelle l'OPEP+.

Les pays membres de l'OPEP sont l'Algérie, l'Angola, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, l'Iran, l'Irak, le Koweït, la Libye, le Nigeria, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Venezuela. Les membres de l'OPEP+ sont l'Azerbaïdjan, Bahreïn, Brunei, le Kazakhstan, la Malaisie, le Mexique, Oman, la Russie, le Soudan et le Sud-Soudan.

Avec Reuters et Associated Press.

Six activistes en liberté provisoire après quatre mois de détention à Brazzaville

Le Palais de justice de Brazzaville, Congo. (VOA/Ngouela Ngoussou)

Six militants de droits de l'Homme accusés d’atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat congolais ont été placés en liberté provisoire, après quatre mois de détention sans avoir été jugés.

L’ordonnance, que l'AFP a pu consulter, a été rendue mercredi par la Cour d’appel de Brazzaville et les six activistes ont aussitôt quitté la maison d’arrêt. La Cour n’a pas précisé la date d'un éventuel procès ni les raisons de cette libération.

"Après plusieurs mois de tractations, la chambre d’accusation a fini par prononcer une mise en liberté provisoire", ont affirmé plusieurs ONG de défense des droits humains dans une déclaration à la presse.

"Nous considérons cette ordonnance de mise en liberté provisoire comme un subterfuge ou moyen de pression destiné à restreindre leur liberté de parole", ont-elles dénoncé, demandant "l’abandon pur et simple des poursuites".

L'un de ces militants, Alexandre Dzabana, 77 ans, a été conduit dans une clinique de la capitale, selon les ONG, précisant que son état santé est très "précaire".

"J’ai été injustement incarcéré pendant 125 jours. C’est aberrant. La prison n’est pas un obstacle pour moi (...) je suis prêt à reprendre le combat", a déclaré à l’AFP Christ Dongui, du Mouvement citoyen Ras-le-bol, juste après sa libération.

"Le combat (pour les libertés) est loin d’être terminé", a-t-il ajouté.

Dans leur déclaration, ces ONG ont également réclamé la libération de tous les "prisonniers d'opinion", notamment l’ancien chef d’état-major de l'armée congolaise Jean-Marie Michel Mokoko, 74 ans, et l’ex-ministre André Okombi Salissa.

Ces deux personnalités avaient pris part à la présidentielle de 2016, remportée par le président Denis Sassou Nguesso qui cumule 37 ans à la tête du pays. Ils ont également été accusées d'atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Les deux hommes purgent une peine de prison de 20 ans depuis 2018.

Voir plus

XS
SM
MD
LG