Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le leader du mouvement de protestation "Hirak" à la barre au Maroc


Nasser Zefzafi, le leader du mouvement de protestation dans la ville d'Al-Hoceïma, dans le nord du Maroc, 18 mai 2017.

Nasser Zefzafi, le leader du mouvement de protestation qui a agité l'an dernier la ville d'Al-Hoceïma, dans le nord du Maroc, comparaissait devant une cour de Casablanca, près d'un an après son arrestation, a constaté un journaliste sur place.

C'est la première audition publique de ce meneur emprisonné depuis mai dernier pour avoir interrompu le prêche d'un imam hostile au mouvement social du Hirak, qui secouait alors le nord du pays.

Nasser Zefzafi, 39 ans, est l'un des derniers des 54 militants ou sympathisants du mouvement aux revendications sociales, appelés à la barre pour ce procès-fleuve ouvert mi-septembre devant la chambre criminelle de la Cour d'appel de Casablanca.

Les débats ont souvent porté sur les intentions "séparatistes" des militants, une accusation rejetée lundi par M. Zefzafi, qui a dénoncé "un procès politique par excellence".

>> Lire aussi : Poursuite du procès des militants du Rif au Maroc

Poursuivi notamment pour "atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat", M. Zefzafi risque la peine capitale.

L'an dernier, il s'était imposé comme le visage de la contestation avec ses harangues et ses slogans enflammés contre "l'arbitraire du makhzen" (pouvoir) et la "marginalisation" du Rif, région historiquement frondeuse et géographiquement enclavée du Maroc.

Lors des manifestations qui ont agité Al-Hoceïma ou sur les réseaux sociaux, M. Zefzafi dénonçait sans relâche la "dictature", "la corruption" ou encore la "répression" de "l'Etat policier", tout en insistant sur le caractère "pacifique" du Hirak.

N'accordant aucun crédit aux partis politiques - des "pions" selon lui-, il en appelait directement au roi pour enclencher une dynamique de développement dans la région.

Personnage charismatique et très populaire dans sa ville natale d'Al-Hoceïma, où des milliers de manifestants se sont mobilisés, il a aussi été critiqué pour ses "surenchères", ses propos parfois très virulents et la manière dont il avait écarté plusieurs partisans.

>> Lire aussi : Comment expliquer les multiples mouvements de protestation au Maroc ?

Environ 450 personnes ont été arrêtées pendant les événements déclenchés par la mort tragique d'un vendeur de poissons, selon plusieurs associations. Des dizaines de peines de prison ont déjà été prononcées à Al-Hoceïma, épicentre du mouvement.

L'Etat a de son côté pointé du doigt les "violences" qui ont fait plus de 900 blessés chez les forces de l'ordre, selon le bilan officiel publié pendant le procès.

Des projets de développement avaient été lancés ou relancés dans la région, et des ministres et hauts responsables démis de leurs fonctions.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG