Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Gabon

Le "Kévazingogate" fait ses premières victimes au sommet de l'Etat

L'opposant Pierre Claver Maganga Moussavou, s'entretenant avec des jeunes de l'opposition qui manifestaient contre l'ancien ministre de l'Intérieur à Libreville, le 31 octobre 2012.

Le "kévazingogate", un trafic de bois précieux qui a provoqué un scandale politique au Gabon, a fait ses premières victimes avec le limogeage du vice-président, issu de l'opposition, et du ministre des Forêts, un fidèle du régime.

Les premières têtes sont tombées mardi soir : le président Ali Bongo Ondimba a mis fin, dans un décret, aux fonctions de son vice-président Pierre Claver Maganga Moussavou, ainsi qu'à celles du ministre des Forêts et de l'Environnement, Guy Bertrand Mapangou.

La présidence n'a donné aucun détail sur les raisons de ces limogeages, mais les deux hommes avaient été mis en cause dans le sillage du "kévazingogate", une affaire de trafic de bois précieux interdit d'exploitation.

Les appels à la démission de M. Mapangou, en particulier, s'étaient multipliés après la suspension dans ce dossier de son directeur de cabinet.

"Coup de tonnerre dans le monde politique gabonais", a titré mercredi le journal pro-gouvernemental et principal quotidien gabonais, L'Union, dans un éditorial saluant "un acte d'autorité posé par le chef de l'Etat".

Pierre Claver Maganga Moussavou n'a pour le moment pas été remplacé et le poste de vice-président de la République se trouve donc vacant. Cette fonction avait été rétablie en 2017 et confiée à M. Maganga Moussavou, un opposant à Ali Bongo et candidat malheureux à la présidentielle de 2016, conformément aux résultats d'un dialogue politique avec une partie de l'opposition.

Aucun nouveau titulaire du portefeuille des Forêts et de l'Environnement n'a été désigné par le président, qui a placé ce ministère "sous l'autorité directe du Premier ministre", Julien Nkoghe Bekalé.

- Règlement de compte politique -

Ancien porte-parole du gouvernement, Guy-Bertrand Mapangou est un pilier du régime, qui a été plusieurs fois ministre, notamment à l'Intérieur.

"Il y a une certaine confusion des rôles et on aurait préféré que le pouvoir judiciaire joue pleinement le sien. On ne sait pas quelle est la part de responsabilité de chacune des personnes concernées, ce qui leur est exactement reproché", souligne Wilson-André Ndombet, politologue proche de l'opposition à l'Université Omar Bongo (UOB).

Des observateurs n'écartent pas l'hypothèse d'un règlement de compte politique entre factions du pouvoir, sept mois après que le président Bongo a subi un accident vasculaire cérébral.

Fin février et début mars, près de 5.000 mètres cubes de kévazingo, une essence rare très prisée en Asie, d'une valeur d'environ 7 millions d'euros, avaient été découverts dans deux sites d'entreposage appartenant à des sociétés chinoises, au port d'Owendo, à Libreville.

Une partie du kévazingo était chargée dans des conteneurs sur lesquels figurait le tampon du ministère des Eaux et Forêts indiquant une cargaison d'okoumé, une essence de bois dont l'exploitation est autorisée.

Après la découverte de ces documents falsifiés, le responsable de ce ministère au port et son équipe avaient été arrêtés, soupçonnés d'implication dans ce trafic.

Mais le 30 avril, 353 de ces conteneurs, placés sous l'autorité de la justice, s'étaient mystérieusement volatilisés. Deux cents containers ont par la suite été retrouvés dans les entrepôts de deux entreprises différentes, toujours au port d'Owendo.

- Bois précieux et sacré -

Depuis plus d'une semaine, la presse gabonaise fait ses choux gras de l'affaire, dans le cadre de laquelle plusieurs hauts cadres ont été suspendus de leurs fonctions, dont les directeurs de cabinet des ministères des Forêt et de l'Economie.

La justice gabonaise a annoncé l'arrestation de deux ressortissants chinois, accusés d'avoir participé au trafic, avec la complicité de fonctionnaires gabonais. Le directeur général des douanes a été placé en détention provisoire.

"Le Premier ministre avait déclaré que son gouvernement serait exemplaire et que les membres de son gouvernement qui s'éloignerait de cette attitude seraient sanctionnés. Les membres du gouvernement qui seraient impliqués dans cette affaire sont invités à en tirer les conséquences qui s'imposent", avait prévenu la semaine dernière la porte-parole du gouvernement, Nanette Longa-Makinda, dans une déclaration lourde de sous-entendus.

"Ma conscience d'homme libre ne me reproche strictement rien dans l'exercice de mes fonctions", avait répondu dans un communiqué Guy Bertrand Mapangou.

Le kévazingo est un bois rare d'Afrique centrale, considéré comme sacré par certaines communautés locales et très apprécié en Asie, notamment pour la réalisation de parquets, escaliers, meubles de luxe.

Représentant 60% du PIB (hors hydrocarbures), le secteur forestier est l'un des piliers historiques de l'économie du Gabon, un pays recouvert à près de 80% par la forêt.

Fin mars, le rapport d'une ONG britannique avait dénoncé les pratiques illégales d'un groupe chinois à l'origine d'un vaste trafic d'exploitation de bois au Gabon et au Congo, accusant notamment plusieurs personnalités politiques et agents de l'administration d'y être impliqués.

Toutes les actualités

Le président gabonais Bongo à une cérémonie 10 mois après son AVC

Le président du Gabon, Ali Bongo (C), passe en revue les troupes lors d'une cérémonie à Libreville le 16 août 2019 au Mausolée du pays.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a assisté vendredi à une cérémonie commémorative à Libreville, sans faire de discours mais où il a été filmé par des médias internationaux pour la première fois depuis son AVC il y a dix mois, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Il s'agit de sa première apparition publique, hors de son palais et filmée par d'autres organes que ceux de la communication de la présidence ou des médias d'Etat, au moment où une partie de l'opposition relance le débat sur sa capacité à exercer ses fonctions.

Les détracteurs du chef de l'Etat appellent d'ailleurs les Gabonais à venir massivement se faire leur avis sur la question samedi, lors du défilé militaire pour le 59ème anniversaire de l'indépendance, auquel M. Bongo assiste chaque année. Le président doit aussi s'adresser à la Nation dans un discours diffusé par les télévisions gabonaises vendredi soir.

M. Bongo, 60 ans, souriant, a échangé quelques mots avec des officiers des forces de sécurité, avant de déposer une gerbe au mausolée du premier président gabonais, Léon Mba. Le chef de l'Etat se déplaçait avec une canne et son aide de camp l'a aidé à gravir quelques marches d'un escalier, ont rapporté des journalistes de l'AFP assistant à la cérémonie, qui a duré une demi-heure, sur un parcours écourté par rapport aux années précédentes.

Le chef de l'Etat avait été hospitalisé d'urgence le 24 octobre 2018 à Ryad, où il devait assister à un forum économique. La présidence avait dans un premier temps affirmé qu'il avait eu "un malaise" dû à une "fatigue sévère". Ce n'est que le 9 décembre que Libreville a parlé officiellement d'un AVC. M. Bongo a séjourné longuement au Maroc pour sa convalescence avant de rentrer définitivement au Gabon fin mars. Depuis l'AVC, ses apparitions publiques sont milimétrées, entre photos prises par les services de la présidence, publiées sur les réseaux sociaux, et discours diffusés en différé.

Dix personnalités de l'opposition ont déposé fin mars un recours devant la justice pour demander un examen médical du président pour déterminer s'il est en capacité de diriger le pays.

Une audience est prévue devant la cour d'Appel de Libreville le 26 août mais, en attendant, le défilé militaire de samedi pour la fête nationale sera déjà "l'occasion pour le citoyen lambda de se faire sa propre opinion", résume Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, un des dix signataires de "Appel à Agir", le collectif qui a déposé la demande d'expertise médicale.

Pour Florence Bernault, historienne à Sciences Po spécialiste du Gabon, ces rumeurs doivent leur survie à "la peur du faux" des Gabonais, qui n'ont toujours pas digéré la victoire --contestée par l'opposition-- d'Ali Bongo aux élections de 2016.

Le président gabonais Bongo à une cérémonie depuis son AVC

Le président gabonais Bongo à une cérémonie depuis son AVC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

La demande d’expertise médicale du président Bongo examinée le 26 août

La demande d’expertise médicale du président Bongo examinée le 26 août
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Libreville croule sous les tas d'immondices

Libreville croule sous les tas d'immondices
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

Une mine privée du Botswana exporte son charbon

Une mine privée du Botswana exporte son charbon
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:36 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG