Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le gouverneur Cuomo bat facilement Cynthia Nixon à la primaire démocrate de New York

Le gouverneur Andrew Cuomo, à Mount Kisco, New York, le 13 septembre 2018.

L'actrice de "Sex and the City" Cynthia Nixon n'a pas réussi à détrôner le puissant gouverneur de New York Andrew Cuomo, vainqueur sans surprise de la primaire démocrate de cet Etat de 20 millions d'habitants.

Selon les chiffres cités par les médias américains, le gouverneur, en poste depuis 2011, a remporté 66% des des voix des électeurs démocrates, seuls autorisés à voter, contre 34% à Mme Nixon.

M. Cuomo, 60 ans, l'un des gouverneurs les plus actifs face à Donald Trump, est désormais quasi-assuré d'être réélu pour quatre ans supplémentaires lors des élections du 6 novembre qui l'opposeront au Républicain Marc Molinaro, tant New York est un bastion démocrate.

Cynthia Nixon, 52 ans, proche politiquement des positions de l'ancien candidat à la présidentielle américaine Bernie Sanders, ouvertement bisexuelle, avait espéré surfer sur la vague anti-élite qui agite le parti démocrate: une vague qui, ces dernières semaines, a vu plusieurs femmes et candidats noirs ou hispaniques, souvent très à gauche, renverser des ténors démocrates, lors de primaires pour le Congrès et dans quelques scrutins pour des postes de gouverneur, notamment en Floride et en Géorgie.

Mme Nixon n'a pas immédiatement réagi à l'annonce de sa défaite dans cette élection, qui constituait la dernière grande primaire de cette année électorale.

Mais dès avant la fermeture des bureaux de vote à 21h00 locales (01h00 GMT), elle préparait ses supporteurs à la mauvaise nouvelle, en expliquant dans un long email comme la course avait été inéquitable.

Sa défaite avait été largement anticipée par les sondages, même s'ils avaient prédit une victoire encore plus large pour M. Cuomo.

Militante depuis des années pour l'enseignement public et les droits LGBT, Nixon, mère de trois enfants, avait mené une campagne tonique, sillonnant cet Etat grand comme la Grèce en prônant la légalisation de la marijuana à usage récréatif, la rénovation du métro new-yorkais, la gratuité de l'éducation, la baisse des prix du logement, une assurance-santé financée par l'Etat et une fiscalité alourdie pour les plus riches.

Mais le gouverneur, fils du très respecté et défunt gouverneur Mario Cuomo, avait l'appui de l'appareil du parti comme du New York Times, qui avait appelé à voter pour lui tout en lui faisant de multiples reproches.

Véritable bête politique, M. Cuomo avait senti le danger qu'incarnait Mme Nixon, dénonçant les propositions "irréalistes" de sa rivale et son inexpérience à gérer un Etat au budget annuel de quelque 170 milliards de dollars.

Avec les quelque 30 millions de dollars dont il disposait pour faire campagne, Andrew Cuomo avait multiplié les spots télévisés ces dernières semaines.

Cynthia Nixon, qui n'a cessé de dénoncer la connivence entre M. Cuomo et les financiers de Wall Street, a elle multiplié les déplacements de terrain et comptait avant tout sur les réseaux sociaux pour relayer son message.

La bataille avait ces derniers jours tourné au vinaigre, après que le parti démocrate new-yorkais contrôlé par M. Cuomo eut diffusé des tracts accusant Nixon d'indifférence face à l'antisémitisme, alors même qu'elle élève les deux enfants de son premier mariage dans la tradition juive.

Mme Nixon avait accusé M. Cuomo d'avoir personnellement approuvé ce coup bas. Le gouverneur avait démenti, sans convaincre.

Reste à savoir quelles seront les priorités de M. Cuomo pour ce troisième mandat.

Dans son éditorial soutenant le gouverneur sortant, le New York Times appelait le sexagénaire, en cas de réélection, à tenir enfin ses promesses passées, en s'attaquant à la corruption endémique à Albany, la capitale de l'Etat, et au vaste chantier de rénovation du défaillant métro new-yorkais, dont il a officiellement la charge.

"Il peut être un gouverneur très capable", soulignait le journal, quand "il ne se laisse pas distraire par des inimitiés mesquines".

Son nom est aussi régulièrement évoqué parmi les candidats possibles à une investiture démocrate pour la présidentielle 2020.

Lors de son débat télévisé avec Mme Nixon fin août, le gouverneur avait assuré qu'il ne serait pas candidat et resterait gouverneur jusqu'au bout de son mandat, fin 2022.

Mais comme l'ont fait observer plusieurs analystes, rien ne l'empêcherait de revenir sur cette déclaration le moment venu...

Avec AFP

Toutes les actualités

Le Sénat adopte un projet de loi qui interdit le téléchargement de TikTok

Le Sénat adopte un projet de loi qui interdit le téléchargement de TikTok
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Beaucoup d'États ont élargi les options de vote pour la présidentielle

Beaucoup d'États ont élargi les options de vote pour la présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:23 0:00

L'État de New York demande à la justice de dissoudre le puissant lobby pro-armes NRA

Le président américain Donald Trump annonce que les États-Unis abandonneront le traité sur l'armement signé sous l'administration Obama lors d'un discours à la National Rifle Association à Indianapolis, Indiana, États-Unis, le 26 avril 2019.  REUTERS/Lucas Jackson 

L'Etat de New York a annoncé jeudi qu'il portait plainte contre le lobby pro-armes NRA et son influent patron Wayne LaPierre pour fraude financière, avec pour objectif la dissolution de ce puissant groupe conservateur.

La procureure générale de New York, Letitia James, a affirmé que M. LaPierre et trois autres hauts responsables du lobby avaient utilisé les contributions et dons des membres pendant des années comme "leur propre tirelire", dépensant des dizaines de millions de dollars en violation des lois régissant les organisations à but non lucratif.

Les quatre dirigeants ont "en gros pillé les biens" du groupe, a déclaré Mme James, à tel point que ce lobby qui a injecté des millions de dollars dans les campagnes électorales républicaines au fil des ans est aujourd'hui quasiment insolvable.

Selon la procureure, M. LaPierre a entre autres illégalement utilisé des fonds de la NRA pour régulièrement emmener sa famille aux Bahamas pour des vacances de luxe.

Le patron a aussi, a précisé Mme James, accepté des cadeaux onéreux et des voyages de la part de fournisseurs de la NRA, et s'est donné 17 millions de dollars pour sa retraite sans l'accord du conseil d'administration de l'organisation.

"L'influence de la NRA est telle que l'organisation a échappé aux contrôles pendant des décennies, alors que ses hauts dirigeants se mettaient des millions de dollars dans les poches", a déclaré la procureure générale de New York.

"La NRA est pleine de fraudes et d'abus et c'est pourquoi nous cherchons aujourd'hui à la dissoudre, parce qu'aucune organisation n'est au-dessus des lois", a-t-elle ajouté.

Selon le quotidien New York Daily News, en plus de la demande de dissolution de l'association, Mme James exige aussi une restitution totale des fonds prétendument détournés par les quatre responsables de la NRA dont M. LaPierre. La plainte demande aussi une interdiction formelle de siéger au conseil d'administration de toute organisation caritative à New York pour les quatre.

La convention du parti républicain à la Maison Blanche?

La convention du parti républicain à la Maison Blanche?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Le drame de Beyrouth a déclenché une avalanche de réactions dans le monde

Le drame de Beyrouth a déclenché une avalanche de réactions dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG