Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le directeur du laboratoire tanzanien critiqué par le président Magufuli suspendu


La Ministre de la santé, du développement social, du genre, des personnes âgées et des enfants en Tanzanie, Ummy Mwalimu.

Le gouvernement tanzanien a suspendu lundi le directeur et un haut responsable du laboratoire national chargé des tests pour le nouveau coronavirus, après que le président John Magufuli eut dénoncé des irrégularités dans cet établissement et mis en doute les données officielles sur l'épidémie.

M. Magufuli, qui ne cesse de minimiser l'impact du virus, avait expliqué dimanche avoir fait tester secrètement une papaye, une caille et une chèvre et que ces tests s'étaient révélés positifs. Il avait évoqué de possibles "sabotages".

"Il est possible qu'il y ait des erreurs techniques ou que les réactifs importés aient des problèmes. Il est également probable que les techniciens soient payés pour induire en erreur", avait-il déclaré dans un discours en swahili retransmis par la télévision publique TBC.

La ministre de la Santé, Ummy Mwalimu, a ordonné lundi la suspension du directeur du laboratoire et du responsable du contrôle de conformité, dans l'attente d'une enquête, a indiqué son ministère dans un communiqué.

"Elle a aussi formé un comité de neuf experts pour enquêter sur le système de dépistage du laboratoire", a-t-il ajouté.

Le député d'opposition Zitto Kabwe, chef de l'Alliance pour le changement et la transparence (ACT), a pris la défense du directeur du laboratoire.

"Ne vous en faites pas trop parce que la politique interfère dans des questions techniques", a-t-il écrit sur Twitter. "Je suis sûr que vous avez fait votre travail de manière professionnelle et que vous resterez l'un des meilleurs scientifiques de Tanzanie".

La Tanzanie, qui a annoncé son premier cas le 16 mars, en compte désormais officiellement 480, dont 16 morts, selon le dernier bilan publié mercredi. Mais l'opposition accuse les autorités de dissimulation et de ne pas prendre l'épidémie au sérieux.

Contrairement à la plupart des pays africains qui ont décrété des mesures de confinement et des couvre-feu, la Tanzanie n'a fermé que ses établissements scolaires, les commerces et les transports continuant à fonctionner normalement.

Si le chef de l'État a appelé ses concitoyens à éviter les "rassemblements non nécessaires", il les a aussi encouragés à continuer de faire marcher l'économie et à se rendre à la mosquée ou à l'église.

Surnommé "Tingatinga" (bulldozer en swahili), le président Magufuli a marqué les esprits depuis sa prise de fonction en 2015, en se montrant inflexible dans la lutte contre la corruption, mais il est aussi critiqué pour son autoritarisme.

XS
SM
MD
LG