Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Election contestée du chef de l'opposition en Sierra Leone


Le nouveau président sierra léonais, Julius Maada Bio, Freetown, le 7 mars 2018. (VOA/J. Patinkin)

Le candidat du principal parti de l'opposition en Sierra Leone, Julius Maada Bio, a été déclaré mercredi officiellement vainqueur de l'élection présidentielle et retrouve le pouvoir, 22 ans après l'avoir brièvement exercé après un coup d'Etat.

M. Bio, un ancien militaire de 53 ans, l'a emporté lors du second tour du 31 mars avec 51,81% des voix, contre 48,19% pour le candidat du parti au pouvoir, Samura Kamara, a annoncé en milieu de soirée le président de la Commission électorale nationale (NEC), Mohamed Conteh.

Des cris de joie ont immédiatement éclaté à Freetown, parcourue par des milliers de supporteurs du Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP), dans l'opposition depuis 10 ans.

>> Lire aussi : La Cédéao "satisfaite" du déroulement du scrutin en Sierra Leone

Dans un message télévisé, M. Kamara a indiqué dans la soirée qu'il allait contester les résultats annoncés par la NEC, qui selon lui "ne reflètent pas les nombreuses inquiétudes de son parti concernant des bourrages d'urnes massifs, des votes surnuméraires et d'autres irrégularités".

"Nous contestons les résultats et nous prendrons les actions judiciaires pour les corriger", a déclaré l'ancien ministre, en demandant à ses partisans de rester entre-temps "calmes et pacifiques".

Pendant ce temps, les électeurs du SLPP chantaient et dansaient par milliers dans les rues en pente de la capitale de l'ancienne colonie britannique, indépendante depuis 1961.

Des jeunes, juchés sur des motos, se faufilaient entre les fêtards extatiques, exhibant les posters de campagne du président élu.

Le nouveau président prête serment en Sierra Leone (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:41 0:00

Deux heures après l'annonce de sa victoire, M. Bio, habillé d'une longue tunique blanche, a prêté serment dans une salle de conférence, bondée et surexcitée, d'un grand hôtel proche de l'océan où l'attendaient des centaines de proches, représentants des corps de l'Etat et diplomates étrangers.

Il a reçu du plus haut magistrat du pays un long bâton de commandement, symbole de la passation de pouvoir avec son prédécesseur, Ernest Bai Koroma, qui l'avait battu en 2012 mais ne pouvait plus se représenter après deux mandats de cinq ans.

- Héritier battu -

Au premier tour, le 7 mars, Julius Maada Bio avait déjà devancé de 15.000 voix M. Kamara, un ancien ministre des Finances et des Affaires étrangères âgé de 66 ans personnellement choisi par M. Koroma pour défendre les couleurs du Congrès de tout le peuple (APC).

En début de soirée, des centaines de partisans en colère du parti au pouvoir avaient envahi Freetown, après l'annonce de résultats non-officiels leur promettant la défaite.

Criant au "vol" de l'élection, dénonçant "l'influence étrangère" et arrachant les pancartes de M. Bio, les supporters de M. Kamara ont cherché la confrontation avec les sympathisants du SLPP, a constaté un correspondant de l'AFP. Ils se sont ensuite dirigés vers un quartier périphérique de la ville, selon les médias locaux.

La campagne électorale a été marquée par des échauffourées entre partisans des deux camps et une montée des tensions ethniques.

- Ecole gratuite -

M. Bio, taille moyenne, épaules larges, la démarche militaire, avait pris le pouvoir en janvier 1996 en évinçant le chef de la junte, le capitaine Valentine Strasser, dont il était le numéro deux.

Mais il avait rétabli rapidement le multipartisme et accepté de remettre le pouvoir en mars 1996 au président fraîchement élu, Ahmad Tejan Kabbah.

Pendant la campagne, il s'est engagé à réviser les concessions minières et les avantages fiscaux accordés aux compagnies étrangères et à instaurer une éducation primaire et secondaire gratuite pour tous les enfants sierra-léonais, alors que le pays demeure l'un des plus pauvres au monde.

Connu pour son franc-parler, il a aussi qualifié d'"arnaques" les projets d'infrastructures financés par la Chine que privilégie l'administration du président Koroma.

Celle-ci a un bilan mitigé: si elle a réussi à attirer les investisseurs pour reconstruire le pays, dévasté par la guerre civile (1991-2002) qui a fait quelque 120.000 morts, l'économie reste fragile après les chocs de l'épidémie d'Ebola en 2014-2016 et de la chute des cours mondiaux des matières premières.

Attendue en début de semaine, l'annonce du vainqueur a pris plusieurs jours de retard, l'APC ayant insisté pour qu'une compilation manuelle des résultats soit effectuée, en plus du comptage électronique, afin de parer à toute tentative de piratage dans une atmosphère de défiance entre les partis, les forces de sécurité et la NEC.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG