Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tensions à Freetown avant l'annonce du vainqueur de la présidentielle


Les partisans du parti de l'APC (All People's Congress) en Sierra Leone brandissent un drapeau chinois lors d'un rassemblement au Stade national de Freetown le 28 février 2018

Des centaines de partisans en colère du parti au pouvoir en Sierra Leone ont envahi mercredi soir les rues du centre de Freetown, quelques heures avant l'annonce des résultats de l'élection présidentielle dans ce pays anglophone d'Afrique de l'Ouest.

Criant au "vol" de l'élection, dénonçant "l'influence étrangère" et arrachant les pancartes du candidat de l'opposition Julius Maada Bio, les supporters du Congrès de tout le peuple (APC) ont cherché l'affrontement avec des partisans du Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP), a constaté un correspondant de l'AFP.

Les forces de l'ordre ont établi un cordon de sécurité autour du quartier général du SLPP, où des centaines de personnes avaient commencé à célébrer en musique la victoire de M. Bio sans attendre l'annonce des résultats officiels.

>> Lire aussi : La Cédéao "satisfaite" du déroulement du scrutin en Sierra Leone

Selon son porte-parole, la Commission électorale nationale (NEC) devait annoncer mercredi à 21H00 (locales et GMT) l'issue du match entre M. Bio et le candidat de l'APC, l'ancien ministre Samura Kamara.

Au premier tour, le 7 mars, "Maada" Bio avait déjà devancé de 15.000 voix M. Kamara, un ancien ministre des Finances et des Affaires étrangères de 66 ans personnellement choisi par le chef de l'Etat sortant, Ernest Bai Koroma, pour défendre les couleurs du Congrès de tout le peuple (APC).

>> Lire aussi : Les électeurs moins pressés de voter qu'au premier tour à la présidentielle en Sierra Leone

Attendue en début de semaine, l'annonce du vainqueur a pris plusieurs jours de retard, l'APC ayant insisté pour qu'une compilation manuelle des résultats soit effectuée, en plus du décompte électronique, afin de parer à toute tentative de piratage dans une atmosphère de défiance entre les partis, les forces de sécurité et la NEC.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG