Liens d'accessibilité

Le chef de l'opposition, accusé de trahison, plaide non coupable en Zambie

  • VOA Afrique

L'opposant Hakainde Hichilema à Lusaka, Zambie, en janvier 2015.

Emprisonné depuis avril pour trahison et menacé de la peine de mort, le chef de l'opposition zambienne Hakainde Hichilema a plaidé non coupable lundi au premier jour de son procès ouvert à Lusaka sous forte présence policière.

Le chef de l'opposition zambienne, Hakainde Hichilema, a plaidé "non coupable" à l'ouverture de son procès pour trahison au tribunal de Lusaka, a annoncé son parti sur Twitter.

M. Hichilema est incarcéré dans une prison de haute sécurité pour avoir gêné le passage du convoi du président zambien Edgar Lungu, dont il conteste depuis un an la réélection.

S'il est reconnu coupable, le dirigeant du Parti uni pour le développement national (UPND), qui a perdu de peu la présidentielle en août 2016, risque un minimum de 15 ans de prison, et dans le pire des cas, la peine de mort.

A l'ouverture de son procès, l'opposant "a plaidé non coupable" et "le parquet a obtenu un ajournement de l'audience jusqu'à mercredi", a déclaré Charles Kakoma, porte-parole de l'UPND, précisant que son leader paraissait toujours "en bonne santé", malgré les mois passés en prison.

Le procès s'est ouvert dans un climat politique tendu. Des dizaines de policiers anti-émeute quadrillaient l'accès au tribunal, tandis que de nombreux supporters de M. Hichilema s'étaient rassemblés devant la cour.

Les médias internationaux interdits

Les médias internationaux se sont vu interdire de couvrir le procès du chef de l'opposition, Hakainde Hichilema, jugé à partir de lundi pour trahison, une affaire qui a fait surgir des tensions dans ce pays habituellement calme.

La Haute Cour de Lusaka a délivré la semaine dernière des accréditations aux journalistes des médias étrangers, avant de finalement les retirer.

"Malheureusement, vos demandes d'accréditation sont à présent rejetées", a déclaré à l'AFP un employé du tribunal, Neto Zulu.

Etat d'urgence

Depuis l'entrée en vigueur du multipartisme en Zambie en 1991, ce petit pays d'Afrique australe a connu une relative stabilité jusqu'aux élections d'août 2016, marquées par plusieurs incidents violents entre partisans politiques rivaux.

Pendant la campagne, le président sortant Edgar Lungu avait promis qu'il était prêt à "sacrifier la démocratie" pour assurer la paix.

Sa courte victoire de 100.000 voix devant M. Hichilema n'a pas calmé les esprits et l'opposition refuse de le reconnaître comme le président légitime.

L'arrestation musclée en avril de M. Hichilema - des dizaines de policiers anti-émeute avaient fait le siège de sa résidence et jeté des gaz lacrymogènes avant de l'interpeller - a constitué un tournant dans l'escalade des tensions.

Et son transfert en juin dans une prison de haute sécurité dans le centre du pays a alimenté un peu plus les critiques de l'opposition qui dénonce les dérives autoritaires du régime.

Mi-juillet, le Parlement a voté l'instauration de l'état d'urgence pour trois mois à la suite d'une série d'incendies criminels attribués par le pouvoir à l'opposition.

Le chef d'un petit parti d'opposition, Savior Chishimba, très critique envers le président Lungu, a également été arrêté, début août, avant d'être libéré au bout d'une semaine sans poursuites.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG