Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le chef de l'ONU réaffirme être prêt à aider résoudre la crise au Venezuela


Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, au siège des États-Unis, le 5 octobre 2018. (Archives)

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a réaffirmé lundi être prêt à servir d'intermédiaire pour négocier une solution à la crise politique au Venezuela, durant un entretien avec le ministre vénézuélien des Affaires étrangères.

M. Guterres a rencontré le chef de la diplomatie vénézuélienne Jorge Arreaza à New York, à la demande de Caracas, alors que perdure la crise politique entre le président Nicolas Maduro et le leader de l'opposition Juan Guaido.

"Le secrétaire général a réaffirmé que son offre de bons offices aux deux parties était toujours valable pour mener des négociations sérieuses afin d'aider le pays à sortir de l'actuelle impasse au bénéfice du peuple du Venezuela", a dit le porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric.

M. Guterres veut avoir l'accord des deux parties avant de passer à l'action. Selon des diplomates de l'ONU, le gouvernement de Nicolas Maduro est prêt à de tels pourparlers mais il n'est pas encore clair quelle est la position de Juan Guaido.

Chef du Parlement vénézuélien, M. Guaido, s'est proclamé le 23 janvier président par intérim du Venezuela et a depuis été reconnu ou soutenu par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis. Il a déclaré le président Maduro un "usurpateur" en raison de sa réélection contestée, à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Washington a proposé au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution appelant le Venezuela à faciliter une aide humanitaire internationale et à s'engager vers un scrutin présidentiel. Le texte a suscité une contre-proposition de la Russie, un des alliés du pouvoir chaviste avec la Chine, la Turquie et l'Iran.

Le Venezuela est confronté à une grave crise économique marquée d'une hyperinflation ainsi que de pénuries de médicaments et de vivres. Selon l'ONU, 2,3 millions de Vénézuéliens ont quitté le pays depuis 2015, fuyant la pire crise économique de l'histoire récente du pays pétrolier.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG